Archives mensuelles : avril 2016

tri des déchets :on se moque de nous

Le 29 mars 2016 l'associu l'albore ulmitese s'est jointe à la protestation de quatre maires du cap corse ,et des associations Zeru Frazu et u Soffiu Novu contre l'immobilisme de la communauté des communes du Cap Corse en matière de traitement des déchets . 

Nous avons transmis à ces élus la lettre  restée sans réponse  envoyée  au président de la communauté des communes le 6 février (voir article précédent) et qui est  restée, sans doute ,dans la poche du président puisqu’elle n’a pas été communiquée aux autres élus .

Nous avons échangé et nous sommes exprimés sur les ondes de RCFM et sur  le journal Corse matin .

Tous les habitants du village ont reçu  un beau et grand sac plastique sur lequel sont indiqués les déchets recyclables  à trier afin de  les transporter ,jusqu’aux aux premières bornes de tri, situées à 5 km du village sur la commune de Nonza .Fausse réponse à un vrai problème.

Nous prenons cette offrande comme une provocation ,car elle n’est assortie d’aucune explication .Va-t-on bientôt installer des bacs de tri dans notre village ? la deuxième adjointe nous a affirmé ,voilà un mois déjà,que la communauté des communes a l’intention de nous fournir des containers plus petits!!!

Si ces containers, comme on peut le supposer , sont des bacs plastiques à couvercles mobiles , semblables à ceux qui se trouvent dans certaines villes, on peut craindre le pire, car le tri y est généralement  mal effectué :mélange inévitable qui convaincra les habitants de l’inutilité à le faire. Ce sont des bacs alibis :une fausse solution.

Nous concevons qu’il faille à la communauté des Communes ,un certain temps pour réorganiser un service mal conçu dés sa création : on a oublié, à ce moment là ,que l’accès à quelques villages du Cap Corse, se fait par des routes étroites que ne peuvent  ou ne veulent  pas emprunter les camions  de la société privée qui a obtenu le marché  de gestion du tri sélectif.

.Nous doutons cependant, à l’instar des élus frondeurs des quatre communes ,qui comme la notre, ont un tri sélectif à distance, que le président de la communauté des communes ait vraiment la volonté politique d’appliquer les solutions transitoires peu coûteuses qui sont proposées .A défaut ,les communes peuvent se prennent en charge .

 C’est pourquoi ,nous ne comprenons pas que la municipalité de notre commune ne réagisse pas ,elle aussi. C’est la seule des communes pénalisées  qui subit et ne dit mot.

Nous déplorons le manque de solidarité des autres communes pour lesquelles le problème ne se pose pas.

Nous félicitons les maires qui ne supportent  pas que leurs concitoyens soient pénalisés et qui, faute de réaction de la communauté de communes,  ont pris à leur charge , la gestion du tri des déchets de leur commune .En exemple: celui de Barretalli ,commune comparable à celle d’Olmeta :distribution de sacs jaunes, collecte prés des containers   de ramassage du non trié et dépôt par l’employé municipal  dans les bornes de tri  lointaines :voilà pour les recyclables .Achat d’un composteur pour les fermentescibles  et, bientôt, d’un broyeur pour les végétaux  .ils pallient aux manques et s’affranchissent d’un carcan administratif et politique .

Voilà la véritable solution ,celle du tri sélectif à la source  . La commune d’Olmeta Di Capi Corsu  doit et peut le mettre en place, car c’est la moins coûteuse ,la plus efficace,  la plus citoyenne et la plus adaptée à une population résidente d’âge avancé.

En outre ,elle prend en compte la situation géographique du village composé de hameaux distants . Pour que tri s’effectue, il faut qu’il soit incitatif et qu’il soit donc réalisé à la source ,sans trop d’efforts  d’acheminement vers des bornes de tri, et, qu’il se traduise par une baisse des taxes  qui ,vu ,le système actuel, vont augmenter dés la prochaine facture.

Mais veut-on vraiment revoir un système de traitement  fondé sur le prix à la tonne des déchets traités qui dégage de substantifs bénéfices pour les sociétés privées sous traitantes sur le dos des citoyens de l’île ?Là est le problème.

Les citoyens eux ne peuvent être ni  dupes ni victimes. Ils doivent réagir ,c’est ce que nous faisons .

 

e

Publicités