Archives mensuelles : août 2019

Evviva San Cèsariu

Saint Césaire, fête patronale du village. Cette année la messe sera animée par la chorale paroissiale et la confrérie San Martinu di Patrimonio qui suivra aussi la procession

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est img_20190824_122415-1.jpg

Elle sera célébrée, pour la dernière fois, en tant que curé de la paroisse par Patre Nicoli qui, dans ses nouvelles fonctions de doyen à ND de Lourdes Bastia, supervisera en tant que vicaire forain son successeur au sein de la paroisse de St Florent dont nous dépendons

Le spuntinu qui suit est organisé par les paroissiens(es) qui s’occupent de l’église avec le concours de l’association l’albore ulmitese. Chaque famille présente ou absente apporte ou fait parvenir  de quoi alimenter le repas froid qui suit .Les jeunes ensuite,portent ,à la guitare l’aubade, aux anciens dont le nombre, hélas, diminue chaque année .

A défaut de retrouver les écrits de la messa nustrale e prucissio di San Cesario qui existaient et existent encore peut être,s’ils ont échappés aux habituels nettoyages d’archives, effectués dans les églises corses dans les années 60 ,l’associu albore ulmitese ,dans sa quête patrimoniale,a demandé au confrère Petru de la cunfraternita San Martinu di Patrimonio, spécialiste en liturgie ,d’en rédiger de nouveaux . il a mené à bien cet exercice difficile pour notre bonheur et le sien. .Pour la St Césaire de cette année , il est encore un peu tôt pour les faire approuver par le père paroissial et les paroissiens.

les voici donc . Vous pouvez en les lisant retracer la vie de St Césaire

nous vous attendons ,comme chaque année pour célébrer, avec nous, cette fête patronale en toute ferveur et convivialité

Evviva San Cesàriu

Qu’est ce qu’on t’a fait Olmeta

IL N’Y A PAS LE FEU
.Route d’accès à Olmeta à circulation alternée dangereuse :toujours pas de feux routiers de régulation malgré l’avis placardé par la municipalité voilà plus de deux mois. l’albore ulmitese après avoir envoyé un dossier complet à la collectivité de Corse et à la préfecture est intervenue une fois de plus sur le forum RCFM à ce sujet .Mais sans effet, à ce jour . Au moment de voter pour les régionales ,il faudra se rappeler de ceux qui nous ignorent .Au moment des municipales il faudra aussi se rappeler que cette municipalité est incapable de se faire et nous faire respecter.
MAIS IL Y A LE FEU
Enfin ,les travaux de sécurisation de cette portion de route vont entraîner sa coupure partielle ou totale .Revoilà posé le probléme de l’enclavement du village .Étonnant que les municipalités qui se sont succédées n’aient pas essayé, en priorité absolue ,de trouver une solution : rendre carrossable le chemin de Negro ?utiliser les pistes existant en montagne et les prolonger vers l’agglomération bastiaise ? En tout cas, les effets du changement climatique , le mauvais entretien de la route d’accès ,sa fragilisation par les tonnes de gravats que les entrepreneurs ou particuliers jettent sur ses bords et ses pentes ,l’absence de vrais caniveaux , l’abandon du maquis et de ses sources, font, que tôt ,ou tard un gros éboulement va nous couper du monde extérieur .Alors, urgence absolue de prévoir un second accès routier de désenclavement .Pour le coup ,il y a le feu ….
C’EST LA FAILLITE
.L’entreprise qui ,à l’issue de marchés publics qui suscitent de plus en plus d’interrogations ,était chargée de réaliser les travaux pharaoniques de 8O2 mille euros ,dont, rappelons le, un crédit de 350 m euros sur 4O ans à taux variable, c’est à dire la réhabilitation d’une ruine pour la transformer en T’2 et T4 logements sociaux avec de grandes caves et en rez de jardin , une reproduction de la grotta Scritta ,est en liquidation judiciaire. Du coup, tous les travaux dont elle avait la charge sont inachevés.Ainsi, le chantier de réhabilitation de la façade du presbytère (85m euros) qui est un logement social , avec en rez de chaussée la confrérie servant de remise à un entrepreneur.
Elle a pu mener à bien deux chantiers:celui de la restauration du parking de Negro et l’enfouissement des canalisations (111m euros dont il faut soustraire le coût de l’étude)et,celui du pont de Celle (66m euros),. Elle a d’ailleurs obtenu ce dernier chantier, après bien des péripéties, dont, celle de succéder à l’entreprise préalablement choisie mais déjà en liquidation judiciaire.Décidément ….une relation étroite existait entre les deux entreprises ,dont,peut être (à vérifier) une cession globale judiciaire en forme de reprise entre les deux.Mais la faillite de la seconde a suivi celle de la première,ce qui n’a pas surpris grand monde…les travaux avaient déjà pris du retard la livraison du T2 T4 étaient prévus pour l’été 2018 .Des malfaçons sont apparues .ceux du presbytère (façade) ont commencé il y a un an !!!!
. Mais ,il faut se poser ces questions: pourquoi prendre un risque en confiant tous ces chantiers à la même entreprise ,sachant sa fragilité héréditaire? les travaux sont -ils intégralement payés? qui va les terminer ? qu’a décidé le liquidateur judiciaire? a -t-il trouvé des actifs permettant de payer l’entreprise à caractère local qui achève ceux du presbytère? qui va finir ceux du T2 T4 ? Serait ce une nouvelle entreprise émanation des deux premières comme d’aucuns le prétendent avec malice ? Qui va enlever les tas de pierres de gravats et déchets de chantier qui jonchent le parking à l’entrée du village?Pendant ce temps les logements sociaux ne sont pas loués ,le crédit pour l’un court et les charges pour l’autre sont payées sans aucun gain pour la commune.
CA COULE DE SOURCE
Schéma directeur de l’eau .Une priorité pourtant.les travaux tardent car leur caractère d’urgence n’a pas été assez mis en avant .Les ruptures de canalisation se succèdent .Quant à l’eau d’arrosage, pourtant si importante, quand on manque d’eau dite potable ,elle se tarit parfois. Heureusement que des habitants du village et quelquefois l’employé municipal, montent dans la montagne, rebrancher des tuyaux sommairement placés sans fixation dans les vasques de deux rivières .Dans le schéma directeur de l’eau ,Il était pourtant possible d’ intégrer le captage de l’eau d’arrosage pour le sécuriser une fois pour toute.
UN VILLAGE BÉTON
le PLU ,un document indispensable que la municipalité ne souhaite pas vraiment ,semble -t-il, si on considère la lenteur extrême mise à sa conception .Elle attend , peut être, que les lois changent et que le PADDUC soit révisè.En effet,après une première réunion ,prévue depuis deux ans et qui a eu lieu en janvier ,plus rien .la deuxième réunion publique se fait attendre .il serait intéressant et démocratique qu’elle ait lieu lors de ce mois d’août.
Lors de la première réunion, il est apparu que ce village n’échappait pas à la frénésie du béton, qui agite la plupart des maires Corses. Alors que sa population, sauf ,à faire appel comme dans un village de Balagne à un repeuplement par l’accueil de migrants étrangers…. va diminuer plutôt que d’augmenter .Donc, légalement, les 21 maisons à construire prévues dans ce PLU sont une vue de l’esprit:non respect de la capacité d’accueil (indice démographique et bâti existant). Quant à leur emplacement proposé ,il est quelque peu orienté et le plus souvent illégal:en discontinuité de l’existant notamment. Il faut revoir la copie .
Bref, il reste beaucoup de travail à faire .Et si ,à cette occasion,on parlait vraiment d’aménagement du territoire :quel Olmeta pour demain ? Un PLU, c’est d’abord un PADD et donc un diagnostic complet des manques et des besoins dans tous les domaines avec des pistes de solutions . Un cabinet d’études ,si compétent soit il, fait ce diagnostic, à partir d’un copie collé des communes du Cap et des renseignements fournis par le maire .Tandis que, si la population y participe ,ce serait l’occasion de créer ,une véritable dynamique de réappropriation collective du territoire communal .
UN COUP VACHE
Deux vaches d’un éleveur du village ont été tuées en plein hameau,à la carabine pour quelles meurent lentement et en souffrant . On ne sait si cela, est un acte de vengeance directe ou l’œuvre de quelqu’un qui veut que le climat délétère ,qui règne dans ce village se transforme en violence .Pour autant ,aucune réaction de la municipalité pour condamner cet acte ou porter plainte.Pas de mobilisation réelle des habitants .Mais tout va pour le mieux dans ce village.
UN VILLAGE VACANCE
.L’associu l’albore ulmitese qui s’inscrit dans une démarche citoyenne, celle d’un avenir en développement durable du village, s’inquiète à juste titre. Les voyants sont au rouge. Aucune vrai perspective, aucun projet qui permette d’ envisager le village de demain ,alors que la population est très âgée et que les résidences secondaires constituent presque 60% des habitations.Dans quelques années, les quelques villageois restants ,pourront,s’ils connaissent encore l’histoire du village, reprendre et adapter la chanson écrite pour la fermeture de l’usine de Canari par notre poète René Nicolai intitulée « qu’est ce qu’on t’a fait Olmeta ? en pensant aux municipalités qui se sont succédées durant les 20 dernières années et qui n’ont pas su prévoir l’avenir en gérant au jour le jour.
Dans un an ,la municipalité va être renouvelée :il serait souhaitable, qu’au lieu d’une élection clientéliste ,qui consiste à s’assurer contre service rendu, les votes des familles les plus nombreuses en votants ,on puisse voter pour une liste qui va nous proposer un vrai programme :des élus compétents, engagés ayant de vrais pouvoirs de délégation, des citoyens responsables.,soucieux avant tout de l’amélioration des conditions de vie des villageois et du développement économique durable du village et que le prochain maire ne soit plus le décideur unique mais l’animateur d’une équipe municipale dynamique, et proche des villageois .
L’association l’albore proposera un programme et des perspectives à la ou aux listes qui se présenteront.Elle ne fera que jouer son rôle statutaire d’association en développement durable, sans aucune autre intention électorale.