Archives mensuelles : septembre 2019

déchets de chantiers:stop au rejet dans la nature

A gauche,le lieu de déversement habituel ,à droite,le nouveau

Depuis trop d’années, particuliers, et, surtout, entreprises de maçonnerie ,ont l’habitude de jeter leurs déchets de chantiers ,ou autres déchets de toute sorte ,à partir du bord de la route ,sur les pentes très fortes de la RT 443, seule route d’accès au village.En premier lieu ,à quelques mètres, puis, ensuite , à un km de la sortie du village d’Olmeta Di Capi Corsu .Un terrain très pentu est privilégié .On peut s’apercevoir ,depuis la photo satellite de geo portail de l’importance des déchets déjà déversés sur ce lieu .Le propriétaire d’un terrain jouxtant ,excédé, a fini par porter plainte et, pour éviter ,que l’on utilise son terrain comme dépotoir a installé des piquets et un grillage pour en interdire l’accès .Mais les entrepreneurs ,qui pourtant, facturent l’enlèvement de ces déchets de chantier sur leur devis de travaux ,ont continué à déverser juste à côté !!!!Voyant cela ,la population fait de même . .le fait donc de jeter dans la nature des déchets de chantiers ou des déchets verts est devenu une activité banalisée dans ce village .

Or l’article L541-1 du code de l’environnement et suivants précisent, notamment « tout producteur ou détenteur de déchets s’assure que la personne à qui il les remet, est autorisée à les prendre en charge .le producteur ou le détenteur doit s’assurer que la gestion des déchets s’effectue conformément à la réglementation en vigueur .la responsabilité est partagée contractuellement .Elle commence dés que le déchet est produit et s’étend jusqu’à l’élimination ou valorisation finale du déchet »Enfin ,il est formellement interdit de jeter toute sorte de déchets dans la nature .l’enlèvement des déchets de chantier est facturé par l’entreprise de maçonnerie au client .Elle doit les déposer vers des sites spécialisés prévus pour: recycleries ou sites privés agréés)

après le terrain grillagé ,le lieu principal de dépôt sauvage actuel

Outre le non respect de la loi , ces dépôts sauvages, sur une forte pente ont un effet dévastateur sur les terrains qu’ils impactent ,celui du dépôt ,et, ceux qui se trouvent en dessous .Les déchets de chantiers, quels qu’ils soient, ne sont pas sans danger .Ils contiennent différents métaux dangereux tels que plomb nickel ,cadmium, amiante,de la chaux ,du salpêtre ,des solvants …. etc ,qui polluent le sol et, par ruissellement, une vaste zone dont les nappes phréatiques et la rivière située en contre bas .En l’occurrence,une zone naturelle dans un site inscrit côte occidentale du Cap Corse .

Jetés en grosse quantité sur des fortes pentes ,en bordure de route ,ils fragilisent cette dernière .Lors de fortes intempéries qui se répètent,à cause d’un changement climatique accentué par la main de l’homme ,cet amas de terre finit par créer un éboulement qui entraîne l’effondrement d’une portion de route. C’est ce qui s’est passé en partie sur la RT80 route du Cap et qui a nécessité la pose provisoire d’un pont . le déversement ancien à cet endroit , ravin sur la mer , de toutes les ordures d’Olmeta di Capi Corsu ,et, celui,régulier des pierres et de la terre des éboulis de la montagne qui se situent au dessus et les fortes pluies, ont causé l’effondrement complet de la moitié de la chaussée. Si une partie de l’unique route d’accès à Olmeta Di Capi Corsu, s’effondre ,le village est totalement isolé pour un long laps de temps .

le nouveau lieu de dépôt

Il est difficile ,quoique possible, d’identifier les différents auteurs de ces dépôts sauvages. C’est le rôle du maire que de faire respecter les lois ,notamment celles qui garantissent la santé et la sécurité des villageois. Pour autant , cette fois ci,le pas de trop a été franchi :un important dépôt sauvage sur le site habituel et sur un nouveau site ,crée pour la circonstance, ont été récemment effectués ,à l’issue de marchés publics communaux, à savoir : la construction d’une maison communale abritant des logements sociaux et une reproduction de la grotta scritta et la réfection de la façade d’un presbytère ,transformé lui aussi en logement social .Ces déchets ont été d’abord, pour partie ,jetés sur l’endroit habituel de décharge sauvage .Ils ont été stockés ensuite,pour une grande partie, sur un parking communal situé à l’entrée du village . Comme l’entreprise qui a effectué ces travaux ,d’ailleurs inachevés ,est en liquidation judiciaire ,voilà qu’une entreprise à caractère local, a été chargée de les enlever,pour les jeter ,illégalement, sur les lieux de déversement sauvage ,devenus, par force d’habitude et de permissivité ,des déchetteries communales!!! C’est intolérable :cela veut dire que l’on utilise des fonds publics ,en l’occurrence presque 900m euros (coût ajouté des deux chantiers en marchés publics)pour polluer le patrimoine naturel du village !!!

Du coup ,il devenait urgent et indispensable de porter plainte auprès de la gendarmerie de St Florent et de signaler aux autorités compétentes ces déversements importants, illégaux et dangereux, afin qu’une enquête détermine les différentes responsabilités .Mais ,surtout pour que tout déversement de déchets sur des terrains privés et communaux, cessent définitivement dans cette petite commune et, qu’une information soit faite(on peut rêver) auprès de la population villageoise qui ignore ou veut ignorer les effets néfastes de telles pratiques.

Un citoyen membre de l’association l’albore ulmitese s’en est chargé à titre personnel .

Ci joint l’intitulé officiel de la plainte contre X afin que l’enquête diligentée ne donne pas lieu à des interprétations locales qui font que les producteurs et détenteurs des déchets ne fuient leurs responsabilités pour la faire porter par exemple aux propriétaires des terrains .

extrait de récépissé de plainte

Publicités