Archives mensuelles : janvier 2018

A vau -l’eau

l’année dernière,à pareille époque ,nous commettions un article,intitulé une fin d’année chaotique .Cette année on pourrait franchir un degré de plus sur l’échelle du malheur en titrant « une fin d’année catastrophique »et une année à venir cauchemardesque  .
En effet, la fatalité semble s’acharner sur le village d’Olmeta Di Capi Corsu :Rien ne va plus,faites vos jeux :la gestion du village ressemble,en effet,a un jeu de poker menteur .De grands projets inutiles ,dont vous nous avons déjà parlé sur ce blog ,qui font oublier l’essentiel:le droit de vivre:
.Le droit de vivre en sécurité :il fera l’objet d’une autre publication ,relative au  danger mésestimé des incendies, des éboulements,des effondrements de route etc .
Le droit de vivre et d’habiter dans un village sans eau .Depuis le 31 Octobre :pénurie d’eau potable qui a conduit la municipalité  à utiliser l’eau d’arrosage  pour remplir le réservoir d’eau potable qui alimente le village,faute d’alimentation suffisante en provenance des captages pour cause de sécheresse .Cet apport dangereux a été réalisé sans avertir les olmetais .c’est notre association qui a dû alerter l’ARS (agence régionale de santé)pour,qu’enfin, soit pris un arrêté municipal d’interdiction de consommation .Depuis,l’arrêté n’est plus affiché sur les panneaux municipaux :ce qui fait qu’aucun visiteur ou habitant occasionnel ,n’est averti de ne pas boire cette eau .
Cet apport devait être exceptionnel d’après l’ARS .Or, voici qu’il perdure sans qu’on puisse l’imputer dorénavant à la sécheresse;le débit de la rivière et de l’eau d’arrosage prouvent le contraire.
Voici que le village a été plusieurs fois privé  totalement d’eau , par exemple, les 9 et 10 Décembre et le soir de Noel.
Ce qui était prévisible,et arrivera encore,puisque,à chaque forte pluie ou intempérie le captage rudimentaire: deux tuyaux calés par des pierres à flanc de ruisseaux  de montagne se désamorce ou se coupe.
Ce qui était prévisible,et arrivera encore ,puisque des fuites à répétition détectables ou indétectables ,importantes ou latentes, font que l’eau se perd et n’arrive plus ,ou presque plus, dans le réservoir,
Ce qui était prévisible,et,se produira de nouveau,puisque les tuyaux d’acheminement de l’eau entre le réservoir et les habitations sont très anciens ,non conformes aux normes en vigueur .ils  éclatent pérodiquement et sont rafistolés ensuite !!!!Tous ces tuyaux sont à remplacer !!!!
Mais ce qui est inattendu c’est ,ce signe du hasard,qui vient à notre secours,nous citoyens victimes,  pour nous aider à comprendre ou à poser des questions :En effet ,un habitant dont la construction récente :maison avec étable , en cours d’aménagement  ,se trouve une centaine de mètres au dessus du réservoir d’alimentation d’eau potable, a été témoin d’un incident révélateur ;en creusant son terrain ,il a  endommagé une canalisation d’eau non signalée ;celle qui achemine l’eau d’arrosage  jusqu’à ce réservoir .Le temps de réparer, il a pu constater que le débit était largement suffisant pour alimenter le village sans avoir recours à l’apport d’eau d’arrosage .En effet ,soucieux de ne pas laisser l’eau se répandre dans la nature ,il l’a dirigée vers une fosse septique non encore utilisée de 3m3 qui s’est remplie en 20mn .Un simple calcul,suffit alors à prouver,que nous ne pouvons manquer d’eau.Qu’est-il advenu de ce constat? la négation d’une évidence par des gens qui n’ont que  faire de la mathématique ou de la logique .
Alors que se passe t-il vraiment ? Il semblerait que ,la municipalité n’arrive pas à cerner le problème,le minimise et cherche à gagner du temps ou simplement veut l’ignorer.
Pour quelles raisons?
                                 .Une certaine incompétence ,un certain déni :celui d’avouer que le réseau d’eau n’a jamais ,ces dernières années, été entretenu réellement ?
                               l’attente d’un nouveau marché public de réfection de ce réseau actuellement,à l’étude  (schéma directeur de l’eau)  effectué par les entreprises amies?
 Alors que faire? Ce qui coule de source :
1.En premier lieu :traiter enfin  le problème en urgence totale. Un tel laxisme  est en effet inadmissible de la part de la municipalité:elle attend la fin d’une  lente étude du schéma directeur de l’eau pour, demander ensuite ,une subvention ,afin de  réaliser les travaux nécessaires .Autant dire que la situation risque de perdurer .Paradoxe qui ne semble pas l’émouvoir :Voilà un village qui ,vu son emplacement géographique, n’a jamais manqué d’eau  en toute saison .Tous les visiteurs s’extasient de la voir couler abondamment dans les rigoles d’arrosage .Or,voilà qu’il est privé  , d’eau potable et a recours à l’apport d’une eau d’arrosage souillée;Ce qui force la plupart des  habitants à ne boire que de l’eau en bouteille, achetée à ses  frais .
2.Alerter les services préfectoraux, l’office de l’eau de la corse et l’exécutif régional afin qu’ils envoient des équipes compétentes pour diagnostiquer et surtout  agir en urgence.l’associu l’albore est en train de le faire .
3.Distribuer de l’eau potable à la population :c’est une obligation en cas de pollution ou de manque d’eau potable .La municipalité s’en tire en arguant que les analyses effectuées sur l’eau distribuée, indiquent qu’elle est potable .Or,ces analyses périodiques n’ont qu’une valeur relative car elles ne font qu’évaluer un risque acceptable . il se trouve que certaines personnes du village qui ont néanmoins consommé cette  l’eau ,y compris s’ils l’ont fait  bouillir,ont souffert de troubles intestinaux importants et dû se résoudre à acheter de l’eau en bouteille . Si vous vous  absenter quelques jours du village ,et, vous  ouvrez ensuite un robinet d’eau dans votre maison,vous constatez qu’ un liquide boueux s’écoule pendant plusieurs minutes  :ce qui prouve que l’eau qu’on nous propose n’est pas saine.
Enfin , si une  coupure totale d’eau perdure plus d’un jour, la mairie doit :distribuer de l’eau au moyen d’un camion citerne c’est la moindre des choses .Or à Olmeta ,ce n’est pas le cas .
4. la municipalité doit  prendre un décret suspendant la taxe hiver  sur l’eau ,instituée l’année dernière .On ne peut pas payer ce qui n’existe pas.
5. l’entretien et le suivi de l’eau au village doivent être confiés à un spécialiste agrée et non plus à L’entreprise DE BTP qui réalise l’essentiel des travaux publics communaux et qui n’a donc aucune compétence en la matière; Inutile de s’assurer les services d’un grand groupe,mais tout simplement d’un plombier agrée, par convention.La communauté des communes du Cap crée une régie communale pour la gestion de l’eau avec une sous traitance confiée à chaque village :Ainsi, chaque maire, pourra-t–il continuer à agir à sa guise :à savoir,pour le village d’ Olmeta,la possibilité ,présentée en conseil municipal,de former l’employé municipal à des tâches de base et de continuer à confier l’entretien du réseau d’eau à l’entreprise de BTP qui la gère actuellement.Et du coup on commet les mêmes erreurs :pas question de changer un système de gestion entre amis .
Enfin rien n’est moins sûr, que l’on puisse utiliser l’eau d’arrosage déviée dans le réservoir d’eau potable pour faire du jardinage ou entretenir les quelques arbres fruitiers qui ont survécu aux sécheresses successives. En effet,celle qui coule dans les rigoles sera insuffisante,et,celle qui provient des captages individuels ,à caractère collectif sera tarie .Mais que serait-il arrivé si des habitants n’avaient pas fait changer d’avis ,Mme la maire en lui faisant remplacer des tuyaux  percés du conduit d’arrosage,alors qu’elle avait déclaré que la municipalité abandonnait définitivement  l’entretien de l’eau d’arrosage .Nous serions sans eau .
Décidément cette commune va à vau-l’eau .