l’albore au quotidien

l’association albore ulmitese s’exprime quotidiennement  sur un mur facebook albore ulmitese .Elle y relaie des informations utiles concernant l’environnement et le développement durable dans le monde ,en Corse et dans la commune d’Olmeta Di Capi Corsu. Vous avez accès à ce mur en cliquant directement sur le lien qui se trouve  dans l’article « Nutiziale facebook ».a ringraziavi 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Publicités

nutiziale d’ottobre

  1. c municipal oct 181

    Conseil municipal du 20 Octobre 2018

    EAU:le réfection du réseau d’eau est lancée enfi :il s’agit de réhabiliter en premier lieu le captage dont on nous a pourtant affirmé pendant longtemps ,et jusqu’à dernièrement, qu’il était en bon état .L’employé municipal est obligé de s’y rendre assez souvent pour remédier à des dysfonctionnements incessants.la canalisation partant du captage en montagne jusqu’au village va faire l’objet d’une rénovation Le réservoir d’eau va voir son intérieur recouvert de résine …..C’est un minimum car actuellement il est hors norme sanitaire …Pour autant,il aurait besoin d’être reconstruit  Mais on dirait ,de la manière dont nous le présente, que ce  projet ressemble plus à un grand  rafistolage qu’à une véritable réfection. Pourtant le coût des travaux  prouve le contraire .le réseau actuel ,nonobstant les canalisations situées en plein village ,n’est pas si ancien que cela .Pourtant ,il s’est vite dégradé .Cette dégradation date d’avant les grosses intempéries de ces deux dernières années qui n’ont fait que l’accentuer . le choix de l’entreprise qui va effectuer les travaux va être décisive quant à la qualité de la réfection.                                                                       Il ne faudrait pas,qu’une fois de plus,dans une vingtaine d’années on doive pallier des vices de construction En effet,le coût est conséquent,il s’éléve à  1M 885m euros .En charge de la commune 4OO m euros.l‘adduction d’eau de la marine de negro sera désormais effectuée par l’installation d’une canalisation qui ne suivra plus le sentier Olmeta-Negro mais  pour une grande partie la route départementale

    1. tarif de l’eau . Qui le fixe? L’agence de l’eau dixit madame le maire nous impose des tarifs .c’est inexact car il appartient aux communes de décider du montant de cette redevance ,avant qu’elle ne  soit transférée  à la compétence  de la communauté de communes du Cap Corse en 2026. Ce coût dépend des investissements réalisés ,des contraintes géographiques et notamment l’éloignement des captages et de  l’entretien du réseau  .S’ajoute aussi la taxe eaux usées traitées par la station d’épuration et l’entretien de cette dernière.                                                                                                                                                            Donc,la nature des investissements prévus nous promet ,pour l’avenir, une nette augmentation future du tarif de l’eau.Légalement le tarif de l’eau repose sur 2 principes :l’eau paie l’eau.cela signifie que les communes doivent équilibrer leurs dépenses d’eau par une recette les couvrants et donc voter un montant de taxe en conséquence .S’y ajoute le principe polluer payeur qui consiste pour l’état à prélever des taxes et des redevances pour le coût des mesures de prévention et de lutte contre la pollution.                                                                                                                                                                     Le coût de l’eau est d’autant plus cher qu’il est délégué à une entreprise spécialisée chargée de la gérer .Que va décider à ce sujet la communauté des communes du C Corse en 2026 quand la compétence de l’eau des communes lui sera attribuée. il est à craindre qu’un marché public n’en attribue la gestion à une société spécialisée de préférence amie….Or,dans l’hexagone beaucoup de municipalités ont abandonné cette solution trop onéreuse pour en revenir à une régie communale ou intercommunale .il faudrait que cela soit le cas pour  la commune d’Olmeta Di Capi Corsu qui peut garder son autonomie de gestion de l’eau  au sein de la communauté de communes du Cap .Cela suppose une formation des personnels et un contrat avec une entreprise de maintenance (contrat ne signifiant pas octroi de la maîtrise de gestion.                                                                                                                                                      Il est donc mis fin au tarif été hiver avec le vote  d’un tarif unique à l’année de 1 euro le m3 hors taxe ;Le prix de l’abonnement reste inchangé.Pour autant ,les incidents qui nous privés d’eau potable ,n’ont pas entraîné un report de crédit pour l’année qui vient ,Nous avons donc payé un service non rendu avec, à notre charge, des centaines de bouteilles d’eau que nous avons dû acheter pour être sûrs de boire de l’eau potable .l

Le tarif  annuel des eaux usées est fixé à 0,50 euros le m3 hors taxe le prix de ;l’abonnement reste inchangé.

Conclusion: Plus le temps passe, plus les tarifs et taxes augmentent pour une eau que la nature nous donne à profusion. Tout cela par la faute d’équipes municipales qui se sont succédées sans se soucier de la gestion du réseau d’eau ,qui est pourtant une priorité absolue .Il a fallu attendre d’être privé d’eau pour que la municipalité daigne sans préoccuper .Bien que l’on puisse s’étonner  que le projet de réfection  touristique du pont de Negru  mobilise l.’énergie de la mairie plus que le schéma directeur de l’eau .

l’associu albore ulmitese ,qui,par son statut,prône un développement  durable de la commune ,a déjà proposé l’idée d’une autonomie communale  énergétique par procédé hydraulique STEP (voir articles précédents). C‘est inscrire la gestion de l’eau dans un globalité qui en assure une utilisation intelligente et profitable aux citoyens /par la mise en valeur en plus value : ,création d’énergie ,aménagement de la rivière création d’un parcours aquatique ,de bassins de rétention d’arrosage  et de lutte contre l’incendie  rénovation des canaux  d’irrigation et du captage d’eau d’arrosage et mise sous terre du tuyau d’approvisionnement  ,recyclage du trop plein par aménagement paysager du village :piscine naturelle ,espace vert d’agrément .

                                                               Il fallait saisir l’occasion d’aller au delà d’une simple réfection de l’approvisionnement en eau potable .C’est à dire construire par étapes ?un vrai schéma global de l’eau du village,pour qu’elle devienne une source de richesse économique,d’agrément et de rentabilité .Cela était d’autant plus réalisable que des crédits européens et régionaux sont prévus pour ce type de projet novateur .Occasion ratée par manque de vision de l’avenir du village et par une gestion qui repose sur une seule personne :la maire

Chantiers en cours.

Grotta Sritta Sa reproduction en 3D au sein du nouveau au sein du nouveau bâtiment à logements sociaux est subventionnée par la Collectivité de Corse  sur le budget patrimoine .Cela suppose ,logiquement,d’après le nouveau plan Culture Patrimoine de la collectivité de Corse ,qui ne subventionne plus que les projets vivants ,c’est à dire à           vocation de mise en valeur , que la municipalité D’Olmeta va inscrire cette reproduction sur un circuit de visite et parcours touristique ou en ouvrir l’accès périodiquement à des visiteurs qui auront à leur disposition des documents explicatifs .Voilà une tâche pour l’adjoint à la culture ….qui peut ainsi se faire aider par la région pour initier à partir de cette grotte un circuit patrimoine .

                                                            Pour autant, Cette reproduction n’a sa raison d’être que si le site archéologique de la Grotta Scritta ,propriété de la commune depuis le 7 Avril 2014, est soustrait à la destruction progressive dont elle souffre..En effet , cette richesse préhistorique a subi des dégâts considérés comme irréparables par des spécialistes des fresques .Il est temps de la sauver en la protégeant  .La DRAC direction régionale des affaires culturelles, a l’air de s’en préoccuper comme on nous l’indique au sein de ce conseil municipal. Mais sans forte volonté de la municipalité ni de la population ,il est à craindre que cette fresque qui s’efface, ne disparaisse définitivement  alors qu’elle existe depuis la préhistoire. Longtemps difficile d’accès au sein d’un maquis touffu ,voilà qu’on peut s’y rendre trés facilement , par un chemin entretenu et grâce aux indications qui se trouvent sur les sites touristiques ..Une signalisation  ne servira à rien si des mesures de protection ne sont pas prises.

le pont écroulé de Negro 

Sa réfection va bon train assure Mme la maire. Le Permis de construire a été accordé  en Février 2018.La recherche de financement se poursuit .178 M d’euros seront pris sur les  crédits catastrophe naturelle alloués à la commune .Loto patrimoine: Mr Bern a promis 169m euros .54 m euros pris sur le budget de la commune dotation quinquennale,la souscription en est à 4300 euros de dons .Le député Castellani a promis une aide.Peut être essaiera -t-il de convaincre l’exécutif régional d’apporter sa part de financement ;Ce dernier était prêt à financer le projet d’une piste .Mme la maire a décidé de construire un pont.                                                                                                                                                                                                                         Pour le moment donc ,le budget est loin d’être bouclé .Il est à craindre que la participation financière  de la commune ne soit encore plus conséquente et qu’un nouveau crédit ne soit pris pour réaliser ce projet .Or nous devons déjà assurer le paiement sur une très longue durée d’un crédit toxique à taux variable pour la réalisation inutile d’un logement social dont le coût total de réalisation a été de700m euros ;Nous devons participer pour plus de 400m euros à  la réfection du réseau d’eau  .bref….il est à craindre que les taxes communales n’augmentent fortement dans les prochaines années alors que la dotation de l’état en direction des communes est en nette baisse . l’albore ulmitese a déjà exprimé son désaccord quant à la construction de ce pont qui n’est pas d’utilité publique et ne peut s’inscrire dans une politique de développement durable de la commune .Il a proposé d’autres solutions voir les articles précédents .

Aire d’atterrissage  pour le secours d’urgence;

Validée par l’équipe du SAMU qui pilote l’hélicoptère Dragon 2b, elle est prévue au dessus du hameau de poggio en haut de la piste en terre qui conduit au réservoir d’eau potable,à 100M en amont de ce dernier côté village présdu terrain plat sur lequel sont parquées actuellement des vaches .L’état finance le projet .il est question aussi de goudronner la piste en terre ,de son départ ,en milieu de hameau, jusqu’au réservoir d’eau potable .Espérons qu’un profond caniveau y sera creusé en bordure .

Taxe GEMAPI

Nouvelle taxe pour la gestion des milieux aquatiques et des inondations .Elle est gérée et perçue par les communautés de communes sur la taxe d’habitation.Le montant 5,53 euros par personne .Cette taxe est soumise obligatoirement à projet et rentre aussi dans le cadre du plan de bassin d’adaptation au changement climatique dans le domaine de l’eau,voté par l’assemblée de Corse le 25 Octobre 2018.Ce même plan,qui par l’intermédiaire de l’agence de l’eau Rhône Méditerranée et Corse aidera les communes à remettre à niveau leurs équipements d’eau potable. les communautés de communes ne pourront  donc agir comme bon leur semble .                                                                                                                                                Ainsi les orientations prises par la communauté des communes du Cap Corse quant à l’utilisation de cette taxe GEMAPI ne constituent elles pas encore un projet,alors qu’un diagnostic assez précis a été dressé par la région.En effet,recruter un technicien à mi temps et continuer de faire  la maintenance habituelle qui était dévolue aux communes n’est pas à la hauteur des enjeux .Nettoyer la rivière, y compris si cette tache incombe aux propriétaires des terrains aux abords,rétablir un circuit d’écoulement des eaux de pluie, qui,actuellement dévalent dans les rues du village et sur les routes pour causer des éboulements, .retrouver et canaliser les sources qui ,au moment où les pluies redoublent, se jettent en torrent sur la route ,prévenir les éboulements , sont une partie des actions envisageables …..Capi Corsu ,Nebbiu,Bivinco et Meziornu présentent le plus d’enjeu à forte  vulnérabilité et de nombreux champs d’actions prioritaires .dixit le rapport du président de l’exécutif de la corse sur le projet d’adoption du plan de bassin. Une feuille de route est prévue à ce sujet .L’utilisation de la taxe GEMAPI en fait partie.il importe donc qu’au sein de la communauté de communes du Cap Corse chaque maire ait son mot à dire et mette en avant les besoins inhérents à l’utilisation de cette taxe .

Presbytére 

les travaux de ravalement de la façade ont commencé .La ligne électrique qui s’y trouve  sera enterrée .

 

 

 

 

nutiziale facebook

https://www.facebook.com/profile.php?id=100006110417731&hc_ref=ARROsQ4T9Hj85uCMaMVqtxY0MW-LfyAyLP5SG_BRifXY-XsmCLTuZ9lCgM751Q5GSVA&fref=nf&__xts__%5B0%5D=68.ARAbfpEuD-3nQCb9GlmCmPe7aKPVmet17QGKz5vgwrARnXmb_wETdqvvK9skAWao8AtMPA8sco3GtKT2lDqJWGCIkV2PfYbdgeLTuUIYdwffnl9ACEswbiqwZYJUqJtF55IXGA6Ozq-n2P0qIhAHq19pctFhho69YOsyRjDE01dZw5z8-9sIEA&__tn__=C-R

tire li pimpont

Conseil municipal du 14 Avril 18
Dernier conseil municipal d’Olmeta di Capi Corsu  le 14 avril 2018. .La question se pose quant à la fréquence des conseils municipaux de la commune .Ils sont très espacés et finalement peu nombreux.Entre temps des décisions sont forcément prises hors conseil ….est ce bien légal? Car si certaines peuvent être prises à l’initiative du maire ,d’après la loi et les prérogatives votées dés le premier conseil de la mandature ,d’autres ne le peuvent pas.
le compte rendu du conseil municipal du 2_avril est encore affiché sur la porte d’entée de la mairie
les comptes sont consultables en mairie pour ceux qui y comprennent quelque chose ..;Tous les budgets des communes corses sont contrôlés par le préfet et le service des impôts  et sont donc en règle, voire vertueux .Et pourtant,certains sont annulés par le tribunal administratif,suite à plainte,et ,des élus de plusieurs communes  sont condamnés par le tribunal correctionnel pour utilisation frauduleuse d’argent public.C’est à se poser des questions sur la pertinence de ses contrôles qui s’arrêtent au respect de la répartition réglementaire des dépenses et recettes et des subventions,sans se poser de véritables  questions sur l’utilisation  réelle des fonds publics.
façade du presbytére (confrérie) un appel d’offres en cours 94m euros
le budget de la commune 1M320m euros. 59 m euros de fonctionnement
Suite à démission de la première adjointe pour raison personnelle Mme le Maire propose pour la remplacer Mr Dominique Piazza .faute d’autre candidat déclaré ,il est élu à l’unanimité
Grotta scritta :la DRAC va s’en soucier :des panneaux vont être installés par la CTC.
PB d’eau :si je dois reprendre la même décision je le ferai, dixit Mme le maire .C’est à dire que cet hiver,peut être, on peut à nouveau prévoir un raccordement d’eau fluviale d’arrosage  non potable au réservoir d’eau potable ….un réservoir qui, soit dit au passage n’est plus entretenu .Mais ne vous inquiétez pas les analyses effectuées sur la qualité de l’eau le 19 dec et le 19 fev.,sont bonnes.Depuis il y en a eu certainement d’autres.Alors,on se demande pourquoi les habitants d’Olmeta parmi lesquels des conseillers municipaux,ont acheté tout l’hiver des bouteilles d’eau et continuent de le faire cet été .le doute s’est installé en ce qui concerne la qualité de l’eau.
rappel de l’arrêté ahurissant donnant la recette  aux Olmetais pour rendre buvable l’eau non potable!!!!

Les ponts qui enjambent les problèmes 
Pont de Negro : plan de l’architecte 

Pont effondré de Negro: les travaux commenceraient  avant la fin de l’année, le permis ayant été accordé .Un choix a été effectué entre le rétablissement de l’ancien chemin venant de Nonza sous forme de piste  et la reconstruction du pont .Il y aurait une différence de 200 m euros entre les deux coûts: 450 m euros pour la reconstruction du pont 192m euros pour la piste;
 Nous contestons ces chiffres :le coût important de la piste serait dû à la construction d’un long mur de soutènement. Pourtant il est possible de trouver un devis moins cher par un sérieux appel d’offres .Le coût d’un tel pont ,lui ,est à notre avis largement  sous évalué .
Ce qui est sûr c’est qu’il ne pourra, malgré les dires, être reconstruit à l’identique .C’est impossible, nous a confirmé un responsable du patrimoine de la collectivité de Corse; C’est pour cela qu’aucun financement de la part de la région ne sera octroyé au titre des fonds patrimoine .Dés lors, on peut s’étonner que la fondation du patrimoine et la française des jeux, par l’intermédiaire d’un tirage spécial patrimoine du loto associé à un jeu de grattage,inscrive le projet d’Olmeta au sein de plus de 200 projets subsidiaires venant après les 11 prioritaires,parmi lesquels figure le couvent de Pinu  .Un récent article d’un magazine national se demandait si tous ces projets,non prioritaires, allaient pouvoir réellement être financés à la hauteur de leur demande :pour le pont de Negro 169 m euros . il va donc falloir que la mairie s’en remette à une souscription  qui est en cours et sans doute avoir recours à un nouvel emprunt si elle veut  finaliser ce projet .
L’albore ulmitese souhaiterait que cette reconstruction soit vraiment d’intérêt public.Pour le moment, elle n’est que d’intérêt paysager douteux  :un compromis selon l’architecte entre une restitution stricte et une reconstruction contemporaine  par une maçonnerie béton recouverte de moellons :une mauvaise réplique .Pour que les fonds publics soient utilisés pour un bien collectif, il faudrait,que ce pont, ne débouche pas sur une issue mais soit prolongé par une route débouchant sur la départementale au dessus de la tour . la solution la plus simple ,la moins onéreuse ,la plus raisonnable, reste cependant  la construction d’une piste  à un coût moins élevé que celui que nous indique la municipalité  pour desservir les 2 habitations enclavées par la destruction de ce  pont . A tout le moins ,à défaut de reconstituer une mauvaise réplique d’un pont écroulé ,un architecte paysager du patrimoine peut proposer un pont plus discret et moderne et bien moins coûteux  s’intégrant parfaitement au paysage et le valorisant .Cette perspective n’a vraisemblablement pas été envisagée.
Vivre au village :un sacrifice injuste
Vivre dans un village corse est  devenu un sacerdoce et un acte de militantisme.Il est urgent de développer une politique de développement rural pour lutter contre la désertification des villages .Voilà  un refrain qui rythme le chant  polyphonique d’élus donnant de la voix  pour une quête perpétuelle de voix .
Pour autant, la qualité de vie des villageois se détériore malgré l’afflux de moyens financiers qui auraient permis de l’améliorer ,s’ils avaient ou sont employés à bon escient :
Ainsi,nous autres autochtones habitants d’Olmeta Di Capi Corsu,avons  dû, comme ceux de bon nombre  de villages corses, passer un hiver pénible marqué par les restrictions ,les coupures d’eau,  une alimentation en eau potable  complétée  par de l’eau destinée à l’arrosage  non sécurisé venant d’un captage à l’air libre.Pour autant ,nous avons dû payer nos factures d’eau comme d’habitude ce qui reléve ,n’ayant pas peur des mots de l’escroquerie .
Une route départementale dite route du Cap Corse  coupée une bonne partie de la journée pendant trois semaines pour des travaux qui, en fait ne nécessitaient que des coupures intermittentes seul  un petit groupe de travailleurs grimpeurs faisant tomber des rochers à la barre à mine :surcoût d’un aménagement d’horaire obtenu de haute lutte par un collectif dont faisait partie l’associu l’albore ulmitese  400m euros sur un budget de 1,4M d’euros qui sera sans doute dépassé .reprise des travaux en Octobre avec de nouvelles contraintes pour nous pauvres villageois.
Coupures d’électricité :mini coupures incessantes  en cas de fort vent :un collectif d’usagers a du se mobiliser pour interpeller EDF afin qu’il effectue les travaux d’entretien sur les pylônes.ceux ci  qui seraient en cours .
Téléphones et réseau internet :on n’en est plus à une intervention prés,suite à des coupures de  parfois de plusieurs jours pour certains clients .Evidemment, contrairement à certaines communes avoisinantes ,rien n’est encore fait à Olmeta pour pallier par un relais intermédiaire  la déficience de puissance de réception du réseau internet qui est très invalidante pour ceux qui reçoivent et  enregistrent des dossiers  ,visionnent des émissions en replay ou veulent les  enregistrer .
Des routes bordées de pierres qui sont rarement enlevées par les employés  de la collectivité de Corse laissés encore plus libres de gérer leur travail  depuis la suppression des conseils départementaux .D’où des dégâts occasionnés à nos véhicules  pneus éclatés , amortisseurs à changer etc…
Mais,des indigènes ,comme nous, qui s’en soucie? les seuls habitants qui comptent ce sont les intermittents de passage :corses de la diaspora  qui apportent des voix, sans, pour une très grande majorité d’entre eux ,notamment les plus jeunes,  se soucier de la gestion des villages et de la région et les touristes intermittents de la découverte ,manne économique qui va se tarir proportionnellement à la bétonisation effrénée de l’île. Pour eux, on déroule le tapis rouge :les caniveaux des routes et les villages sont subitement nettoyés,au moins une à deux fois en juin.l’eau potable  coule à flot ,les piscines sont remplies , presque plus aucun pb de réseau internet. la convivialité de circonstance s’installe à nouveau ,les touristes  locataires sont enchantés de l’accueil et de la beauté de ce village .ils se félicitent de la tolérance  qui les laissent se garer un peu n’importe où,alors qu’un parking est  indiqué,par panneau ,obligatoire à l’entrée du village et qu’un arrêté rappelant le décret est affiché , ou faire grand bruit, chaque soir, sans se soucier des voisins ;
Couacs que 
Pourtant ,cet été de sérieux  couacs ont perturbé la sérénité habituelle des estivants et des habitants permanents qui eux ,pour la plupart acceptent la succession d’avatars avec un fatalisme préoccupant  :des ordures non ramassées pendant plusieurs jours ou des encombrants  oubliés ,durant tout le mois d’août  par la communauté de communes en manque d’employés,tombés subitement malades……
Des déchets de chantiers qui continuent d’être déposés en bord de route ….pas difficile pourtant de savoir qui agit de la sorte :sur ce point la législation engage la responsabilité du maire .
Des accotements de route débordants de végétaux qui gênent la circulation :il appartient désormais à la collectivité territoriale de Corse d’entretenir  les routes et les abords.
Un vandale a jeté une bouteille de bière sur la façade de l’église ,trouant un vitrail ...
Ces couacs ne sont pas des impondérables mais des signes d’une détérioration des conditions de vie des habitants du village .Alors que faire ?  Il incombe,d’abord, au maire et au conseil municipal de faire en sorte que les différents services régionaux ou de la communautés des communes respectent la commune d’Olmeta Di Capi Corsu ,ses habitants et ses élus , Pour cela ,à l’image  d’autres maires ,ils doivent ,en premier lieu ,taper sur la table . exemple: vous ne me ramassez pas les encombrants:je loue un camion je les porte à la recyclerie et je vous envoie la facture , à vous,communauté de communes et je communique en conséquence .
Requiem aeternam dona eis domine 
Celui qui rédige ces informations représente au sein de différents organismes  régionaux une association de défense majeure de l’environnement .A ce titre, il a accès à des dossiers qui concernent l’avenir des communes et de l’île .Il rencontre nombre d’élus et responsables ,qui ,parfois lui demandent de quel village il est .Mais, quand on lui pose des questions sur ce  village ,il n’y répond pas parce qu’il a honte .Cela ne l’empêchera pas le cas échéant  de faire avancer tel ou tel dossier dont,seuls les Olmetais pensent  que le maire a la seule  puissance divine de décision .
L’albore ulmitese persiste à dire que ce village  a d’étonnantes possibilités de développement  raisonnable et raisonné qui  peuvent lui éviter la désertification,et créer de l’emploi .Nous n’avons  jamais  cessé d’en donner des exemples .
Mais de ce développement, nos  élus municipaux le refusent par obscurantisme,par clientélisme  et pour  préserver les avantages et prébendes d’un groupe d’affidés .Cela ,au mépris du respect des  lois les plus élémentaires.Mais comme la majorité des Olmetais, qui subissent humiliation sur humiliation, sont contents de leur sort et prêts  à payer de plus en plus d’impôts pour des services non rendus ,alors,il n’y a plus rien à faire .Ce d’autant plus que les différentes subventions qui ont fait de cette commune une des plus aidée de corse pour un développement raté en raison de choix très discutables ,vont être réduite de manière conséquente . .Alors  requiem aeternam dona eis Domine
L’albore ulmitese est une association  citoyenne.Nous ne constituons pas une force d’opposition politique comme la mairie se plait à nous présenter  .Nous abhorrons la pulitichella clientéliste .Nous ne briguons pas la mairie d’Olmeta .Nous œuvrons pour le développement durable du village.
Olmeta le 21 aout 2018 _

 

 

 

 

 

 

D’un ghjornu a l’altru Aostu 1

D’un ghjornu a l’altru ? chronique de la vie du village D’Olmeta Di Capi Corso qui donnait lieu parfoIs à des commentaires sur les réseaux sociaux comme facebook et qui dorénavant sera relayéE sur ce blog entre des articles plus importants .

CLIQUER SUR LE LIEN ci dessous pour voir apparaître le texte.

https://www.facebook.com/plugins/post.php?href=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com%2Fpermalink.php%3Fstory_fbid%3D2124562154424111%26id%3D100006110417731&width=500

Non au bétonnage de nos bords de mer !

Bataille au Sénat contre le bétonnage des bords de mer !Une poignée de sénateurs courageux, soucieux de la préservation de nos côtes sauvages, a déposé une série d\’amendements pour couper …https://www.capital.fr/immobilier/loi-littoral-cette-reforme-qui-pourrait-betonner-les-bords-de-mer-1290166

Source : Non au bétonnage de nos bords de mer !

la Corse est menacée par l’élargissement prévu de la loi littoral avec l’assentiment de beaucoup d’élus clientélistes locaux.Les associations de défense de l’environnement ont été les seules à ,alerter voici quelques mois ,lors de son passage en CESEC avant d’être présentée à exécutif régional des dangers de la loi Elan :construire plus, vite, et ,sans aucune contrainte.De grandes craintes légitimes se font jour pour l’avenir du patrimoine environnemental de notre île qui en fait la richesse et malheureusement une valeur marchande de placement pour le tout béton.Nos élus n’ont eu aucune réaction réelle contre l’application de la loi .La révision de la cartographie des espaces agricoles protégés après consultation des maires fait craindre le pire : beaucoup d’espaces agricoles construits illégalement vont être légalisés .D’autres, a proximité des villes et des villages vont devenir constructibles

.Déjà, le Sénat a adopté une loi spéciale pour la Corse afin de supprimer la prédominance de la loi littoral sur la loi montagne pour les communes de moyenne montagne disposant d’un littoral ;Aucun de nos élus n’a réagit .Ou alors très mollement :qui ne dit mot consent.;La bétonisation de la Corse est désormais banalisée.

Honte à ceux qui l’entérinent au nom de simples préoccupations clientélistes ou électorales et sous la pression des fonds d’investissements locaux et internationaux qui spéculent sur notre terre .

le PLU d’Olmeta di Capi Corsu  tarde à se mettre en place .Il est à craindre qu’on attende les nouveaux décrets pour proposer une bétonisation de notre village en vue de la construction de nouvelles résidences secondaires,alors que nous en comptons presque 60% du total des habitations .

Nous le répétons: la survie du village réside dans la valorisation de son patrimoine pour creer de nouveaux emplois et  fixer une population de résidents permanents .

 

 

 

A vau -l’eau

l’année dernière,à pareille époque ,nous commettions un article,intitulé une fin d’année chaotique .Cette année on pourrait franchir un degré de plus sur l’échelle du malheur en titrant « une fin d’année catastrophique »et une année à venir cauchemardesque  .
En effet, la fatalité semble s’acharner sur le village d’Olmeta Di Capi Corsu :Rien ne va plus,faites vos jeux :la gestion du village ressemble,en effet,a un jeu de poker menteur .De grands projets inutiles ,dont vous nous avons déjà parlé sur ce blog ,qui font oublier l’essentiel:le droit de vivre:
.Le droit de vivre en sécurité :il fera l’objet d’une autre publication ,relative au  danger mésestimé des incendies, des éboulements,des effondrements de route etc .
Le droit de vivre et d’habiter dans un village sans eau .Depuis le 31 Octobre :pénurie d’eau potable qui a conduit la municipalité  à utiliser l’eau d’arrosage  pour remplir le réservoir d’eau potable qui alimente le village,faute d’alimentation suffisante en provenance des captages pour cause de sécheresse .Cet apport dangereux a été réalisé sans avertir les olmetais .c’est notre association qui a dû alerter l’ARS (agence régionale de santé)pour,qu’enfin, soit pris un arrêté municipal d’interdiction de consommation .Depuis,l’arrêté n’est plus affiché sur les panneaux municipaux :ce qui fait qu’aucun visiteur ou habitant occasionnel ,n’est averti de ne pas boire cette eau .
Cet apport devait être exceptionnel d’après l’ARS .Or, voici qu’il perdure sans qu’on puisse l’imputer dorénavant à la sécheresse;le débit de la rivière et de l’eau d’arrosage prouvent le contraire.
Voici que le village a été plusieurs fois privé  totalement d’eau , par exemple, les 9 et 10 Décembre et le soir de Noel.
Ce qui était prévisible,et arrivera encore,puisque,à chaque forte pluie ou intempérie le captage rudimentaire: deux tuyaux calés par des pierres à flanc de ruisseaux  de montagne se désamorce ou se coupe.
Ce qui était prévisible,et arrivera encore ,puisque des fuites à répétition détectables ou indétectables ,importantes ou latentes, font que l’eau se perd et n’arrive plus ,ou presque plus, dans le réservoir,
Ce qui était prévisible,et,se produira de nouveau,puisque les tuyaux d’acheminement de l’eau entre le réservoir et les habitations sont très anciens ,non conformes aux normes en vigueur .ils  éclatent pérodiquement et sont rafistolés ensuite !!!!Tous ces tuyaux sont à remplacer !!!!
Mais ce qui est inattendu c’est ,ce signe du hasard,qui vient à notre secours,nous citoyens victimes,  pour nous aider à comprendre ou à poser des questions :En effet ,un habitant dont la construction récente :maison avec étable , en cours d’aménagement  ,se trouve une centaine de mètres au dessus du réservoir d’alimentation d’eau potable, a été témoin d’un incident révélateur ;en creusant son terrain ,il a  endommagé une canalisation d’eau non signalée ;celle qui achemine l’eau d’arrosage  jusqu’à ce réservoir .Le temps de réparer, il a pu constater que le débit était largement suffisant pour alimenter le village sans avoir recours à l’apport d’eau d’arrosage .En effet ,soucieux de ne pas laisser l’eau se répandre dans la nature ,il l’a dirigée vers une fosse septique non encore utilisée de 3m3 qui s’est remplie en 20mn .Un simple calcul,suffit alors à prouver,que nous ne pouvons manquer d’eau.Qu’est-il advenu de ce constat? la négation d’une évidence par des gens qui n’ont que  faire de la mathématique ou de la logique .
Alors que se passe t-il vraiment ? Il semblerait que ,la municipalité n’arrive pas à cerner le problème,le minimise et cherche à gagner du temps ou simplement veut l’ignorer.
Pour quelles raisons?
                                 .Une certaine incompétence ,un certain déni :celui d’avouer que le réseau d’eau n’a jamais ,ces dernières années, été entretenu réellement ?
                               l’attente d’un nouveau marché public de réfection de ce réseau actuellement,à l’étude  (schéma directeur de l’eau)  effectué par les entreprises amies?
 Alors que faire? Ce qui coule de source :
1.En premier lieu :traiter enfin  le problème en urgence totale. Un tel laxisme  est en effet inadmissible de la part de la municipalité:elle attend la fin d’une  lente étude du schéma directeur de l’eau pour, demander ensuite ,une subvention ,afin de  réaliser les travaux nécessaires .Autant dire que la situation risque de perdurer .Paradoxe qui ne semble pas l’émouvoir :Voilà un village qui ,vu son emplacement géographique, n’a jamais manqué d’eau  en toute saison .Tous les visiteurs s’extasient de la voir couler abondamment dans les rigoles d’arrosage .Or,voilà qu’il est privé  , d’eau potable et a recours à l’apport d’une eau d’arrosage souillée;Ce qui force la plupart des  habitants à ne boire que de l’eau en bouteille, achetée à ses  frais .
2.Alerter les services préfectoraux, l’office de l’eau de la corse et l’exécutif régional afin qu’ils envoient des équipes compétentes pour diagnostiquer et surtout  agir en urgence.l’associu l’albore est en train de le faire .
3.Distribuer de l’eau potable à la population :c’est une obligation en cas de pollution ou de manque d’eau potable .La municipalité s’en tire en arguant que les analyses effectuées sur l’eau distribuée, indiquent qu’elle est potable .Or,ces analyses périodiques n’ont qu’une valeur relative car elles ne font qu’évaluer un risque acceptable . il se trouve que certaines personnes du village qui ont néanmoins consommé cette  l’eau ,y compris s’ils l’ont fait  bouillir,ont souffert de troubles intestinaux importants et dû se résoudre à acheter de l’eau en bouteille . Si vous vous  absenter quelques jours du village ,et, vous  ouvrez ensuite un robinet d’eau dans votre maison,vous constatez qu’ un liquide boueux s’écoule pendant plusieurs minutes  :ce qui prouve que l’eau qu’on nous propose n’est pas saine.
Enfin , si une  coupure totale d’eau perdure plus d’un jour, la mairie doit :distribuer de l’eau au moyen d’un camion citerne c’est la moindre des choses .Or à Olmeta ,ce n’est pas le cas .
4. la municipalité doit  prendre un décret suspendant la taxe hiver  sur l’eau ,instituée l’année dernière .On ne peut pas payer ce qui n’existe pas.
5. l’entretien et le suivi de l’eau au village doivent être confiés à un spécialiste agrée et non plus à L’entreprise DE BTP qui réalise l’essentiel des travaux publics communaux et qui n’a donc aucune compétence en la matière; Inutile de s’assurer les services d’un grand groupe,mais tout simplement d’un plombier agrée, par convention.La communauté des communes du Cap crée une régie communale pour la gestion de l’eau avec une sous traitance confiée à chaque village :Ainsi, chaque maire, pourra-t–il continuer à agir à sa guise :à savoir,pour le village d’ Olmeta,la possibilité ,présentée en conseil municipal,de former l’employé municipal à des tâches de base et de continuer à confier l’entretien du réseau d’eau à l’entreprise de BTP qui la gère actuellement.Et du coup on commet les mêmes erreurs :pas question de changer un système de gestion entre amis .
Enfin rien n’est moins sûr, que l’on puisse utiliser l’eau d’arrosage déviée dans le réservoir d’eau potable pour faire du jardinage ou entretenir les quelques arbres fruitiers qui ont survécu aux sécheresses successives. En effet,celle qui coule dans les rigoles sera insuffisante,et,celle qui provient des captages individuels ,à caractère collectif sera tarie .Mais que serait-il arrivé si des habitants n’avaient pas fait changer d’avis ,Mme la maire en lui faisant remplacer des tuyaux  percés du conduit d’arrosage,alors qu’elle avait déclaré que la municipalité abandonnait définitivement  l’entretien de l’eau d’arrosage .Nous serions sans eau .
Décidément cette commune va à vau-l’eau .

 

A vita in Olmeta :l’acqua in bocca falla sott’u ponte

 

CONSEIL MUNICIPAL DU 21 OCTOBRE 2017

cliquer sur l’image pour la lire 

1 INSTAURATION du REEF SSEP EMPLOYÉ COMMUNAL

régime indemnitaire des fonctionnaires de l’état  et des fonctionnaires territoriaux et, sans doute,par extension, des employés municipaux :application d’un décret de 2014 ,à compter du 1 janvier 2016  :outre le salaire mensuel est institué un complément indemnitaire annuel versé en fonction de l’engagement professionnel et la manière de servir .

Mme le maire propose d’instaurer ce régime et d’inscrire au budget les crédits nécessaires à ce financement

approuvé à l’unanimité

En ce qui concerne l’employé communal :chaque commune instaure un règlement intérieur relatif au cahier des charges de cet emploi.Ce n’est pas le cas au village  d’Olmeta .l’albore a demandé,en vain, que soit dressé et affiché l’emploi du temps horaire de l’employé .Non pas ,pour vérifier son travail ou connaître la nature précise de ses tâches quotidiennes ,mais pour que des heures de présence et de  travail en  demi journées ou journées  soient réparties équitablement ,hameau par hameau.ex Lundi Poghju Mardi Grillasca etc..l’entretien de la commune, ainsi organisé ,serait mieux effectué toute l’année,et non pas,spécialement, à l’approche de saison touristique .La commune n’a jamais communiqué le salaire de l’employé ni les indemnités inhérentes à l’utilisation de son véhicule pour le travail communal, pas plus que les heures supplémentaires qui lui sont payées .il en sera sans doute de même pour la prime de complément indemnitaire .Evidemment ,la compétence ,ni le sérieux de l’employé ne sont  en cause ,mais la manière non démocratique  et parfois contraire au code du travail dont est gérée ce poste posent probléme.

2.REFUS DE TRANSFERT DE LA TAXE DE SÉJOUR A LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

la compétence « promotion du tourisme « ?c’est à dire l’encaissement de la taxe de séjour payée par saison touristique par tout vacancier en location privées ou professionnelles  est transférée ,depuis le 1 janvier 2017 ,à la communauté des communes:taxe de séjour intercommunale

les communes ayant adopté cette taxe de séjour avant le 1 janvier 2017 ont le choix de la garder ou de la faire gérer par la communauté de communes .Celles qui la transfèrent , sont,en général, celles dont des installations spécifiques comme des offices de tourisme,par exemple, sont entretenues par la communauté des communes. Olmeta n’est pas dans ce cas de figure,et,souhaite conserver cette taxe dont le rapport faible 4500 euros cette année est une source financière néanmoins intéressante.

refus voté à l’unanimité

4500 euros est une somme faible par rapport aux locations privées ou professionnelles constatées dans la commune . Soit certaines d’entre elles n’ont pas été déclarées ,soit le tarif en forfait est à revoir à la hausse et sur une période plus longue que celle décidée du 15 juin  au 15 sept.

3.VOTE DE CRÉDITS SUPPLÉMENTAIRES 

12375 euros nécessaires pour le   financement 19 m euros du bureau d’études d’architecte travaillant sur le projet pont de Negru dont 12m euros seront subventionnés par la CTC

immobilisations corporelles (langage technique  budget communal,jeu d’écritures incompréhensible pour profane ) 130000 euros en cours

4.DECHETS

les containers plastiques de dépôt hors tri de  Grillasca et Piazze sont transférés prés de l’église.  les habitants de ces hameaux doivent,désormais ,se déplacer de plus d’un Km  pou jeter leur poubelle .raison :impossibilité de faire la collecte en marche arrière pour le camion de la communauté des communes du cap

tri sélectif :installations de borne de tri  en bacs plastiques :entrée du village,place de la mairie,ramassage une fois par mois en hiver et une fois par semaine l’été

La communauté des communes du Cap corse nous prend pour des imbéciles :les bornes de tri sélectif à hublot de la commune ,se trouvent actuellement à plus  de  7km du village ,dans le hameau de Negro .la plus proche est a 5 km ,en bordure de la RD 81 sur  la commune de Nonza .Depuis presque un an, l’association l’albore ulmitese demande à ce que des bornes soient installées au village D’Olmeta .On nous propose des bacs à couvercle verrouillés, dixit Mme la maire, répondant à une question posée à l’issue du conseil par l’albore .Nous l’espérons :sinon des bacs  ouverts  deviendraient des poubelles supplémentaires fourre tout.En attendant :rien.

Pourquoi des bacs et non des bornes?:parce que le camion de l’entreprise sous traitante collectant ce tri est trop large  pour se rendre et manœuvrer  au village ….ce qui reste à prouver.

C’est encore une histoire de camion qui fait que les habitants de grillasca et de Piazza doivent faire un long trajet pour déposer leurs sacs d’ordures hors tri.

Comment des élus d’une communauté de communes rurales peuvent -ils oublier les inconvénients de la ruralité comme l’exiguïté des routes ,et, dans le même temps acheter des camions surdimensionnés ? Sans doute cette organisation a -t-elle été conçue pour la côte est du Cap corse dont les villages sont en bordure de la RD 81 au moment ou le président  de la communauté des communes était le maire de Siscu .Désormais ,c’est un maire de la côte ouest qui a pris le relais ,celui de Nonza .Il devrait donc être plus conscient des problèmes  rencontrés en matière de collecte et de tri de déchets ,par les  communes limitrophes et prendre en compte les demandes de réorganisation formulées par les maires de Barettalli , Centuri ,Morsiglia, Canari et l’albore ulmitese.

5.EAU

fermeture de l’approvisionnement d’eau chaque fois que nécessaire la nuit de 22H à 6h du matin .Cause  :effet de la sécheresse et des fuites réparées à mesure ;le matériel de contrôle du réservoir endommagé .Schéma directeur de l’eau en retard. Débit approvisionnement imprévisible .

la gestion de l’eau et de l’assainissement sera assurée par la communauté des communes au plus tard en 2020:Au lieu d’être sous traitée par un grand groupe privé ;la ccdu cap corse a opté pour un service en régie

Pour la première fois ,la municipalité a admis qu’il existe des fuites . Malgré sa réfection,  récente qui date d’une vingtaine d’années,le réseau d’approvisionnement et d’acheminement de l’eau potable  est défectueux .L’ancien premier adjoint a été le premier à le dire, dés après sa prise de fonction, au lendemain des dernières élections municipales.Il en  faisait une priorité absolue du projet communal .il n’a pas été écouté ;C’est une des raisons de sa démission . IL existe de réels problèmes d’entretien, mais, peut être aussi, des vices de conception.Alors, il faut s’attendre,un jour, à être totalement privé d’eau et être dépendant d’un réseau d’eau d’arrosage peu sûr, vu le captage bricolé qui l’assure .On vient d’en avoir le témoignage :feuilleton du transfert de l’eau d’arrosage dans le réservoir d’eau potable (voir).

La population se pose quand même la question suivante :pourquoi aucune coupure d’eau en pleine  saison estivale,malgré la sécheresse et une consommation d’eau potable excessive,vu le quadruplement de la population communale ?Est ce la faute du destin ou d’une brusque aggravation de la situation ,si actuellement, moins d’une centaine d’habitants doivent pâtir de coupures d’eau ou récemment d’un arrêté d’interdiction de boire l’eau potable à défaut de la faire bouillir ou de la traiter personnellement à la javel!!Qui instrumentalise la main du destin ?

La commune a voté des taxes de paiement de l’eau annuelle au lieu ,comme auparavant  d’une taxe en saison estivale .Or,compte tenu des coupures et privation il serait judicieux et équitable,qu’elle revoie sa copie:En effet,comment peut -on payer un service qui est mal  ou pas du tout rendu ?

Gestion de l’eau en régie communale:Que la gestion de l’eau et de l’assainissement soient communaux est une bonne chose ,si, la commune ou l’intercommunalité (on ne sait pas si c’est une régie communale ou intercommunale  qui est décidée )passe contrat ,non pas avec une multinationale comme Kyrnolia ,mais  avec un professionnel local  compétent pour en assurer l’entretien (plombier formé et agrée par exemple:contrat d’entretien et de suivi ) Ce n’est pas un employé municipal ni une entreprise de BTP qui peuvent ,en toute sécurité s’occuper de cette ressource indispensable.On doit tirer des leçons de la situation dans laquelle nous sommes  actuellement qui est dûe au fil des municipalités successives à une gestion locale bricolée .

6.STATION D’EPURATION 

Elle est opérationnelle depuis début juillet.en phase d’essai travaux non encore réceptionnés.

Pour notre part ,nous émettons des doutes: non pas sur la nécessité d’une telle structure mais sur la qualité de cette construction,effectuée sur des terrains en pente dont la stabilité,bien que consolidée,engendre des craintes .Enfin, cette station est surdimensionnée :prévue pour 400 habitants potentiels :effectif optimum atteint ,en été, en comptant les locations saisonnières. C’est un exemple du paradoxe de la ruralité en corse :les villages sont déserts l’hiver,et abandonnés ,par les services publics .Ils sont  envahis en saison estivale ,période durant laquelle ,service municipaux et départementaux font du zèle ou plutôt leur travail, pour donner une bonne image aux visiteurs ou aux habitants de la diaspora .Cet afflux saisonnier oblige à construire des structures surdimensionnées, onéreuses, et à l’entretien difficile  comme notre station d’épuration .La voirie ,l’urbanisme ,le réseau d’eau et électrique ,et, par conséquent les documents d’urbanisme, sont désormais conçus en fonction d’une population de passage .Cela entraîne un surcoût inutile et injuste pour les habitants permanents.Ces politiques communales sont  non durables car,au vu  de l’âge avancé des habitants des villages corses, et, le peu d’entrain qu’ont les  jeunes à venir s’y installer,il est fortement à craindre leur désertification totale ,en saison morte  .Les  conséquences seront graves : l’entretien des différents réseaux de voirie ,d’énergie ,des habitations elles mêmes  ne se feront plus que périodiquement,et, les avaries seront fréquentes .les crédits contractés par les municipalités  continueront ,eux,de courir. 

NEGRU :UN PONT A LA PLACE D’UNE PISTE

Lors du dernier conseil municipal ,un projet fort onéreux de piste pour relier les habitations à la route principale, coupée par l’effondrement du pont, nous a été présenté ,ainsi que son financement.Entre temps ,changement de direction de la municipalité, qui, nous propose, dorénavant,la construction d’un pont en place et lieu du précédent :architecture identique ,assise béton plaquage en pierres.Devis 240 mille euros .Estimation de l’architecte un peu moins de 500 mille euros .une aide complémentaire est demandée .une souscription lancée par la fondation du patrimoine .

le coût réel de la reconstruction de ce pont est très sous évalué .Devis fantaisiste .Évaluation de l’architecte trop optimiste .La construction d’un tel ouvrage dépasse,allègrement, le million d’euros .Dés lors, se pose le problème :pont ou piste ? pourquoi le choix du pont a -t-il été fait ?on en sait rien .Sans doute pour une raison dite esthétique . la population n’a pas été consultée .Se pose un  problème d’éthique :doit -on construire, aux frais de la collectivité, une piste ou un pont pour desservir uniquement deux maisons ? Sachant que ces habitations ne pourraient ,en application des lois actuelles ne bénéficier d’aucun permis de construire .le pont conduit à un cul de sac .il faudrait, pour justifier l’intérêt public du projet ,que ce pont soit prolongé par une piste débouchant au dessus de la tour,en rendant ainsi l’accès public .les propriétaires concernés donnant  une partie de leur propriété pour le passage ,le projet deviendrait équitable et d’utilité publique .Il existe aussi une autre solution :pour un devis de 10m euros ces habitants peuvent faire ouvrir  une piste privée .Comme celle qu’a fait construire ,en son temps un propriétaire voisin.

————————————————————————————————————————————-

UNE HISTOIRE D’EAU

cliquer sur l’image pour la lire et consulter la légende

Cela coule de source :la ressource en eau est la condition principale de l’existence de la vie et donc de la création d’un village .le village d’Olmeta a été installé dans des lieux sécurisés ,à l’abri des razzias venues de la mer,sur des pans de montagnes  irrigués par une rivière et des sources d’eau acheminées jusqu’aux hameaux et les nombreuses zones cultivées .Au fil des siècles, l’eau est entrée dans les maisons augmentant ainsi les besoins en quantité ,et ,grâce au progrès de la médecine en qualité .Nous avons ci dessus , indiqué les difficultés actuelles que rencontre la commune d’Olmeta pour son approvisionnement en eau .IL nous faut en  narrer toutefois les dernières péripéties pour ceux qui ne sont pas abonnés au réseau social facebook mur l’albore ulmitese

Après un panneau indiquant ,a posteriori, de fréquentes ,pour ne pas dire quotidiennes coupures  d’eau, la nuit ,voilà que ,sans nous prévenir,le Mardi 31 octobre vers 12h , la municipalité utilise un raccord à incendie situé sur le tuyau d’arrivée de l’eau d’arrosage pour la transférer dans le réservoir d’eau potable .il y avait donc risque sanitaire ,un risque minimisé ou mal évalué par la municipalité .L’albore ulmitese a alors contacté  l’ARS ,l’agence régionale de la santé par le dispositif d’alerte santé sur internet .L’alerte a été validée .l’ARS ,nous indique qu’elle a contacté ,par l’intermédiaire d’un  ingénieur hydraulique ,Mme la maire qui a assuré qu’il n’y avait aucun danger parce qu’elle ajoutait du chlore à cette eau !!’Et elle affiche immédiatement un panneau dans ce sens .Cette réponse ne pouvait nous satisfaire car un dosage de chlore n’immunise pas contre des bactéries issues d’une eau captée à ciel ouvert dans une rivière non entretenue ,acheminée sur des km par un tuyau non enterré et supportant  de multiples captages particuliers qui accentuent les risques de pollution .Nous alertons une nouvelle fois L’ARS qui par téléphone convient que cette pratique est illégale en nous fournissant les textes de lois afférents .Elle contacte à nouveau Mme la maire qui,enfin,prend un arrêté invitant la population  à ne pas consommer l’eau du réseau sauf à la faire bouillir ou à la traiter à la javel!!!!.Pour autant des conseillers municipaux ont pour consigne de rassurer la population en leur disant que cette eau est buvable sans danger !!!!!

A noter, que l’arrêté est daté du 31 Octobre ,alors, qu’il a été pris le lendemain, bien après une première affiche déclarant cette eau potable.A ce jour ,Olmeta est toujours alimenté par une eau d’arrosage insalubre dont l’approvisionnement vient d’un captage sauvage, qui en cas d’intempéries, se bouche ,ou transporte de l’eau boueuse et autant de déchets qui passent dans des tuyaux grands ouverts qui collectent l’eau  dans le ruisseau. Pourtant ,dans les messages échangés entre l’ARS et l’albore ulmitese ,la municipalité assurait  à l’ARS que ce branchement était exceptionnel .Or ,il perdure.il est donc comme le dit l’ARS et va donc faire l’objet d’une plainte déposée par l’albore ulmitese.

ACQUA IN BOCCA

Donc notre eau n’est plus potable .il est  très fortement déconseillé de la boire, sauf peut être à la faire bouillir .Il en sera ainsi tant que des travaux hypothétiques ne  commencent…..La mairie et l’état se couvrent en quelque sorte .Et les Olmetais, eux, ne sont pas plus inquiets que cela, sauf les plus avertis .Par contre, l’information parue sur les réseaux sociaux, nous vaut les moqueries des nombreux  lecteurs ,qui ont cru, d’abord à une blague, et, qui ,après confirmation, sont sidérés, de l’apathie des habitants  du village devant de tels faits .Ailleurs ,ce serait la révolution . A Olmeta Di Capi Corsu c’est acqua in bocca sauf pour les adhérents de l’albore ulmitese .Pas question,pour nous ,d’avaler une couleuvre de plus comme celles qui s’insinuent dans le conduit d’eau d’arrosage.

 

 

 

assemblea generale di l’associu l’albore ulmitese: u trenta di settembre piaghja di Negru.assemblée générale de l’association l’albore ulmitese

_______________________________________________________________________

BULLETIN D’ADHESION A L’ASSOCIU L’ALBORE ULMITESE

Nom: Prénom:

adresse mail ou réseau social : tel.

adresse personnelle

Adhère pour l’année  2017: à l’associu l’albore ulmitese Poggio 20217 Olmeta Di Capi corsu pour un montant de 20 euros ou à votre discrétion

Ci joint la somme de ….par chèque ou liquide à l’ordre d’Albore ulmitese à envoyer à l’adresse ci dessus ou à remettre au trésorier

albore.ulmitesewordpress.com Albore Ulmitese facebook

…………………………………………………………………………………………………………………………………………

Assemblée générale associu l’albore ulmitese 3O Sept 2017

Ordre du jour .

Rapport moral du président

compte financier

modification des statuts ?

élection du bureau

mise en place d’actions et d’un mode de fonctionnement

questions diverses débat

20170929_110149

résumé du rapport moral:

activité de l’association:

1.démocratie participative informer les habitants d’Olmeta Du Cap pour pallier l’absence totale de communication de la part de la municipalité

2 être attentive à la préservation du patrimoine architectural ,naturel historique informer,sensibiliser,agir

3;lutter contre l’isolement du village:voie d’accès ,communication ,énergie:informer sensibiliser réagir

4 veiller à ce que le village ne soit définitivement fermé à tout développement durable par des projets qui entraînent un taux d’endettement tel qu’il plombe toute perspective d’avenir et de projets non prioritaires totalement à charge dés le moment ou les subventions se tarissent:informer,sensibiliser,agir

  1. sensibiliser au respect de l’environnement comme facteur incontournable d’un avenir sécuritaire et durable , par l’information ,la recherche de projets et solutions ,la prévention des risques, par leur repérage etla dénonciation de pratiques invalidantes ,la recherche pour une autonomie énergétique .informer ,sensibilise ,agir
  1. outils utilisés mur facebook twitter blog word press :liens avec associations requête auprès des autorités opération de veille et contrôle,constitution de dossiers et dépôts de plaintes ou recours judiciaires et toute action de mobilisation de rue en cas de blocage:
Pour le bureau le président Christian novella

l‘assemblée générale de l’associu l’albore ulmitese s’est déroulée le 30 Septembre 2017,au farniente plage de Negru,établissement au sein duquel le patron  un de nos adhérents, nous a trés bien accueilli et offert l’apéritif.

le rapport du président a donné lieu à un débat constant, durant lequel s’est confirmé qu’il existe un réel et grandissant mécontentement quant à la manière dont est gérée la commune.il s’exprime au travers de préoccupations,parfois d’ordre privées,mais qui impactent l’ordre public.

A ce sujet,les habitants du hameau de Negru sont inquiets : état de la plage ,travaux de construction d’une piste ou d’un pont ? réfection de la chaussée emportée. Depuis plusieurs mois,les informations venant de la municipalité par voie orale et non officielle ,sont contradictoires .Au dernières nouvelles ,il s’agirait de reconstruire le pont détruit,non pas à l’identique, mais autrement.Des sommes folles circulent etc..les adhérents missionnent le président pour qu’il se rende auprès de la municipalité pour vérifier les informations.

D’autres sujets :l’abandon de la grotta scritta ,l’impact de la loi Notre ,le pb de l’eau potable etc….sont débattus avec pour conclusion une demande d’intervention plus musclée et voyante de l’association auprès des différents services extérieures à la commune qui concourent à la gestion municipale.

Ce faisant,le président,en rappelant les objectifs de l’association,affirme que son action est strictement citoyenne et non dirigée contre la municipalité.il faut sortir en corse du « si tu n’es par pour tu es contre:autrement dit :si tu n’es pas pour l’élu tu es contre.Ce type de discours simpliste,et volontairement diviseur,confisque la parole aux citoyens,que l’on tient à l’écart,du développement de la commune, décidé ,seulement, par une ou deux personnes sans concertation.

Evidemment ,ce type de gestion n’est pas compatible avec la démocratie participative prônée par l’albore ulmitese suivant le concept de développement durable qu’elle défend.

Réélection du président et du bureau ;Il est décidé que le bureau se réunira au moins une fois par trimestre .

le mur facebook de l’association est très lu,en corse et aussi hors de corse , dans la mesure où il constitue une source d’information quotidienne sur l’environnement dans l’île et ,en dehors. Son blog word press moins alimenté est aussi très consulté .

l’association va multiplier sur son mur facebook et sur les sites ou murs des collectivités départementales ou régionales ,voire sur le compte personnel twitter des élus ,par photos ou textes, les dysfonctionnements notoires et latents.

.l’association est régulièrement invitée par des collectifs ou associations citoyennes qui apprécient notre parcours et nos publications.

  le compte financier est positif .le nombre d’adhérents en progression. l’ouverture à des adhésions extérieures aux habitants du village est actée dans la mesure ou la demande existe.

Après trois ans d’existence, l’association ayant épuisé toute forme de dialogue productif et d’intérêt public avec la municipalité pour bâtir avec elle un véritable avenir équitable solidaire et convivial au sein du village d’Olmeta,a décidé de passer la vitesse supérieure et d’utiliser d’autres moyens pour briser l’autocratie spéculative qui sert l’instant présent de certains habitants au détriment de l’avenir collectif de la commune ,à un moment crucial de son existence.