Archives pour la catégorie Actualités

Municipales:le seul enjeu quelle commune pour demain?

Elections municipales d’Olmeta Di Capi  Corso .Message de l’albore ulmitese association en développement durable du village d’Olmeta Di Capo Corso aux habitants et aux candidats à l’élection municipale de Mars 2020.
Notre association a pour but d’étudier et de proposer des solutions pour un avenir durable du village c’est-à-dire équitable solidaire et porteur d’emplois dans le respect des codes de l’urbanisme et de l’environnement comme du PADDUC .Il s’agit d’enrayer la désertification en développant une économie   fondée sur l’exploitation intelligente raisonnée et raisonnable des atouts environnementaux tenant à sa situation privilégiée entre mer et montagne sur le parcours de grande randonnée faisant le tour du cap corse en train d’être élaboré et sa richesse patrimoniale . Elle œuvre pour la préservation du patrimoine culturel et immatériel du village pour entretenir un devoir identitaire de mémoire. Ce patrimoine doit être entretenu valorisé et promu pour le faire connaitre par les habitants et aussi des visiteurs potentiel encadrés:un tourisme culturel
D’ABORD UNE VOLONTE POLITIQUE D’AMENAGEMENT DU TERRITOIRE
Pour rendre possible ce développement,il faut une réelle volonté politique jusqu’alors absente pour diverses raisons qui tiennent essentiellement aux difficultés qu’ont les maires des petites communes à définir une politique d’avenir d’aménagement du territoire comme le démontre leur opposition quasi unanime aux critères qui en posent les bases comme le PADDUC ou les lois littoral et montagne ,à celles  qu’ils ont à élaborer des projets acceptés par la région ou l’état , à leur conservatisme qui est aussi celui de leurs électeurs ,à leur souci  d’être réélus qui exclut toute prise de risque susceptible de décevoir des électeurs qui se moquent de l’avenir de la commune pour ne s’intéresser qu’à la satisfaction de leurs intérêts particuliers.Mais des chiffres sont révélateurs:  presque 60% des habitations de la commune d’Olmeta sont des résidences secondaires .la majorité des résidents actuels à une moyenne d’âge élevée (voir les chiffres de l’INSEE). Ce village est destiné à ne plus exister comme entité communautaire vivante pour devenir un village vacances à rente locative,il y a donc urgence à agir.
                                           la tendance peut-elle s’inverser ? il est presque trop tard ,mais cela ,est encore  possible si la nouvelle municipalité,change de stratégie et opère des choix différents des précédentes,en se fondant sur une politique d’un véritable aménagement du territoire  . C’est d’autant plus réalisable que des projets de développement peuvent bénéficier dorénavant  des nouveaux crédits conséquents d’aide aux communes votés par l’assemblée de Corse et de différents dispositifs régionaux nationaux ou européens comme le schéma ile montagne qui place le village en zone prioritaire renforcée selon le PADDUC.
.Nous n’allons pas énumérer les différentes aides possibles . c’est aux candidats à les connaitre s’ils font acte de candidature pour gérer l’avenir de leur commune et non pas en suivant d’autres démarches.
DES OUTILS D’AMENAGEMENT  DU TERRITOIRE DONT UN  ESSENTIEL  LE PLU
Un document est essentiel c’est le PLU communal, en fin d’élaboration qui établit dans son PADD, un diagnostic des manques et besoins de la commune et doit donc être utile pour construire des projets pour y pallier  .Or ce diagnostic n’a pas été réalisé en concertation avec les habitants mais par un cabinet d’études qui n’a consulté que le maire et les services de l’état (ddtm) et des données générales que l’on trouvent sur les sites spécialisés de l’état ou régionaux ,une forme de copié collé .Il est donc incomplet et propose des pistes de développement intéressantes mais de pure forme seulement destinées à ce que le document soit validé .Cette démarche d’élaboration n’est pas spécifique au village d’Olmeta di Capo Corso ,mais elle montre comment un document d’aménagement du territoire peut se transformer en un seul plan d’urbanisme qui consiste à trouver des terrains pour permettre des constructions nouvelles ,de préférence à destination des familles qui le demandent et sont agréés. Une étape essentielle sera ratée, si ce PLU ne tient pas compte de son PADD et ne se concrétise que par un zonage consistant à mettre en place essentiellement des espaces constructibles . La municipalité vient de mettre sur le site de la commune , Un projet de PLU qui peut être encore modifiable.il s’agit d’un zonage bâti autour du constructible.On attend autre chose.
On peut imaginer,par exemple qu’au sein de ces terrains un  espace public de convivialité comportant des lieux de vie  qui soit le lieu de rencontre  des différents hameaux : un petit parc ou des espaces aménagés avec boulodrome,un  city park, des installations pour la petite enfance voire un bassin d’agrément etc;;;
. Que soit adossé au PLU  ,un DOCOBAS document qui donne un sens et organise l’activité agricole sur la commune .
. La création d’une AFP association foncière pastorale ,déjà proposée mais non réalisée ,des propriétaires de la commune sur un périmètre donné qui remettrait en relation avec le GIRTEC,de l’ordre dans le morcellement parcellaire et l’indivision . Des terres ,ou boisements abandonnés ,des oliveraies ou châtaigneraies pourraient être ainsi entretenues et valorisées La collectivité de Corse encourage la créations de tels outils d’aménagement du territoire et  propose une aide technique et financière pour leur mise en place
Ce DOCOBAS et cette AFP devrait libérer des terrains agricoles à forte potentialité .Quand bien même ,cela ne serait pas possible ,il doit exister encore des terres agricoles communales ou ,à défaut,  la municipalité peut  en louer à des propriétaires privés ,pour  faire un appel d’offre afin que s’installe dans la commune un couple d’agriculteur  spécialisé en agriculture biologique qui en même temps tiendrait une petite épicerie .Ce couple bénéficierait d’une location en logement communal ou social .Rien de très original puisque cela se fait ailleurs avec succès;
UNE DEMOCRATIE PARTICIPATIVE
En effet, on ne peut concevoir de nos jours que l’aménagement d’un territoire communal soit élaboré sans que les habitants y soient vraiment associés autrement qu’en étant invités à des réunions d’information .L’argument utilisé par les élus qui consiste à dire que construire un territoire de nos jours est avant tout un problème de haute technicité n’est pas recevable, comme celui qui met en avant le désintérêt des habitants pour ce faire .
                                          il appartient aux municipalités, avec ou sans  l’aide des services de l’état et des différents offices ou agences régionales de faciliter dans chaque village la création d’un groupe de personnes associés et formées à l’élaboration de la politique communale et donc des documents d’urbanisme .le maire de la commune de Linguizetta propose dans son programme de réélection la constitution d’un groupe de citoyens tirés au sort pour participer à la prise de décision de vie communale :c’est une forme  comme tant d’autres de démocratie participative un principe  défendu par l’association l’albore ulmitese.Ces personnes deviendraient ,force de proposition susceptible de recréer une dynamique de développement créatrice . C’est un conseil citoyen formel ou informel dés le moment où le maire réunit périodiquement  la population résidente  et consulte par le net les habitants qui résident à l’extérieur.A défaut, chaque municipalité peut créer sous la responsabilité d’un adjoint ou d’un conseiller municipal  une commission de gestion sectorielle  composée d’habitants des différents  hameaux du village .Exemple une commission voirie élargie.
C’est ,en effet,  le  conseil municipal qui peut jouer un  rôle moteur citoyen . hélas , ce n’est généralement pas le cas . Dans trop de municipalités de l’île, le maire décide seul et fait signer à l’aveugle aux conseillers municipaux des prises de décisions auxquels ils n’ont ni été vraiment associés ou consultés ou ne veulent pas l’être .Pourquoi leur demander leur avis disent les maires puisqu’ils ne sont pas intéressés ou parfois sont inaptes à comprendre !!! Pourquoi les avoir contactés alors pour constituer une liste de candidature municipale ?
DES CANDIDATS MOTIVES ET ENSUITE FORMES
Certes il est désormais très difficile de trouver dans les villages des personnes intéressées par la chose publique. Sans doute, cela est il dû dans certains villages comme à Olmeta, à l’âge moyen avancé de la population résidente qui n’a plus l’envie la santé ou la force de s’investir. Mais, on peut dire sans se tromper que ce désintérêt est la résultante de gestions municipales successives par des maires qui n’ont pas associé et formé leurs adjoints ou conseillers municipaux à la gestion en équipe. Il n’existe pas au sein de beaucoup  de communes corses une vraie culture de la démocratie .Ce sont des pratiques claniques ancestrales qui se perpétuent .le maire décide souvent seul ou en suivant les conseils de proches ou le plus souvent du président de l’intercommunalité ou des collègues maires amis des autres communes.
Donc il est important que les personnes qui s’engagent sur des listes électorales municipales le fassent en leur âme et conscience pour s’investir dans leur commune et non pas pour donner un blanc seing au futur maire , à être des citoyens motivés,susceptibles d’apporter une compétence éclairée et non pas des suiveurs aveugles dans la mesure ou il font une confiance absolue au maire .l’exercice d’une vrai démocratie voudrait que le futur maire d’un petit village fasse appel ,et donc ,s’entoure des personnes les plus compétentes pour servir les intérêts de la commune et construise sa liste en conséquence . Ce n’est que très rarement le cas.Dés lors on peut s’inquiéter d’une accaparation de fait du pouvoir qui peut entraîner des conduites génératrices d’erreurs ou de mauvais choix. On a plus de chance de se tromper seul qu’en équipe. En s’occupant seul d’une gestion aux tâches administratives désormais importantes, on ne peut avoir le temps de réfléchir à des projets de développements nécessaires fondamentaux voire novateurs, à assurer l’avenir d’une commune . Un maire doit donc déléguer et, conséquence, constituer  une équipe de conseillers municipaux responsables et actifs qui ont de vrais responsabilités.
  Un conseil citoyen formel ou informel ,un conseil municipal formé consulté et actif ,voilà une solution  pour qu’un maire ait réellement les moyens de  gérer démocratiquement et de manière ambitieuse une commune
                                 Un futur maire doit donc , dans son programme s’engager à offrir aux conseillers municipaux la formation nécessaire à assumer la gestion d’une commune et à connaitre le fonctionnement des ECPI communautés de communes dont dépendent désormais les communes, celui des différents offices ou agences régionaux dont dépendent la mise en place et la réalisation des projets et des différents et nombreux dispositifs d’aides aux communes qui existent désormais.
                                 En conséquence ces candidats doivent accepter d’être formés et le futur maire doit donc prévoir à quel adjoint ou membre du conseil municipal il va donner de vrais délégations ou de vrais responsabilités.
UN PROJET COMMUNAL A LA PLACE D’UN PROGRAMME ELECTORAL
Désormais ,une commune soit elle modeste? ne peut plus se gérer au jour le jour .la municipalité se doit de prévoir ,et d’anticiper ,pour éviter de répondre dans l’urgence à des problèmes qui auraient pu être évités avec une meilleure gestion prévisionnelle et aussi d’entreprendre pour l’avenir dans le cadre d’un développement durable . C’est pourquoi chaque liste de candidats à l’élection municipale doit présenter un vrai projet de commune  qui gére l’urgence , le quotidien et envisage l’aménagement du territoire communal de demain,plutôt qu’un programme électoral . Sachant, qu’aménager un territoire c’est prendre en compte tous les paramètres :,mobilité, foncier, agricole, forestier, éducatif ,associatif ,social,économie etc vaste programme dont l’associu l’albore ulmitese a déjà depuis sa création dessiné les contours .il s’agit à la fois d’être pragmatique mais aussi visionnaire .
UN PROGRAMME D’ACTIONS PRIORITAIRES
Comme vu plus haut, le PLU et le PADDUC sont des outils de base d’aide à la décision et à la mise en place d’un plan d’aménagement du territoire .Mais s’il fallait dessiner un programme d’actions prioritaires incluses dans le plan ,ce serait:
1.Désenclaver le village,
une nécessité que l’associu l’albore ulmitese ne cesse ,et ,ce depuis sa création ,de proposer comme une nécessité vitale pour le développement de la commune . Il a fallu une coupure de route prolongée et invalidante pour qu’enfin l’idée fasse son chemin  . Un contournement de la zone dangereuse ne servirait à rien .Il faut une nouvelle route qui complétera l’ancienne. La solution la moins onéreuse et la plus facile à appliquer serait celle de la construire sur le tracé du sentier d’Olmeta à Negro .c
2 .Une vraie politique  de l’eau 
très urgent vu les incidents à répétition qui nous privent d’un accès à une vraie eau potable .Le schéma communal de l’eau ne doit pas se résumer à rénover le captage d’eau potable et son réseau de distribution ,comme cela va se faire ,mais à réaliser, par étapes, un projet global qui installe l’eau comme ressource et richesse tout en la préservant .Définir un parcours de l’eau intelligent et durable qui intègre l’eau d’arrosage ,la gestion de la rivière ,la recycle , l’économise et la rentabilise dans un intérêt commun . Projet conséquent , valorisant et excitant à imaginer car il offre plusieurs possibilités qui débouchent sur des perspectives économiques d’un tourisme vert mais aussi et surtout sur l’amélioration des conditions d’accueil et de vie des habitants du village . Des pistes pour réaliser ce parcours ont déjà été dessinées par l’associu l’albore (voir les articles antérieurs)
                                                     Mais en plus de bénéficier à nouveau d’une eau potable de qualité ,l’urgence ,il serait déjà de doter les rues du village de caniveaux afin de les rendre praticables les jours de pluie et éviter les flots de ruissellement qui emportent les murs et des pans entiers de terrains ,C’est pourquoi il faut stopper la réalisation de  tout dallage hermétique  des rues  qui y compris si des  des moyens d’évacuation sont prévus aneanti la biodiversité de surface et de profondeur ,assèche les nappes phréatiques .
                                                    Ce circuit vertueux de l’eau permettrait de projeter la construction d’une mini station hydraulique de production électrique ,d’assurer une meilleure  irrigation des jardins , et, de créer au sein du village, un parc paysager convivial  avec fontaine et bassin ou mare d’agrément et pourquoi  pas des jardins partagés .Le déréglement climatique   rend la gestion de l’eau comme priorité absolue .La commune doit donc se saisir du problème et le résoudre au mieux dans une vue d’ensemble et non plus une approche sectorielle .Pour le prendre en charge totalement, elle peut ne plus déléguer la gestion de l’eau à la communauté de commune qui la donnera à une entreprise privée mais créer une régie communale de l’eau.
3.Entretenir valoriser le patrimoine immatériel et culturel
Un  inventaire a été réalisé par l’association Pettre Scritte et son histoire a été écrite par Paul Felix Vecchioli .Un patrimoine très riche qui peut faire l’objet de la création de plusieurs parcours patrimoine qui vont permettre de rénover ou d’entretenir certains édifices ou sites comme de créer une activité touristique encadrée créatrice d’emploi et assurant des retombées économiques au village .Deux associations à Olmeta ont pour but de défendre ce patrimoine l’albore ulmitese et a Cumpagnia di San Teramu  .il faut donc qu’elles développent des projets en concertation avec le futur adjoint à la culture et au patrimoine de la mairie ,un poste qui est à créer.Pour redonner une identité communautaire au village ,il conviendrait de  ressusciter  certains rites , ceux de nos  anciens, dont la vie était rythmée par les saisons et les fêtes votives .Deux fêtes sont importantes et subsistent : la fête patronale la St Césaire et St Erasme . il faudrait , en premier lieu , s’appuyer sur ces deux événements et leur redonner un sens et un nouveau contenu  plus conséquent. Ces jours là doivent être conviviaux et réellement festifs pour les villageois et leurs amis de l’extérieur paroissiens ou autre touristes. On peut prendre exemple à ce sujet sur certains villages corses.
4 Résoudre l’isolement numérique
L’accès internet est à  débit réduit  voire très faible .De plus,il est fluctuant suivant les heures !!!par instant Il est très difficile voire très long de télécharger des dossiers ou d’enregistrer des vidéos. L’albore a déjà proposé sans succès  la mise en place d’un relais intermédiaire à l’instar de ce qui a été fait sur la commune d’Ogliastro. Il faut, avant l’arrivée dite proche mais sans doute lointaine de la fibre, résoudre ce problème dans la perspective d’offrir la possibilité  du télé travail à domicile ou tout simplement de permettre aux résidents  de télécharger de lourds documents ou des films .
5 Un vrai plan  communal de sauvegarde incendie (PCS)
le plan de sauvegarde incendie a été rendu  obligatoire par arrêté préfectoral  pour des communes prioritaires et conseillé pour les autres .IL est à établir avec les services de l’état ,la communauté des communes ,l’université de corse et ses spécialistes du feu et le SDIS (service départemental d’incendie et de secours) .En attendant il serait très utile  de créer une large bande coupe feu tout  autour du village.
LE REVE EN LIGNE DROITE POUR DE NOUVEAUX ENJEUX
le plus court chemin  pour aller d’un point à un autre ce n’est pas la ligne droite  mais  le rêve .Ce faisant,l’associu l’albore ulmitese trace une ligne vers le rêve, celui de  bâtir, étape par étape , l’Olmeta de demain ,ou plutôt mettre en place un plan d’urgence pour empêcher ce village de cesser d’en être un .la future municipalité a donc un rôle essentiel à jouer à un moment crucial de l’histoire du village .Elle doit l’assumer faute de devoir dans l’avenir porter la responsabilité de l’irrémédiable .Pour réussir, il faut qu’elle associe au maximum les habitants à la gouvernance de la commune afin que ces derniers finissent ,au delà de la satisfaction d’intérêts particuliers ou de la perpétuation de  rancunes personnelles ,par jeter un regard nouveau sur leur territoire pour le valoriser ,lui rendre vie et âme dans le respect  de son environnement humain et naturel .Une gestion sans commune mesure avec les dernières mandatures et plus adaptée aux enjeux  d’aujourd’hui et de demain . Rien n’est impossible  il suffit de vouloir à nouveau réunir pour créer une dynamique positive et consensuelle  et s’en donner les moyens .Ensuite il faut s’armer de patience pour qu’à nouveau ce village retrouve confiance et sérénité .L’associu l’albore ulmitese est, et a toujours été,  une association prête à apporter son concours à ce renouveau dans le champ de ses compétences et de sa philosophie ,celle du développement durable c’est à dire ,nous le rappellerons jamais assez,solidaire équitable respectueuse de l’humain et de son environnement et porteuse d’emplois .

notre historien s’en est allé

Quand nos anciens nous quittent, c’est un bout de notre mémoire qui s’en va.. Ce sont les ultimes témoins d’une époque, où le village d’Olmeta était encore une communauté vivante, au sein de laquelle, la vie n’était pas très facile, les relations entre les habitants étaient parfois conflictuelles,  les temps de labeur alternaient avec les  temps forts de vie et de convivialité autour de rites religieux ou païens qui rythmaient les saisons: un village habité d’âmes et d’une âme.
Tout cela, tomberait peu à peu dans l’oubli, si ,un jour ,un habitant, Paul Félix Vecchioli n’avait entrepris un dur et minutieux  labeur de recherche pour retracer par écrit, l’histoire de ce village, c’est à dire : »comment vivaient leurs ancêtres, quelles étaient leurs préoccupations, leurs réalisations, ou leurs échecs.,comment ils se nourrissaient, s’habillent, se logeaient,… bref ,quelle était leur vie quotidienne… » extrait du livre 1 « la communauté d’Olmeta Di Capi Corsu par Paul Felix Vecchioli » Deux livres, à compte d’auteur, ont suivi, ainsi qu’une participation active à l’ouvrage de l’association Petre Scritte » Olmeta Di Capocorso inventaire du Patrimoine »
Ces publications témoins, ces chroniques ont une valeur inestimable. Elles constituent un patrimoine culturel immatériel ,un repère identitaire qui doit permettre aux jeunes générations et aux nouveaux habitants qui ont le bonheur de les lire, de regarder autrement leur village ,en donnant  vie de mémoire  aux habitations ,aux places aux ruelles, à l’église et aux chapelles ,aux  oliviers ,châtaigniers ,chênes centenaires, à cet environnement humain et naturel riche d’histoire et de chemins de vie et ainsi à les respecter et faire respecter . Les anciens habitants du village seront  toujours vivants, à porter de mémoire grâce à Paul Felix Vecchioli.
Repose en paix Popaul, rejoindre tous ceux que tu nous fait connaitre et revivre .Les villageois d’Olmeta te sont éternellement reconnaissants.
 

 

 

 

 

 

Une crise des déchets sans commune mesure

l’albore ulmitese a assisté à une réunion  sur la problématique des déchets en Corse et le déroulement de la crise qui veut qu’actuellement, suite à la fermeture des centres d’enfouissement, les déchets ne sont plus collectés régulièrement ,et, quand ils le sont, sont conditionnés en balle de plastique pour être stockés dans des endroits  à l’air libre .Cette mise en balle va entraîner une très nette augmentation de la taxe d’ordures ménagères jusqu’à une solution soit trouvée .

Or les solutions s’amenuisent et un export sur le continent se précise de plus en plus .Cette réunion publique  appelée par le maire de Centuri mécontent de la maniérè dont la communauté des communes du Cap  Corse gère ses déchets et  ne laisse aucune initiative aux maires  comme lui  ,et, Anthony Hottier maire de Baretalli qui essaie d’innover en matière de collecte et de traitement s’est déroulée le Samedi 7 Decembre à Siscu .Le vice président de la com com du Cap Corse et du Syvadec l’a accueillie dans sa salle des fêtes  pour représenter le président Chaubon

Cette réunion n’a pas  été  ni une polémique interne entre élus de la communauté des communes, ni ,houleuse comme l’écrit la presse .Les citoyens pendant 4H se sont exprimés et ont demandé des comptes aux élus.Deux de ces derniers , Mr Brugioni et Hottier ont bien été obligés d’exprimer leurs désaccords avec la communauté des communes  du Cap Corse , dans la mesure où ils ont toujours douté de l’efficacité  des mesures prises concernant le tri et la  collecte des déchets et qu’ils ont proposé  en vain des alternatives performantes .

Lors de ce débat l’association albore ulmitese a proposé des solutions qui sont des pistes à approfondir

Propositions de l’association albore ulmitese

.Que dans le PADD du PLU à venir de chaque commune ou  dans le cadre de sa révision ne soit pas oublié le diagnostic déchets et donc dans le PLU lui même soient inscrites  des solutions précises sous forme d’un parcours déchet bien identifié

.Qu’à la place des ambassadeurs des déchets, on crée des contrôleurs déchets qui dans chaque commune contrôleraient  avec le maire si le tri est fait ,la collecte assurée , et élaboreraient une stratégie en conséquence pour pallier aux dysfonctionnements ,identifier les tricheurs et améliorer le système

.Qu’à l’issue de la réunion, soit créé un groupe d’action citoyen au sein du Cap Corse comme force d’action active pour la gestion des déchets (et peut être pour l’ensemble des pbs rencontrés) auprès de la communauté de communes pour faire remonter les doléances, pointer précisément les dysfonctionnements ,proposer des remédiations et améliorer une communication inexistante entre les élus et la population. La création d’un mur sur les réseaux sociaux serait une première étape

.Que ce groupe comme première action adresse une lettre à distribuer aux élus actuels ou futurs  comme à toutes les listes de candidats aux prochaines  municipales pour qu’ils soient sensibilisés à la problématique des déchets et qu’ils s’engagent dans une démarche vertueuse de tri

.Appel à la désobéissance civile en ce qui concerne le paiement du surcoût très conséquent qui sera supporté par chaque habitant en raison de la mise en balle des déchets et peut être leur acheminement vers le continent :un effet de la crise des incompétences .Payer  individuellement cette taxe  à la caisse des dépôts et non plus à vos communes .

.les discussions diverses sur la gestion des déchets dont l’échec est patent et oû chaque instance se renvoie la balle a échoué .Il convient donc que les citoyens prennent le relais ou du moins se fassent entendre autrement qu’en faisant de l’information ou de la pédagogie, mais, en poussant les élus à prendre les bonnes décisions notamment celles qui consistent à effectuer un véritable tri à la source et à donner les moyens à chaque commune de produire un minimum de déchets seulement  ceux qui sont destinés au tri recyclage .le peu  restant de déchets inertes   seraient enfouis dans des centres de proximité .En ce qui concerne les gravats abandonnés dans les ravins on peut imaginer que les particuliers et entreprises les déposent dans un container situé dans chaque commune .Les auteurs des gravats payant le dépôt ,la commune se chargera de les évacuer ensuite .

.

Evviva San Cèsariu

Saint Césaire, fête patronale du village. Cette année la messe sera animée par la chorale paroissiale et la confrérie San Martinu di Patrimonio qui suivra aussi la procession

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est img_20190824_122415-1.jpg

Elle sera célébrée, pour la dernière fois, en tant que curé de la paroisse par Patre Nicoli qui, dans ses nouvelles fonctions de doyen à ND de Lourdes Bastia, supervisera en tant que vicaire forain son successeur au sein de la paroisse de St Florent dont nous dépendons

Le spuntinu qui suit est organisé par les paroissiens(es) qui s’occupent de l’église avec le concours de l’association l’albore ulmitese. Chaque famille présente ou absente apporte ou fait parvenir  de quoi alimenter le repas froid qui suit .Les jeunes ensuite,portent ,à la guitare l’aubade, aux anciens dont le nombre, hélas, diminue chaque année .

A défaut de retrouver les écrits de la messa nustrale e prucissio di San Cesario qui existaient et existent encore peut être,s’ils ont échappés aux habituels nettoyages d’archives, effectués dans les églises corses dans les années 60 ,l’associu albore ulmitese ,dans sa quête patrimoniale,a demandé au confrère Petru de la cunfraternita San Martinu di Patrimonio, spécialiste en liturgie ,d’en rédiger de nouveaux . il a mené à bien cet exercice difficile pour notre bonheur et le sien. .Pour la St Césaire de cette année , il est encore un peu tôt pour les faire approuver par le père paroissial et les paroissiens.

les voici donc . Vous pouvez en les lisant retracer la vie de St Césaire

nous vous attendons ,comme chaque année pour célébrer, avec nous, cette fête patronale en toute ferveur et convivialité

Evviva San Cesàriu

a vita in Olmeta di Capi Corsu nutiziale secundu trimestru 17

 

 

CONSEIL MUNICIPAL DU 17  AVRIL 2017

Aucun membre de l’association  l’albore ulmitese n’a malheureusement  pu assister à ce conseil qui, comme d’habitude, se réunit sans véritable information de la population puisque la convocation est affichée seulement deux à  trois jours avant la réunion   hors de vue du public sur la porte d’entrée  intérieure de la mairie. le bâtiment communal  se situe dans le hameau le plus élevé du village. Dans chaque hameau,pourtant, se trouve un panneau d’affichage municipal .Il faut donc pousser régulièrement la lourde porte d’entrée du bâtiment communal,pour se tenir informé d’une éventuelle réunion du conseil municipal. En disant cela ,on se répète,certes ,mais on s’arrêtera jamais de le faire,tant ce procédé de désinformation d’un conseil pourtant public est un des indicateurs d’une gestion communale totalement autocratique.

Nous ne pouvons donc vous faire un résumé plus détaillé de la réunion.il faudra se contenter de ce résumé affiché ci dessus


rémunérations du maire et des adjoints: augmentation votée:on n’en connait pas le montant.Dans les petites communes,très souvent, l’équipe municipale n’accepte pas de rémunérations,ou, les reverse dans le budget.En effet, représenter la population d’un village est un acte volontaire de citoyen désintéressé,du moins dans la plupart des communes .On peut concevoir qu’un maire, en plus de frais de déplacements ou de service, soit défrayé de son travail conséquent .Les rémunérations des adjoints, qui n’ont,dans ce village,qu’une délégation virtuelle et donc aucune responsabilité ,sont indécents ou,comme le disent les mauvaises langues,un moyen d’acheter leur silence complice ..

____________________________________________________________

CONSEIL MUNICIPAL du 3 JUIN 17

Pont de celle :projet différent = report de subvention refusé par CTC qui répond que c’est un nouveau projet = nouveau financement  et nouveau plan voté coût 60081 euros entreprise Service construction 45045 CTC  commune 15015,25 E. Vu la modification des travaux à minima :le coût du marche de rénovation nous parait quelque peu onéreux!!

dossier intempéries: mise en oeuvre  sous commande de la municipalité par  le bureau d’études BEI qui gère tous  les marchés publics de la commune, d’une procédure d’urgence impérieuse,passant outre l’appel d’offre habituel:  lots :parking Negro et canalisation et route d’accès aux habitations isolées par l’écroulement du pont .le budget prévu est dépassé  de plus 50m euros ;réalisation société service construction pour le  parking.Société  SNTP choisie pour le  deuxième lot qui est la route d’accès aux habitations isolées ; là encore,on peut s’étonner du coût de l’opération sachant que d’autres entreprises seraient prêtes à réaliser ces travaux  à devis moindre.

réfection façade confrérie 34 m euros CTC ,le reste à la charge de la  commune(30m euros)

PLU : Pb financement complémentaire à trouver :espéré  CTC 27425 euros ….  Sur un tiroir d’un bureau de la salle de mairi, est inscrit en gros « PLU » ; Clin d’œil provocateur du maire à notre intention? Effectivement, cela fait un moment,que ce PLU est dans un tiroir et risque de le rester .Un habitant d’Olmeta s’est permis de contacter le cabinet chargé de l’élaborer dont le  siège et à Oletta .il lui a été répondu qu’une réunion aurait lieu en Mars dernier …..mais évidemment, de promesses en promesses non tenues  (ce n’était pas la première) aucune réunion n’a eu lieu et n’est prévue .

……………………………………………………………………………………….

Plage de Negru .elle a été nettoyée par des habitants d’Olmeta sous l’action continue des deux patrons des entreprises œuvrant en bordure : la paillote u Farniente et le relais du Cap .L’albore ulmitese attendait la fin Mars ,le temps que les grandes tempêtes aient fait leur oeuvre de remodelage du littoral pour mobiliser sa quarantaine d’adhérents ;Cela a été inutile ,l’énorme travail ayant été réalisé auparavant,grâce, notamment, à nombre d’adhérents de l’association . Si la municipalité,a oublié de remercier ces bénévoles,parmi lesquels, se trouvait une habitante de Negro ,adjointe au maire, nous incitons la population à le faire .Grâce a eux ,les Olmetais  ,les estivants et les  touristes locataires ou de passage,peuvent de nouveau se baigner sur cette plage. les services publics : les sapeurs forestiers sont intervenus en juin sans véritable cahier des charges avec une pelleteuse inadaptée : ils devaient revenir,nous a promis le conseiller départemental. leur intervention a été évoquée lors de conseil municipal du 3 juin 17.Mais plus vus depuis.

Quant aux habitants  du hameau de Negro ,ils ont du se débrouiller par eux mêmes,pour qu’une ligne électrique provisoire leur soit posée, et,une réparation définitive soit effectuée début juillet, non sans coupures d’électricité, malgré l’installation par EDF d’un groupe électrogène.  Ceux,dont les habitations ont été isolées par la chute du pont ,ont dû ,pour dégager leur véhicule, ou, pouvoir  faire effectuer des travaux de réparations des dégâts,utiliser une vieille piste en terre pentue très difficile d’accès .

……………………………………………………………………………………….

Le Pont provisoire sur la D 81 commune d’Olmeta Di Capi Corsu 

Ce ponte in ferru  ,ce pont de fer ,datant de l’après guerre ,a été installé pour un temps  provisoire qui risque de durer .De fréquents contrôles font apparaître des risques de déstabilisation dus aux vibrations causées par les véhicules qui ne respectent pas les panneaux réglementant le passage, dont certains, ,multilingues, viennent d’être pourtant ajoutés  par le conseil départemental,suite aux remarques des usagers dont albore ulmitese.En effet ,ils se  succèdent sur le pont ,au lieu de passer un par un ,vont à une vitesse supérieure à 10 km heure, ou,l’utilise au dessus du tonnage autorisé:19 tonnes(gros camions) .Nous suggérons aux habitants de la région qui utilisent le pont, de faire signe et klaxonner afin que la réglementation soit respectée :cela fonctionne .Ce n’est peut être pas une mesure essentielle de sauvegarde mais,si chacun le fait,on retardera peut être le moment où,on on nous dira que le pont est devenu inutilisable .Ce n’est pas un propos alarmiste mais bien une crainte de ceux qui ont la charge de surveiller un pansement mis sur un accotement fragilisé et instable.Durant le mois d’Août ,la départementale route du cap étant très empruntée ,il y a un risque de blocage du trafic  des deux côtés du pont.Installer des feux provisoires  à trafic alternatif,semblables à ceux utilisés pour les chantiers ,supposerait le passage interdit de voitures se suivant sur le pont:c’est donc une solution inadaptée ,à moins que, le temps de passage de chacune des files ne soit allongé et que les automobilistes respectent le passage à un véhicule….. Un essai peut toujours être effectué.

……………………………………………………………………………………………………………………………………

Parking en zone naturelle agricole protégée du PADDUC

L’albore a saisi Mr le préfet,voici plus d’un an,pour l’installation illégale d’un parking ,avec bail de location de plusieurs années ,sur une oliveraie,site classé par le PADDUC de la Corse en zone agricole protégée,et, sur lequel une telle structure n’était donc pas autorisée . L’albore mettait,en avant,outre son illégalité ,l’inutilité de ce parking par sa fréquentation très insuffisante et son coût pour la commune .Il mettait en garde sur l’éventuelle modification des lieux qui pourrait causer un préjudice écologique irréversible . Aucune réponse de la préfecture.Et pour cause ce parking est illégal .Une plainte en Tribunal Administratif  nous donnerait raison,comme cela a été le cas pour une affaire similaire:création d’un nouveau parking à San Antonino . Mais à quoi bon? ,les dossiers s’accumulent et finiront bien par exploser .Et,si par miracle,le PADDUC d’Olmeta Di Capi Corso voit le jour,le pb de ce parking se posera de manière évidente . En attendant ,la circulation de camions ,d’engins de chantiers lourds , le dépôts de grosses pierres  et de sable venant d’un chantier de construction publique communale, ,détériore considérablement le sol et a une incidence sur la survie d’oliviers centenaires . l’albore propose  que cette oliveraie puisse servir d’aire de stationnement ponctuelle,lors des enterrements,des mariages et des baptêmes  dans l’église voisine ,lors des fêtes associatives et durant le mois d’Août. A l’heure actuelle,rien ne justifie l’existence d’un tel parking à l’année, sinon, une décision du conseil municipal qui n’est pas d’utilité publique mais d’ordre privé.

…………………………………………………………………………………………………………………………………….

Déchets 

Rien de nouveau depuis plus d’un an,malgré une doléance officielle de l’albore et sa participation à une conférence de presse aux côtés de quelques maires de la communauté de communes du Cap Corse pour demander une réorganisation de la collecte et,notamment, l’installation au village de bornes de tri .En attendant nous payons des taxes pour services non rendus.

Déchets de chantiers :

un nombre important et impressionnant de gravas est tacitement déversé en bord de route départementale  à la sortie du village ,sur un terrain privé pentu .Ils sont déposés par des entreprises de travaux,travaillant dans la commune ,soit, pour y réaliser des travaux, issus de marchés publics ou communaux ,soit faits par des particuliers .Il arrive,que ces derniers, fassent appel à une main d’oeuvre amie qui agit de même. Non seulement,ces dépôts sont illégaux et punis par la loi,mais ils causent, à la fois, un grave préjudice écologique et un gros risque de fragilisation de la route qui va finir,inévitablement,par s’écrouler .C’est alors,qu’on évoquera une cause climatique impactante, comme de fortes pluies, pour expliquer cet effondrement  . L’albore ne manquera pas alors,de communiquer,haut et fort,à ce sujet .Les entreprises sont contraintes de facturer l’enlèvement des déchets de chantiers et de les transporter dans une déchetterie prévue à cet effet. Il incombe au maire de la commune de faire respecter la loi, y compris si la responsabilité de la route départementale est du ressort du conseil départemental

…………………………………………………………………………………………………………………………………

la solution NRA.ZO aménagement numérique des territoires :une aubaine à saisir 

la capacité ADSL en zone rurale,comporte des zones blanches ou des zones à débit réduit .Olmeta village  est en bout d’une ligne ADSL dont le central se trouve à Nonza et donc à débit insuffisant Il s’ensuit une grosse lenteur de chargement des documents écrits ,l’impossibilité de lire les vidéos à cause des interruptions incessantes causées par le manque de puissance ,et des difficultés à se servir correctement d’un ordinateur .Pour pallier à ces inconvénients courants en zone rurale France telecom a créé le système NRA.ZO qui consiste à installer un relais intermédiaire (armoire )dans les lieux à débit faible. pour y rétablir un débit normal.Cette opération a été réalisée avec succès sur la commune d’Ogliastro :installation d’un  relais à Albo, couvrant communes d’ Ogliastro et Olcani . D’autres villages de Corse en sont équipés :Piazzole par exemple.Cette solution serait la bonne pour pallier à l’insuffisance ADSL d’Olmeta au moment où il existe des possibilités de financement émanant de la région et de l’état dans le cadre d’une politique de couverture numérique du territoire. C’est pourquoi ,l’accueil  en mairie ,cet hiver,d’une entreprise privée nous proposant un équipement de réception numérique par satellite est tout à fait déplacé.

………………………………………………………………………………………

Animations estivales

……………………………………………………………………………………………………………………………………..

Olmeta Di Capi Corsu une commune béton

Olmeta Di Capi Corsu ,village rural  qui a les atouts pour un développement économique durable de qualité ,porteur d’emplois .Hélas,ils sont gâchés,par une gestion uniquement » béton armé » qui profite à une minorité ,vivant l’instant et la rentabilité immédiate au détriment de l’avenir de leur commune.

Pourtant, il y a moyen de mener une autre politique de développement durable,alliant bien collectif et bien personnel ,en n’oubliant personne ,pour éviter que ce village  ne soit pas ,dans quelques années, déserté l’hiver et seulement occupé et non habité l’été .

Olmeta,n’est pas le seul village Corse, en voie de désertification ,qui ne fait rien ou si peu de choses pour l’éviter . Mais ,Olmeta ,est une des petites communes corses  qui bénéficie d’un budget impressionnant,recherché et obtenu,pour des projets aussi inutiles que ce fameux bâtiment dit social à 8oo m euros qui fait jaser au village et surtout à l’extérieur ...bientôt,la manne financière va se tarir,et, que nous restera -t-il en héritage ? de nombreuses taxes et crédits et des problèmes insolubles de voirie , d’énergie , etc..

l’associu l’albore ulmitese propose des solutions alternatives .Elles ont le mérite d’exister. Sur son site facebook, on retrouve  au quotidien ,l’actualité environnementale et aussi   des projets écologiques  bénéficiant d’aides en crédit qui peuvent être transposés à Olmeta. Dans cette commune, il existe des personnes qui sont force de proposition et d’innovation.Elles ne sont pas entendues .Tant pis.

Mais,c’est important, que dans l’histoire d’un village, on puisse dire ,preuves écrites à l’appui,qu’à un certain moment,existaient,une volonté ,des projets,un espoir mais que les municipalités successives n’ont pas su relever le défi de l’avenir, enfermées qu’elles étaient,dans le jeu du clientélisme et de la politique d’intérêts privés .

Olmeta Di Capi Corsu le 7 aout 2017

 

 

 

 

 

PLU OLMETA DI CAPI CORSU des infos importantes

TOUT CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR ET CE QU’ON NE VOUS DIT PAS SUR LE PLU D’OLMETA

Ou en est l’élaboration du PLU plan local d’urbanisme d’Olmeta dI Capi Corsu  ? Nul ne le sait ,pourtant d’aucuns ont essayé de glaner des informations auprès de madame la maire ,en vain. l’échéance se situe  pourtant en Mars 2017. Depuis  une réunion explicative lors de la décision prise par la municipalité d’élaborer  un  PLU ,plus rien.Pourtant le processus est engagé et DDTM ,office de l’environnement mairie et cabinet spécialisé s’activent .

.A titre de comparaison, la commune de Canari a déjà réuni trois fois la population pour l’informer de l’évolution du dossier  par l’intermédiaire du cabinet privé qui l’a en  charge en collaboration avec l’office de l’urbanisme de la corse et les services de l’état ,la DDTM .la population peut ainsi constater l’évolution des zonages proposés et émettre son avis . On peut le consulter aussi sur le site de la commune.Voilà une démarche qui respecte la loi .

Chez nous ,c’est l’ancien système qui prévaut:Certains habitants plus ou moins au courant des zonages prévus par le PADDUC et l’état ,s’empressent  d’aller négocier la constructibilité de leur  terrain auprès de madame la maire qui apparaît ainsi comme le deus ex machina de la distribution des terres!!!!

Désolé. mais  ce n’est plus ainsi  que cela se passe. Cette méthode a vécu avec l’annulation du PLUI plan local intercommunal du Cap Corse demandé et obtenu par les associations environnementales et, plus tardivement, par  l’état .Ce PLUI était l’expression d’un clientélisme électoral manifeste ,privilégiant les intérêts privés au détriment de l’intérêt public ,c’est à dire l’avenir socio  économique des communes. il méconnaissait ainsi les principes d’élaboration d’un PLU fondé sur l’application des lois littoral montagne et des régles comme  la notion d’accueil.

Ainsi, la commune d’Olmeta  s’était distinguée en multipliant par quatre  la capacité d’accueil de la commune;

CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR LES AGRANDIR ET FAITES PASSER DESSUS LA SOURIS POUR LES LEGENDES

plui cap corse jugement TA 3

la capacité d’accueil est la  notion essentielle dans l’élaboration d’un document d’urbanisme et aussi de celui de l’aménagement du territoire .la capacité d’accueil détermine ce que le territoire peut supporter comme  activités et usages  sans qu’il soit porté atteinte à son identité physique ,économique,socioculturelle  et aux équilibres écologiques  .Elle prend aussi en compte le niveau général d’équipement du territoire Elle  est importante à définir, lorsque la population saisonnière augmente considérablement mettant en péril l’équilibre des espaces naturels et des plages en particulier..C’est donc l’estimation de la capacité du territoire à intégrer une croissance

                                             en termes :de population saisonnière et permanente notamment en matière de logement d’équipement et de services en termes d’activités économiques et d’emplois

                                            en termes de réseaux d’assainissement et d’eau potable ,d’infrastructures ,notamment de transport répondant aux besoins de déplacement de la population résidente  et saisonnière

cela entraîne une prise en compte des coûts de fonctionnement de la commune en fonction de sa capacité financière ;des risques naturels et technologiques; la fragilité des espaces naturels et les conditions de leur fréquentation par le public ,le fonctionnement des écosystèmes ,le besoin de préservation des espaces agricoles et maritimes ,les capacités des milieux et les ressources locales (eau potable assainissement etc..

Donc pour tout document d’urbanisme on ne peut surévaluer la population à venir dans les vingts prochaines années  pour augmenter le zonage ouvert à l’urbanisation .c’est  le fameux principe d’équilibre articles L121-1 et L14662 du code de l’urbanisme .C’est ce qu’a pourtant fait la commune d’Olmeta lors du dernier PLU annulé, en multipliant par quatre la zone constructible correspondant à une capacité d’accueil qui en nombre d’habitants est jugée stable pour les 2O ans à venir.:.jugement du tribunal administratif :Du coup cette urbanisation excessive de 114410 mètres carrés s’est faite au détriment des zones agricoles

PLU ANNUL2 OLMETA page 1

 la cartographie du PADDUC de la Corse,  délimite déjà des zones incontournables pour l’élaboration d’un PLU :les espaces agricoles protégés (ESA),les EBC (espaces boisés classés) les ERC: espaces remarquables du littoral ) les ZNIEFF (zone d’intérêt écologique et faunistique )les sites inscrits ou classés (olmeta site inscrit)

 

Surprise!! voilà qu’Olmeta Di Capi Corsu se voit imposer d’importantes zones agricoles en plein village, notamment sur des zones qui sont  actuellement  constructibles  d’aprés le document d’urbanisme qui fait encore foi:le POScomment cela se fait-il ? l’ancien exécutif de la CTC ,collectivité territoriale de la Corse  s’est servi ,lors de l’élaboration du PADDUC ,des cartes amandier SODETEG  issues d’une étude exhaustive :une analyse de l’espace pastoral et agricole et de l’espace forestier faite de 1975 à 1981… .

Ces cartes délimitent et classent les terrains agricoles en fonction des cultures qu’ils supportent et  en fixent leur potentialité :exemple P1 parcours non boisé  pente >15% potentialité 2800,ou P2 parcours non boisé pente>15% potentialité 2000; CP1 parcours non boisé pente <15 potentialité 2800 ;s’ajoutent V vergers v vignes OL1 oliviers etc….

Du coup ,ce classement caricatural a fait que  notre commune a été prise en exemple par l’office de l’urbanisme de la Corse lors de l’explication faite  ,en juin, auprès des cabinets chargés de bâtir les PLU  afin de leur donner des consignes de mise  en adéquation  avec le PADDUC  .

En  effet ,le problème qui se pose ,c’est en réalité, celui de l’échange possible terres agricoles- terres constructibles qui peut être envisagé ,de manière limitée dans certains cas, justifiés par un projet conséquent d’intérêt public, dans le cadre du respect de la capacité d’accueil et des lois littoral et montagne , et, surtout de la règle incontournable :le transfert doit se faire à qualité égale de terre agricole :terre de même potentialité. 

Or,d’après ce que l’on sait :serait envisagé un transfert important de terres agricoles 8,5 ha vers des terres constructibles .Ce qui déjà, aux yeux de la loi, va poser problème . Mais qui de plus est ,ce transfert situeraient ces terres agricoles sur des lieux inaccessibles situés en montagne  à forte pente et à potentialité agricole faible P3 et P4 .SUALE, BOCCA D’ANTIGLIU,MONTE STAVU NEGRU: (altornu relais téléphonique)  incroyable mais vrai!!!!

 Comme ce mode de transfert modèle fait office d’exemple pour tous les PLU à venir ou à modifier de la  corse,il est évident, que les associations environnementales ont crié au scandale et objecté de leur bon droit ,dans la mesure où la règle de transfert éventuel et exceptionnel des  terres agricoles en -terres constructibles , n’est pas respectée et que l’office d’urbanisme de la corse est en contradiction avec la réglementation du PADDUC.

Disons le clairement :on retombe dans une gestion clientéliste de la terre corse. Un PLU  est un document qui trace l’avenir social et économique d’une commune pour 20 ans et plus .Mais une fois construite et bétonnée , la terre ne peut plus être cultivable :le processus est irrémédiable.Il est important que notre génération raisonne pour les populations à venir dont on ne sait si elles auront besoin à nouveau de  cultiver la terre pour vivre …Nous n’avons pas le droit de les priver de cette possibilité ;

D’aprés la présidente de l’office de l’urbanisme de la Corse ,le schéma de compensation  prévu initialement devrait évoluer .A la bonne heure .Mais ,rappelons le :cela devra se faire dans le respect des lois,celui des régles du PADDUC  et par une justification réelle des transferts. Sinon voilà un PLU qui sera à nouveau attaqué . 

En résumé ,l’albore ulmitese est une association de développement durable c’est à dire raisonnable raisonnée et équitable de la commune.A ce titre ,elle n’est pas opposée à un transfert limité et à potentialité égale  des terres agricoles  dans la mesure où il se fait en concertation et suivant un plan de développement prévu dans le PLU au sein du  PADD de la commune qui soit  cohérent. Pour le moment, un tel plan n’existe pas dans la commune .il doit figurer dans le PLU et ne doit pas être le fruit d’une élaboration en catimini  municipalité ,cabinet d’expert, office de l’urbanisme DDTM ;L’albore a demandé à être personne publique associée  pour être consulté :aucune réponse à ce jour.C’est un peu fort qu’une association villageoise en développement durable, la seule  de ce type en corse, ne soit pas consultée dans le cadre de l’élaboration d’un projet de développement  durable….

Loi Grenelle 2 :le PADD : PLAN D’AMENAGEMENT ET DE DEVELOPPEMENT DURABLE DE LA COMMUNE code de l’urbanisme 122-1-3 fixe les objectifs des politiques publiques d’urbanisme du logement, des communications électroniques,de protection et mise en valeur des espaces naturels agricoles forestiers et des paysages de préservation des ressources naturelles de lutte contre l’étalement urbain de préservation et de remise en bon état des continuités écologiques .

Du coup ,devraient  figurer logiquement dans le PADD du PLU d’Olmeta  ,ce que propose l’albore umitese et que la municipalité refuse d’envisager :une AFP association pastorale des propriétaires  , un plan communal de gestion forestière ,des projets de parcours patrimoine , un projet  DFCI(défense contre l’incendie)  ,un projet énergie comme le projet STEP ,un projet de développement durable et touristique à travers la montagne et en relais avec les communes avoisinantes,voire pourquoi pas? une valorisation par désenclavement par  ouverture de route sur large sentier existant, celui qui part du cimetière et aboutit à la marine de Negro  (ex farinole ou d’autres communes corses qui du coup ont explosé démographiquement en résidents permanents ) tout ce qui peut assurer un avenir durable et économique du village c’est à dire qui crée de l’emploi et arrête la désertification .Si les habitants d’Olmeta sont réunis et consultés ,d’autres idées de développement seraient sans doute suggérées. 

 Outre les zonages imposés cités  plus haut, la commune va proposer des zonages U (art 151-18 code urbanisme)  c’est à dire des zones déjà urbanisées ou en voie de l’être  ,AU (R151-20 code de l’urbanisme) destinées à être  urbaniser . 1AU déjà viabilisée 2AU à viabiliser .A agricole (R151-22 code A)N Z=zones naturelles et forestières à protéger

Ci joint zones du PLU annulé à titre d’exemple :

 l‘extension de l’urbanisation à Olmeta Di Capi Corsu   ne peut être que limitée comme le dit le jugement du TA(tribunal administratif) en fonction de la capacité d’accueil qui tient aussi compte du bâti résidentiel dont le pourcentage dans la commune est conséquent (56,9% de résidentiel en 2012(INSEE) à plus de 60% actuellement ). 41,7 % en résidences principales

PLUI cap corse jugement TA 1

Cela veut dire que ? soit par absence d’une politique d’urbanisation maîtrisée soit par volonté  politique du tout constructible résidentiel  les municipalités d’Olmeta ont réduit les possibilités  légales actuelles de bâtir sur la commune.

A considérer une autre cartographie/ celle des ERC espaces remarquables du littoral  matérialisés sur le PADDUC en trait bleu sujet à contestation et à interprétation selon que l’on soit élu ou membre d’une association de l’environnement.Ces espaces sont inconstructibles . Les bâtis construits avant la loi littoral restent en l’état mais ne peuvent être modifiés que sous condition .

La loi littoral prime sur la loi montagne dés le moment où l’on a une façade maritime ,ce qui est le cas d’Olmeta  :la bande littorale des 100m  est inconstructible ,clause non respectée par la municipalité dans l’ancien PLU annulé  sur la zone des e margine terrain loué à un berger ,jouxtant la commune de Farinole.

PLUN annulé margine

l’extension de l’urbanisation doit s’effectuer en continuité de l’existant  ou sous forme de hameaux nouveaux . or ces hameaux nouveaux répondent à des critères précis:la loi littoral interdit, à la fois, les constructions isolées en rase campagne et la création en site « vierge » ou la greffe sur un petit groupe de maisons d’urbanisation nouvelle importante .elle exige un effort particulier d’insertion dans le site en fonction du paysage environnant. A ce jour, les créations de hameaux nouveaux ont toutes été annulées par le tribunal administratif ; La construction d’un hameau  nouveau est donc subordonnée à des exigences qui font qu’il doive apparaitre comme  absolument nécessaire à la survie d’un village .

la cartographie situe les zones d’intérêt faunistique  et floristique :et les sites inscrits le la commune d’Olmeta se situe sur un site inscrit » Côte occidentale du Cap Corse »  :C’est pourquoi tout document d’urbanisme doit être soumis à l’avis de l’architecte des bâtiments de France qui veille à ce que le bâti soit conforme à certaines règles d’aspect et de construction .

 

La cartographie prévoit le zonage des espaces boisés classés EBC ;ils sont importants dans la commune  ils peuvent être revus et modifiés lors de l’élaboration du PLU sur demande auprès du conseil des sites. l’albore est favorable à une  réduction raisonnée des EBC pour permettre un développement des activités économiques de montagne .En site boisé  classé les coupes de bois sont possibles  sous contrôle strict .l’albore ulmitese demande en vain que la commune se dote d’un document de gestion  forestiere durable ou accepte ,enfin ,la création d’une  AFP  association foncière pastorale outil de développement essentiel qui fonctionne dans beaucoup de communes corses  ou à défaut , d’une ASA Association syndicale de propriétaires fonciers qui peut générer un plan de gestion forestière par regroupement afin d’atteindre le seul minimum de 10ha d’un tenant ,  exigé pour un plan de gestion forestier privé et qui peut bénéficier d’aides pour revaloriser les propriétés plus ou moins abandonnées. 

les Plans locaux d’urbanisme ne plaisent pas trop à certains élus  qui y voient une perte de pouvoir et à une population qui n’y voit, à tort ,qu’un ensemble de contraintes .

Or ils sont précieux, dans la mesure ou ils donnent un cadre légal réglementaire  fiable complété par celui fournit par le PADDUC .Ainsi, ils forcent à concevoir un véritable plan d’urbanisme maîtrisé  ,non plus de manière anarchique ,mais en fonction d’un projet de développement socio économique du village régit par des règles.   .Or, en corse ,les élus n’ont pas l’habitude de raisonner ainsi.D’où le nombre conséquent de PLU annulés. ils veulent continuer à distribuer la terre selon des critères d’intérêts particuliers et les habitants veulent continuer à négocier la constructibilité de leur lopin de terre sans souci du plan de développement  de leur commune et donc de son avenir.

Du coup ,la population se désintéresse d’une démarche  qu’elle estime compliquée et qui pourtant bien expliquée  est simple. ; Elle a tort, car, il en va de l’avenir de leur commune et celui de l’île en son entier.Le bilan de la politique antérieure aux PLU est désastreux :elle a abouti à la désertification des villages et l’explosion des résidences secondaires dans le cadre d’un investissement local fondé uniquement sur une économie de rente  peu fiable et durable ,celle du tout tourisme.

. Un bon PLU est d’intérêt public .Bien conçu c’est à dire grâce à une véritable information et concertation de la population, il  crée une dynamique de développement  économique   durable génératrice d’emploi y compris en zone de montagne .Sont ainsi associés intérêt particulier et intérêt collectif. 

Le village d’Olmeta Di Capi Corsu  a la chance par sa situation géographique d’avoir de nombreux atouts de développement . Espérons que son PLU les mettent  en avant .Nous sommes à un tournant important de la vie du village .Bientôt il sera trop tard car la manne des financements divers sera tarie.

 

 

 

A L’EAU TU NOUS ENTENDS ?

A l’eau tu nous entends?

L’eau, une richesse et un patrimoine convoités.

L’eau est une richesse qu’il faut préserver,surtout,quand la nature nous l’offre en quantité importante,.ce qui est le cas à Olmeta .

C’est pourquoi une gestion durable fiable équitable et concertée de l’eau,une vraie politique de l’eau doit être mise en place.

Il nous faut absolument garder la maîtrise du patrimoine  de l’eau

iI est encore temps de le faire au lieu de s’en remettre ,échéance inévitable ,si on ne prend pas en charge cette gestion , à l’agence de l’eau et bientôt à ses sous traitants spécialisés comme kyrnolia ou veolia .Ces sociétés ,vont alors s’approprier une ressource naturelle pour nous la revendre au prix fort.C’est ce que projette sans doute notre municipalité à l’instar d’un système mis en place par la communauté des  communes  du Cap Corse et qui inféode les villages à des sociétés spéculatrices par le biais de syndicats comme le Syvadec pour les déchets.

Il faut donc en premier lieu ,créer absolument une régie communale de l’eau.

 DES PROJETS DURABLES ET NECESSAIRES

Pour ,à la fois ,trouver les financements nécessaires sans aucune condition d’allégeance en retour ,utiliser l’eau comme moyen et moteur économique dans le cadre d’un développement durable du village ,il nous faut imaginer des projets.

la gestion de l’eau potable et l’eau d’arrosage:sont en envisager séparément mais aussi de manière complémentaire

La complémentarité existe déjà:l’arrosage des jardins par les rigoles n’est vraiment possible qu’en ajoutant les trop plein d’eau potable et d’eau d’arrosage à partir des bassins du lavoir .il faut la conserver en la rendant pérenne. Comment ?

:la municipalité ne veut plus s’ occuper de l’eau d’arrosage,  sauf à en  organiser l’utilisation par jours et par hameaux !!…..elle menace de nous imposer des compteurs au cas où elle reprendrait la gestion et devrait finir le travail important engagé par les municipalités précédentes: l’achat et la pose de plusieurs km de tuyaux en polypropylène serpentant à flanc de montagne ou dans les sentiers .
il faut donc achever ce travail en remplaçant de manière urgente les 2 Km de tuyaux  galvanisés restants percés de toute part et rafistolés comme on peut.

les captages sont rudimentaires :deux tuyaux calés par des pierres dans dans deux cours d’eau distants de 100m situés à plus d’une heure de marche en montagne, sur des pentes escarpées .Il faut souvent emprunter ce sentier pour aller rétablir le débit qui s’interrompt à chaque intempérie ou en se bouchant .

l’albore est monté pour rétablir et solidifier le captage  13 fois en deux ans .Elle a été relayée parfois ,notamment ces derniers mois ,par d’autres personnes du village: très peu de bénévoles s’occupent de cette eau ,et, beaucoup de villageois en profitent de manière tout à fait anarchique et inconsidérée par des branchements individuels autorisés ou non sur le conduit d’acheminement et par une utilisation parfis  en continu!!!sans compter ceux qui l’utilisent pour des chantiers !!!!

Il faut donc consolider  le captage  en l’aménageant comme il se doit .Pour l’entretenir ensuite il faudrait pouvoir y accéder facilement: pour cela il  faudrait créer une piste d’accès par prolongement de celle qui se trouve à 400M

Si aucun projet du type que l’on propose aujourd’hui, ne se dessine,:on peut a minima aménager, réparer ,remplacer par un financement classique réserve député conseil général- commune -Si ce n’est pas le cas ,olmetais il va falloir vous prendre en mains entre utilisateurs -appel à la générosité publique , financement alternatif etc …l’albore peut aider à l’achat de tuyaux dans une proportion modeste et par étape.

De toute manière il faudra bien faire quelque chose ,sinon il faudra se priver d’eau d’arrosage.Il conviendra  alors  se retourner contre la municipalité car dans chaque commune de corse la gestion totale (arrosage et potable) de l’eau est assurée par la commune .

Projet DFCI
A court terme  un projet DFCI (défense contre les incendies)par constructions de cuves auto alimentées le long du parcours d’arrosage  est un moyen d’aménager durablement le captage et l’acheminement de l’eau   et un garant pour lutter contre les incendies .Cela s’est fait dans d’autres villages par le biais du projet  ISULA VERDE patronné  et financé par un célebre un distributeur de carburants .

Si l’on s’inscrit dans un véritable développement durable de la commune pour les vingt années  à venir et l’on se soucie vraiment de son développement économique ,et donc de sa survie ,on peut imaginer des projets plus ambitieux comme celui  d’un parcours aquatique paysager et loisir(eau d’arrosage).Outre le projet DFCI ,l’eau d’arrosage pourrait suivre un circuit de récupération débouchant sur un parcours architectural paysager  espace d’accueil verdure partant de la cascade de piscina située à 100M des captages pour aboutir au sein du village avec fontaine place ,pelouses arbres jeux d’enfants,piscine naturelle…projet financé par les crédits FEDER européens .

EAU POTABLE :un tarif à revoir

Eau potable;le réseau d’acheminement est à refaire les captages à revoir. Cela est budgétisé par la municipalité mais n’a aucune influence contrairement à ce qui est dit sur le nouveau tarif de l’eau ; ce dernier n’est pas imposé par l’agence de l’eau mais a été décidé en conseil municipal sans concertation et surtout sans réflexion;Il n’est pas équitable
.Réfléchir à un tarif le plus équitable possible c’est ce qu’on fait par exemple les communes de Patrimoniu et Barbaghju et d’autres .ALORS POURQUOI PAS NOUS.
Notre conseil municipal a décidé un tarif annuel de O,60 euros le m3 en hiver et un euro en été .

Les conseils municipaux de Patrimoniu et  Barbaggio et d’autres villages ont opté pour un tarif progressif qui ne pénalise pas les petits consommateurs : hiver:1 Dec 30 Av:50 premiers,50 m3 gratuits  au delà 0,90 E le m3 .Eté 1 à 50m3:90e /50 à 149m3:1,50 E/,150 m3 et plus:2euros

C’est une proposition raisonnable et réfléchie .elle est exemplaire; C’est pourquoi nous la soumettons à la mairie en espérant que vous la relayerez. 

En effet, beaucoup de  villageois  se plaignent de devoir payer l’eau toute  l ‘année.Puisqu’on ne peut échapper, à plus au moins long terme à cette mesure  ,autant l’appliquer plus intelligemment et équitablement que ce qui est proposé.

Enfin on attend de la municipalité qu’elle impose un compteur d’eau  à tout chantier BTP

PROJET ENERGIE  AUTOUR DE L’EAU POTABLE ET  L’EAU D’ARROSAGE

l’eau est génératrice d’énergie quand on a la chance d’en être bien fourni dans un village ou elle est acheminée par une forte  pente ce qui est  un atout technique.

Ainsi  ,outre gérer la gestion de sa propre eau,la commune d’Olmeta  peut aussi fournir sa propre énergie en déposant un projet encouragé par La CTC collectivité territoriale De la corse:projet STEP (stockage d’énergie par pompage turbinage ):système de deux bassins alimentant une turbine pour créer une mini centrale électrique .Ce système peut fonctionner sur le réseau eau potable ou sur le réseau eau d’arrosage ou en combinant les deux .les financements divers existent : Europe CTC Etat

Ces projets n’ont rien d’extraordinaire :si on vous dit qu’ils sont du domaine du rêve on vous ment .Ce ne sont que des propositions .Il peut en exister d’autres mais pour cela il faut vouloir développer ce village et avoir une politique en conséquence trés différente de celle appliquée actuellement qui n’offre aucune perspective économique ,aucun emploi ,aucun plan de développement .L’eau est un outil de développement durable essentiel au service du village et non pas au bénéfice  de sociétés extérieures;

.cliquer sur chaque image pour l’ouvrir et lire la légende

OLMETAIS FAITES VOUS ENTENDRE REFUSEZ QUE L’ON VOUS VOLE VOTRE EAU .

ADHERER C’EST AGIR. AGIR C’EST DEVENIR

Associu l’albore ulmitese

Poggio

2017 Olmeta di Capi Corsu

agrément n° W2B2002402

                                                    BULLETIN D’ADHESION 2015-2016

Je soussigné:(nom,prénom)

demeurant à (adresse compléte)

tel mobile ou fixe adresse mail :

désire adhérer à l’association environnementale en développement durable de la commune d’Olmeta Di Capi Corsu l’albore ulmitese

et verse un montant de cotisation fixé par l’AG fondatrice d’un montant de 15 euros ,

chéque à l’ordre de l’association à envoyer par courrier ou remettre en main propres au trésorier ou au président

le renouvellement de la cotisation des adhérents 2014 est valable jusqu’en Aout 2015 la cotisation des adhérents 2015 est valable jusqu’en AOUT 2016

Pour nous contacter:macagnosu@gmail.com .informations:blog alboreulmitese.wordpress.com relayé par facebook albore ulmitese

pour le bureau le président

CH novella

la vérité chiffrée sur le projet acqua in bocca:la pyramide d’Olmeta

Voilà la réalité chiffrée du projet pharaonique , évoqué dans l’article précédent  « la pyramide d’Olmeta  » la création de deux appartements sociaux dans la petite commune d’Olmeta di Capo Corso: T2 et T4  avec ,salle de reproduction du site préhistorique , la grotta scritta  (voir article précédent) que nous appellerons projet acqua in bocca, car il a été décidé, par un conseil municipal de la mandature précédente ,sans que les conseillers municipaux  n’aient en main le projet budgétisé chiffré et décrit :mode de fonctionnement autocratique habituel de la gouvernance municipale.
A ce propos , Heureusement, et, enfin , lors du dernier conseil municipal du 19 Avril 2015 ,un  conseiller municipal  s’est élevé véhémentement contre cette manière inique et illégale  de gérer  la commune qui venait d’entraîner  la démission  du premier adjoint……ce qui n’a pas empêché ,lors de la séance, une   présentation très succincte du  budget sans qu’il n’ait  été remis auparavant aux conseillers municipaux !!! et, surprise, oubli ou plutôt acte manqué, ce budget n’a pas été voté!!!!! Il n’a donc aucune valeur et doit être à nouveau présenté ans les régles et voté   Communication a été faite , à ce sujet,à Monsieur le préfet:un remake de la BD l’enquête Corse
BUDGET DU PROJET  (jamais divulgué!!!)
DETR 2015  (préfecture)                       2OOm Euros aide état                       CG2B (cgénéral)                                         300m E aide                                         Aide logement sociaux PLUS              20m E aide Etat                                   Aide logement sociaux PLUS               14m E aide CTC                                   Dotation quinquennale                          42630 E  commune                     Autofinancement                                     75000 m E  commune                       TVA                                                                 70740m E commune                         Crédit                                                              350m E commune
SOIT UN TOTAL DE 802000 euros :264OOO euros d’aide et UNE PARTICIPATION COMMUNALE DE 538OOO euros  (350000 EUROS DE CREDIT plus 188000 euros d’appoint, car les 42630 euros sont les restes d’une dotation qui auraient pu être mise sur d’autres projets plus urgents
DONC CREDIT DE 350000 euros ,SUR 40 ans A TAUX VARIABLE  !!!!!
 Il faut y ajouter les travaux d’entretien , comme ceux qui sont périodiquement effectués sur les appartements municipaux  au nombre actuel de cinq !!!  et sans doute les taxes foncières
Ces dépenses ne peuvent être compensées par le montant des loyers qui n’a pas été communiqué à ce jour ,et, qui doit être plafonné, suite au financement  du dispositif PLUS.
 On n’a aucune information sur le crédit  et son coût de base avant évolution :pas de document officiel de la caisse des dépôts ;
ALORS POURQUOI  ET POUR QUI UN TEL PROJET ? qui va plomber les finances de la commune pendant 4O ans ,au moment où les dotations de l’état et de la région sont en chute irrémédiable ?
A t-on le droit de laisser un tel héritage aux jeunes habitants de la commune?
A t-on le  droit d’abuser de la confiance des habitants et de son conseil municipal en décidant ,en catimini ,et, sans information complète, d’un projet immobilier disproportionné et très douteux  qui ne correspond à aucun besoin de la commune et empêche la réalisation d’autres, plus urgents que nous avons déjà cités ans ce blog .
l’albore ulmitese , association patrimoniale en développement durable ne peut que s’opposer  formellement  à ce projet   et usera des moyens légaux en vigueur pour ce faire .En l’occurrence, elle est soutenue par une majorité  d’Olmetais abasourdis
a troppu ,struppià

 

 

 

 

 

 

 

 

La pyramide d’Olmeta di Capi Corsu

Très instructive la venue à Olmeta , des candidats aux prochaines départementales :la liste sur laquelle figure comme suppléant le conseiller général sortant et la liste menée par le président du conseil général .
Le sortant, a commencé son propos par ces mots « une commune qui respire la joie de vivre »:ironie ,humour ,ignorance ?ce, d’autant plus que le premier adjoint venait de démissionner de son poste et du conseil municipal et que la diabolisation  décrétée par arrêté  de ces braves environnementaux  d’albore ulmitese qui ne font,  pourtant, que défendre une démocratie participative inexistante et un avenir en développement durable, continue(sans grande efficacité cependant) ., pour partager le village en clans opposés:le fameux: diviser pour mieux régner.
Et ce n’est pas fini : il lâche un scoop , en annonçant qu’il participera ,s’il est élu, au financement du très bon projet  municipal de logements sociaux qui s’élève à 750000 euros .Il a bien dit 750000 euros ,avons nous bien entendu ?N’a t-il pas,  par erreur, ajouté un zéro ? Non ,la première magistrate qui n’a sans doute pas  apprécié, que, cette somme soit rendue publique ,parce qu’elle n’a jamais été annoncée à la population , ne dit mot .C’est donc vrai…  incroyable mais vrai .
Pourtant, dans le dernier bulletin municipal  annuel, il s’agissait  bien de la réhabilitation d’une ruine dans le hameau de piazza: construction sur 3 étages de deux  logements sociaux et d’une  salle reconstituant la grotta scritta, site préhistorique en pleine montagne à 6 km du village,  abandonné et  récemment cédé par son propriétaire à la commune.
Projet pharaonique,  au budget ahurissant pour une petite commune  , dont, le financement, ne pourra pas être couvert par les subventions habituelles  ,ce qui  nous endettera incontestablement  :c’est la pyramide d’Olmeta!!!!
Des logements communaux à vocation sociale, nous en comptons déjà quatre .Ils sont d’ailleurs attribués par une seule personne ,le maire, sans que la procédure habituelle d’attribution soit respectée !!!
Quant à reconstituer  une grotte  dans une salle fermée à quoi cela sert -il vraiment ,si ce n’est à doper un dossier de financement. Ne vaut-il pas mieux protéger la grotte existante pour la faire visiter?
Olmeta Di Capi corsu :144 habitants au dernier recensement  2014,moins de cent résidents réels  et….174 votants.(chercher l’erreur) ...ne peut se payer un luxe inutile qui n’a aucun sens .Pourquoi ce projet ? encore un projet BTP…dit-on , d’ici de là ….avec des sourires  entendus …en effet,ce projet n’est pas d’utilité publique  
Les priorités sont ailleurs:
Olmeta a un réseau d’eau  potable vétuste à refaire d’urgence .il faut profiter du crédit PEI  prévu à cet effet qui cesse en 2017.
Olmeta a besoin d’une station d’épuration :elle est budgétisée .Mais,paradoxe: pour bâtir cette station écologique  on supprime  trois planches de châtaigniers ,chênes et oliviers…et on ne dépollue pas l’ancien site voisin
Olmeta a besoin de mettre en valeur son riche  patrimoine en créant de vrais  parcours de découverte patrimoniaux et environnementaux comme cela s’est fait dans de nombreux villages.le départ d’un parcours serait par exemple la grotta scitta
Olmeta a besoin d’un  espace central de vie ,lieu de rencontre des habitants des 5 hameaux, petit parc avec place , jeu de boules,jeux d’enfants ,city park
Olmeta a besoin que soient respectées les lois en matière de travaux  publics de rénovation :on continue, entre autre, de paver les rues sans prévoir d ‘écoulement des eaux ni de rampe d’accès handicapé ..etc…
Olmeta a besoin d’un projet d’avenir économique durable  organisé et rationnel :création d’association pastorale et forestière, développement d’une agriculture et d’un tourisme générateur d’emplois.Cela doit se faire en respectant les lois en vigueur en matière d’installation et de gestion d’une exploitation agricole et dans le respect du cadre de vie des habitants .
Olmeta a besoin de démocratie et non pas d’une gouvernance autocratique . Le premier magistrat décide seul et fait entériner, à main levée  , des décisions par des conseillers municipaux  qui ne sont pas réellement  informés mais juste réunis auparavant  . Ensuite, on leur reproche, le cas échéant, de ne pas rechercher l’information!!!!! fonctionnement pyramidal
Or les conseillers municipaux, c’est la loi, doivent recevoir, avant chaque vote ,en conseil municipal, les documents explicatifs nécessaires à leur prise de décision collective , sous  peine d’annulation de cette dernière (c’est une des raisons majeures de l’annulation du PLU d’Ajaccio )  cela n’a jamais été le cas à Olmeta .Du coup, ils votent  sans vraiment connaître  ce qu’ils décident ,et sont incapables d’expliquer ensuite ,à la population ,le contenu , les tenants ,les aboutissants des projets .
L’albore a suggéré ,en vain qu’un descriptif très complet  et précis des projets soit affiché sur les panneaux municipaux . Pourquoi refuser de le faire? qu’y a-t-il à cacher ?
Durant les mandatures successives de la même majorité municipale,  des conseillers municipaux ont démissionné ,parce qu’ils ne pouvaient approuver un tel fonctionnement .le premier adjoint, vient, lui aussi, de quitter le navire .Dommage que ces conseillers ,pourtant  élus ,par la population ,omettent d’expliquer, publiquement ,les raisons de leur départ .D’une part ,parce que c’est leur devoir ,d’autre part parce que le maire, lui, ne s’est pas privé et ne se prive pas , de fustiger publiquement  leur laxisme , leur incompétence voire leur propension à confondre intérêt public et intérêt privé pour donner un faux  sens à leur démission .
Un nouveau premier adjoint va « être élu « après acceptation légale de la démission de l’ancien par le préfet .Il doit l’être à bulletin secret ,comme tout vote qui a lieu en séance publique du conseil municipal ,sinon annulation ( règle non respectée à Olmeta lors des précédents votes qui peuvent donc être annulés!!! ). Soit ,sa délégation est réelle ,et, il est vraiment  associé à la gestion des dossiers  communaux (ce qui suppose disponibilité et formation minimale) ,et, bénéficie donc de l’indemnité prévue par la loi .Soit, c’est à nouveau un poste, pot de fleur, et, il n’y a donc aucune raison ,que ,cet émolument soit maintenu. D’ailleurs ,dans beaucoup de petites communes corses ,les adjoints ne sont pas rémunérés.
Olmeta, a besoin d’union , de respect, de sérénité,d’équité  .Voilà un an, que cette municipalité a été élue et rien ne change dans la manière d’administrer cette commune .Au contraire ,la situation empire dans la mesure où on assiste à une escalade de  manipulations  grossières  conduites avec autant d’inconscience que de fatuité .
Olmeta a besoin d’un PLU respectant les lois montagne ,littoral et d’urbanisme .On  a appris par le  président du conseil général qu’il s’élaborera  dans des conditions différentes que  celui qui a été  annulé :des maires référents ,l’aide de la CTC ,le respect des lois littoral et montagne et des équilibres urbains .A la bonne heure :on sera très vigilants à ce sujet comme sur la possible utilisation spéculative en matière d’urbanisme du  temps de latence entre le POS et l’élaboration du nouveau PLU.
 L’annulation d’une vingtaine de PLU en Corse ou de multiples permis de construire ,grâce à l’action d’associations citoyennes ou de particuliers , prouve que les élus corses ne peuvent plus ,avec la complicité de certains fonctionnaires régionaux ou d’état ,contourner les lois pour conserver leur clientèle de votants .
A Olmeta di Capi Corsu,  l’albore ulmitese est une association  citoyenne en réseau avec d’autres associations de ce type dans l’île .Constatant, que, chez nous,  plus que dans d’autres  communes corses ,  tout développement durable est impossible par  blocage velléitaire,nous nous devons de réagir  et nous le faisons…
CI campemu,e voi?