Tous les articles par Albore Ulmitese

déchets de chantiers:stop au rejet dans la nature

A gauche,le lieu de déversement habituel ,à droite,le nouveau

Depuis trop d’années, particuliers, et, surtout, entreprises de maçonnerie ,ont l’habitude de jeter leurs déchets de chantiers ,ou autres déchets de toute sorte ,à partir du bord de la route ,sur les pentes très fortes de la RT 443, seule route d’accès au village.En premier lieu ,à quelques mètres, puis, ensuite , à un km de la sortie du village d’Olmeta Di Capi Corsu .Un terrain très pentu est privilégié .On peut s’apercevoir ,depuis la photo satellite de geo portail de l’importance des déchets déjà déversés sur ce lieu .Le propriétaire d’un terrain jouxtant ,excédé, a fini par porter plainte et, pour éviter ,que l’on utilise son terrain comme dépotoir a installé des piquets et un grillage pour en interdire l’accès .Mais les entrepreneurs ,qui pourtant, facturent l’enlèvement de ces déchets de chantier sur leur devis de travaux ,ont continué à déverser juste à côté !!!!Voyant cela ,la population fait de même . .le fait donc de jeter dans la nature des déchets de chantiers ou des déchets verts est devenu une activité banalisée dans ce village .

Or l’article L541-1 du code de l’environnement et suivants précisent, notamment « tout producteur ou détenteur de déchets s’assure que la personne à qui il les remet, est autorisée à les prendre en charge .le producteur ou le détenteur doit s’assurer que la gestion des déchets s’effectue conformément à la réglementation en vigueur .la responsabilité est partagée contractuellement .Elle commence dés que le déchet est produit et s’étend jusqu’à l’élimination ou valorisation finale du déchet »Enfin ,il est formellement interdit de jeter toute sorte de déchets dans la nature .l’enlèvement des déchets de chantier est facturé par l’entreprise de maçonnerie au client .Elle doit les déposer vers des sites spécialisés prévus pour: recycleries ou sites privés agréés)

après le terrain grillagé ,le lieu principal de dépôt sauvage actuel

Outre le non respect de la loi , ces dépôts sauvages, sur une forte pente ont un effet dévastateur sur les terrains qu’ils impactent ,celui du dépôt ,et, ceux qui se trouvent en dessous .Les déchets de chantiers, quels qu’ils soient, ne sont pas sans danger .Ils contiennent différents métaux dangereux tels que plomb nickel ,cadmium, amiante,de la chaux ,du salpêtre ,des solvants …. etc ,qui polluent le sol et, par ruissellement, une vaste zone dont les nappes phréatiques et la rivière située en contre bas .En l’occurrence,une zone naturelle dans un site inscrit côte occidentale du Cap Corse .

Jetés en grosse quantité sur des fortes pentes ,en bordure de route ,ils fragilisent cette dernière .Lors de fortes intempéries qui se répètent,à cause d’un changement climatique accentué par la main de l’homme ,cet amas de terre finit par créer un éboulement qui entraîne l’effondrement d’une portion de route. C’est ce qui s’est passé en partie sur la RT80 route du Cap et qui a nécessité la pose provisoire d’un pont . le déversement ancien à cet endroit , ravin sur la mer , de toutes les ordures d’Olmeta di Capi Corsu ,et, celui,régulier des pierres et de la terre des éboulis de la montagne qui se situent au dessus et les fortes pluies, ont causé l’effondrement complet de la moitié de la chaussée. Si une partie de l’unique route d’accès à Olmeta Di Capi Corsu, s’effondre ,le village est totalement isolé pour un long laps de temps .

le nouveau lieu de dépôt

Il est difficile ,quoique possible, d’identifier les différents auteurs de ces dépôts sauvages. C’est le rôle du maire que de faire respecter les lois ,notamment celles qui garantissent la santé et la sécurité des villageois. Pour autant , cette fois ci,le pas de trop a été franchi :un important dépôt sauvage sur le site habituel et sur un nouveau site ,crée pour la circonstance, ont été récemment effectués ,à l’issue de marchés publics communaux, à savoir : la construction d’une maison communale abritant des logements sociaux et une reproduction de la grotta scritta et la réfection de la façade d’un presbytère ,transformé lui aussi en logement social .Ces déchets ont été d’abord, pour partie ,jetés sur l’endroit habituel de décharge sauvage .Ils ont été stockés ensuite,pour une grande partie, sur un parking communal situé à l’entrée du village . Comme l’entreprise qui a effectué ces travaux ,d’ailleurs inachevés ,est en liquidation judiciaire ,voilà qu’une entreprise à caractère local, a été chargée de les enlever,pour les jeter ,illégalement, sur les lieux de déversement sauvage ,devenus, par force d’habitude et de permissivité ,des déchetteries communales!!! C’est intolérable :cela veut dire que l’on utilise des fonds publics ,en l’occurrence presque 900m euros (coût ajouté des deux chantiers en marchés publics)pour polluer le patrimoine naturel du village !!!

Du coup ,il devenait urgent et indispensable de porter plainte auprès de la gendarmerie de St Florent et de signaler aux autorités compétentes ces déversements importants, illégaux et dangereux, afin qu’une enquête détermine les différentes responsabilités .Mais ,surtout pour que tout déversement de déchets sur des terrains privés et communaux, cessent définitivement dans cette petite commune et, qu’une information soit faite(on peut rêver) auprès de la population villageoise qui ignore ou veut ignorer les effets néfastes de telles pratiques.

Un citoyen membre de l’association l’albore ulmitese s’en est chargé à titre personnel .

Publicités

Evviva San Cèsariu

Saint Césaire, fête patronale du village. Cette année la messe sera animée par la chorale paroissiale et la confrérie San Martinu di Patrimonio qui suivra aussi la procession

Cette image a un attribut alt vide ; son nom de fichier est img_20190824_122415-1.jpg

Elle sera célébrée, pour la dernière fois, en tant que curé de la paroisse par Patre Nicoli qui, dans ses nouvelles fonctions de doyen à ND de Lourdes Bastia, supervisera en tant que vicaire forain son successeur au sein de la paroisse de St Florent dont nous dépendons

Le spuntinu qui suit est organisé par les paroissiens(es) qui s’occupent de l’église avec le concours de l’association l’albore ulmitese. Chaque famille présente ou absente apporte ou fait parvenir  de quoi alimenter le repas froid qui suit .Les jeunes ensuite,portent ,à la guitare l’aubade, aux anciens dont le nombre, hélas, diminue chaque année .

A défaut de retrouver les écrits de la messa nustrale e prucissio di San Cesario qui existaient et existent encore peut être,s’ils ont échappés aux habituels nettoyages d’archives, effectués dans les églises corses dans les années 60 ,l’associu albore ulmitese ,dans sa quête patrimoniale,a demandé au confrère Petru de la cunfraternita San Martinu di Patrimonio, spécialiste en liturgie ,d’en rédiger de nouveaux . il a mené à bien cet exercice difficile pour notre bonheur et le sien. .Pour la St Césaire de cette année , il est encore un peu tôt pour les faire approuver par le père paroissial et les paroissiens.

les voici donc . Vous pouvez en les lisant retracer la vie de St Césaire

nous vous attendons ,comme chaque année pour célébrer, avec nous, cette fête patronale en toute ferveur et convivialité

Evviva San Cesàriu

Qu’est ce qu’on t’a fait Olmeta

IL N’Y A PAS LE FEU
.Route d’accès à Olmeta à circulation alternée dangereuse :toujours pas de feux routiers de régulation malgré l’avis placardé par la municipalité voilà plus de deux mois. l’albore ulmitese après avoir envoyé un dossier complet à la collectivité de Corse et à la préfecture est intervenue une fois de plus sur le forum RCFM à ce sujet .Mais sans effet, à ce jour . Au moment de voter pour les régionales ,il faudra se rappeler de ceux qui nous ignorent .Au moment des municipales il faudra aussi se rappeler que cette municipalité est incapable de se faire et nous faire respecter.
MAIS IL Y A LE FEU
Enfin ,les travaux de sécurisation de cette portion de route vont entraîner sa coupure partielle ou totale .Revoilà posé le probléme de l’enclavement du village .Étonnant que les municipalités qui se sont succédées n’aient pas essayé, en priorité absolue ,de trouver une solution : rendre carrossable le chemin de Negro ?utiliser les pistes existant en montagne et les prolonger vers l’agglomération bastiaise ? En tout cas, les effets du changement climatique , le mauvais entretien de la route d’accès ,sa fragilisation par les tonnes de gravats que les entrepreneurs ou particuliers jettent sur ses bords et ses pentes ,l’absence de vrais caniveaux , l’abandon du maquis et de ses sources, font, que tôt ,ou tard un gros éboulement va nous couper du monde extérieur .Alors, urgence absolue de prévoir un second accès routier de désenclavement .Pour le coup ,il y a le feu ….
C’EST LA FAILLITE
.L’entreprise qui ,à l’issue de marchés publics qui suscitent de plus en plus d’interrogations ,était chargée de réaliser les travaux pharaoniques de 8O2 mille euros ,dont, rappelons le, un crédit de 350 m euros sur 4O ans à taux variable, c’est à dire la réhabilitation d’une ruine pour la transformer en T’2 et T4 logements sociaux avec de grandes caves et en rez de jardin , une reproduction de la grotta Scritta ,est en liquidation judiciaire. Du coup, tous les travaux dont elle avait la charge sont inachevés.Ainsi, le chantier de réhabilitation de la façade du presbytère (85m euros) qui est un logement social , avec en rez de chaussée la confrérie servant de remise à un entrepreneur.
Elle a pu mener à bien deux chantiers:celui de la restauration du parking de Negro et l’enfouissement des canalisations (111m euros dont il faut soustraire le coût de l’étude)et,celui du pont de Celle (66m euros),. Elle a d’ailleurs obtenu ce dernier chantier, après bien des péripéties, dont, celle de succéder à l’entreprise préalablement choisie mais déjà en liquidation judiciaire.Décidément ….une relation étroite existait entre les deux entreprises ,dont,peut être (à vérifier) une cession globale judiciaire en forme de reprise entre les deux.Mais la faillite de la seconde a suivi celle de la première,ce qui n’a pas surpris grand monde…les travaux avaient déjà pris du retard la livraison du T2 T4 étaient prévus pour l’été 2018 .Des malfaçons sont apparues .ceux du presbytère (façade) ont commencé il y a un an !!!!
. Mais ,il faut se poser ces questions: pourquoi prendre un risque en confiant tous ces chantiers à la même entreprise ,sachant sa fragilité héréditaire? les travaux sont -ils intégralement payés? qui va les terminer ? qu’a décidé le liquidateur judiciaire? a -t-il trouvé des actifs permettant de payer l’entreprise à caractère local qui achève ceux du presbytère? qui va finir ceux du T2 T4 ? Serait ce une nouvelle entreprise émanation des deux premières comme d’aucuns le prétendent avec malice ? Qui va enlever les tas de pierres de gravats et déchets de chantier qui jonchent le parking à l’entrée du village?Pendant ce temps les logements sociaux ne sont pas loués ,le crédit pour l’un court et les charges pour l’autre sont payées sans aucun gain pour la commune.
CA COULE DE SOURCE
Schéma directeur de l’eau .Une priorité pourtant.les travaux tardent car leur caractère d’urgence n’a pas été assez mis en avant .Les ruptures de canalisation se succèdent .Quant à l’eau d’arrosage, pourtant si importante, quand on manque d’eau dite potable ,elle se tarit parfois. Heureusement que des habitants du village et quelquefois l’employé municipal, montent dans la montagne, rebrancher des tuyaux sommairement placés sans fixation dans les vasques de deux rivières .Dans le schéma directeur de l’eau ,Il était pourtant possible d’ intégrer le captage de l’eau d’arrosage pour le sécuriser une fois pour toute.
UN VILLAGE BÉTON
le PLU ,un document indispensable que la municipalité ne souhaite pas vraiment ,semble -t-il, si on considère la lenteur extrême mise à sa conception .Elle attend , peut être, que les lois changent et que le PADDUC soit révisè.En effet,après une première réunion ,prévue depuis deux ans et qui a eu lieu en janvier ,plus rien .la deuxième réunion publique se fait attendre .il serait intéressant et démocratique qu’elle ait lieu lors de ce mois d’août.
Lors de la première réunion, il est apparu que ce village n’échappait pas à la frénésie du béton, qui agite la plupart des maires Corses. Alors que sa population, sauf ,à faire appel comme dans un village de Balagne à un repeuplement par l’accueil de migrants étrangers…. va diminuer plutôt que d’augmenter .Donc, légalement, les 21 maisons à construire prévues dans ce PLU sont une vue de l’esprit:non respect de la capacité d’accueil (indice démographique et bâti existant). Quant à leur emplacement proposé ,il est quelque peu orienté et le plus souvent illégal:en discontinuité de l’existant notamment. Il faut revoir la copie .
Bref, il reste beaucoup de travail à faire .Et si ,à cette occasion,on parlait vraiment d’aménagement du territoire :quel Olmeta pour demain ? Un PLU, c’est d’abord un PADD et donc un diagnostic complet des manques et des besoins dans tous les domaines avec des pistes de solutions . Un cabinet d’études ,si compétent soit il, fait ce diagnostic, à partir d’un copie collé des communes du Cap et des renseignements fournis par le maire .Tandis que, si la population y participe ,ce serait l’occasion de créer ,une véritable dynamique de réappropriation collective du territoire communal .
UN COUP VACHE
Deux vaches d’un éleveur du village ont été tuées en plein hameau,à la carabine pour quelles meurent lentement et en souffrant . On ne sait si cela, est un acte de vengeance directe ou l’œuvre de quelqu’un qui veut que le climat délétère ,qui règne dans ce village se transforme en violence .Pour autant ,aucune réaction de la municipalité pour condamner cet acte ou porter plainte.Pas de mobilisation réelle des habitants .Mais tout va pour le mieux dans ce village.
UN VILLAGE VACANCE
.L’associu l’albore ulmitese qui s’inscrit dans une démarche citoyenne, celle d’un avenir en développement durable du village, s’inquiète à juste titre. Les voyants sont au rouge. Aucune vrai perspective, aucun projet qui permette d’ envisager le village de demain ,alors que la population est très âgée et que les résidences secondaires constituent presque 60% des habitations.Dans quelques années, les quelques villageois restants ,pourront,s’ils connaissent encore l’histoire du village, reprendre et adapter la chanson écrite pour la fermeture de l’usine de Canari par notre poète René Nicolai intitulée « qu’est ce qu’on t’a fait Olmeta ? en pensant aux municipalités qui se sont succédées durant les 20 dernières années et qui n’ont pas su prévoir l’avenir en gérant au jour le jour.
Dans un an ,la municipalité va être renouvelée :il serait souhaitable, qu’au lieu d’une élection clientéliste ,qui consiste à s’assurer contre service rendu, les votes des familles les plus nombreuses en votants ,on puisse voter pour une liste qui va nous proposer un vrai programme :des élus compétents, engagés ayant de vrais pouvoirs de délégation, des citoyens responsables.,soucieux avant tout de l’amélioration des conditions de vie des villageois et du développement économique durable du village et que le prochain maire ne soit plus le décideur unique mais l’animateur d’une équipe municipale dynamique, et proche des villageois .
L’association l’albore proposera un programme et des perspectives à la ou aux listes qui se présenteront.Elle ne fera que jouer son rôle statutaire d’association en développement durable, sans aucune autre intention électorale.

la macagne contre la bêtise

IMG_20190724_174258.jpg

Non, il n’y a pas 12O menteurs comme le dit, par provocation, le villageois qui a réalisé ce photo montage à propos du lâche assassinat ,par mort lente, en plein village, à coup de carabine de deux vaches baguées appartenant à un éleveur . Mais, comme dans tout village,il existe ,sans doute, un, ou  quelques vrais crétins.

.Pour autant, ce n’est pas la première fois que cet éleveur est pris pour cible .Si l’émoi au village est réel, bien que murmuré,la tension monte, sans que personne, y compris la maire, dont c’est pourtant un des devoirs  ne réagisse officiellement . Si, un jour, la violence passe un degré ,il faudra que les villageois et la municipalité s’interrogent sur leur rôle et leur responsabilité . Certains ,sont assez retords et malsains pour monter les habitants les uns contre les autres .C’est pour eux un malin plaisir qui relève parfois sans doute d’un trouble mental.

Alors ,habitants d’Olmeta, restez sereins , éloignez vous des racontars et des mensonges, n’alimentez pas la haine et la violence .Mais condamnez là  ouvertement,sans pour autant rechercher de coupables ni essayer de faire justice . Et ,du coup, les mal faisants seront isolés , au point de faire le pas de trop pour se dévoiler complétement.

.le mutisme le silence la résignation sont  le terreau de la violence . Or la violence est aveugle et peut tomber sur n’importe quel d’entre vous . Ainsi , n’oubliez pas que la rumeur peut tuer .

l’intelligence vient toujours à bout de la bêtise

.

 

ruralité:ne pas se tromper de route

lettre route[2305843

Ne pas se tromper de route en ce qui concerne la gestion des villages ruraux de Corse, que ,les différents exécutifs régionaux délaissent ,et, dont nos élus locaux , seulement  préoccupés par un urbanisme clientéliste, en oublient l’essentiel les: conditions de vie des habitants qui ne cessent de se détériorer .
Nous avons , depuis plusieurs mois, signalé l’absence de feux tricolores  de régulation sur une portion sinueuse et dangereuse de la route d’accès au village d’Olmeta Di Capocorso,mise en circulation alternée, suite à l’éboulement d’un gros rocher.Sans effet. Quel mépris pour nous habitants d’Olmeta !!!
Par cette lettre ,nous mettons les responsables des routes et de la sécurité routière devant leurs responsabilités.Nous espérons aussi ,que notre mairesse ,et ses  conseillers municipaux agiront pour qu’on arrête de se moquer de nous ,.
Si notre appel reste vain ,nous déposerons plainte et envisagerons d’autres actions
lettre envoyée à Mr le président de l’exécutif G Simeoni ,sous couvert du service des routes de la CDC: DLaborde,LMorvan A.Riso
et  à Monsieur le préfet de haute Corse s/c Direction départementale de la sécurité publique

Objet :sécurité routière

            Depuis plusieurs mois ,déjà ,suite à la chute d’un rocher qui a percuté et détruit un véhicule  sur la route 433,d’accès au village d’Olmeta Di Cap Corso, des mesures de sécurité temporaires ont été prises par la CDC .A savoir, côté montagne ,ont été installés, sur une longueur de 400m des plots en béton surmontés de grillages .La largeur de la route, déjà étroite et sinueuse, s’en est trouvée diminuée ,n’autorisant que le passage d’un véhicule à la fois .

Des panneaux indiquant une circulation alternée ont été posés .Cette portion de route est pentue ,en virages ,et, bordée de falaises ,côté montagne, et, d’un profond ravin ,côté mer ,ce qui la rend dangereuse .Elle l’est, d’autant plus, désormais ,que, la circulation alternée, fait que des véhicules peuvent s’engager simultanément des deux côtés de la route, en aval ,et, en amont, sans aucune visibilité, en raison des virages .Ils se trouvent ,ainsi ,face à face ,obligés d’effectuer des manœuvres délicates et périlleuses, en reculant sur plusieurs mètres . la situation  peut entraîner  un blocage, si, plusieurs véhicules s’engagent des deux côtés ou si ,de nuit ,il faut effectuer des manœuvres de recul .

Et, si, par malheur ,des rochers de la taille de ceux qui ont déjà chutés sur cette portion de  route, et roulés sur la pente, vers la mer, venaient à nouveau à dévaler ,les conséquences seraient dramatiques, car ils emporteraient  les grillages et les plots et percuteraient des véhicules plus vulnérables, car immobilisés, ou, en train d’effectuer, à vitesse réduite, des manœuvres de dégagement.

C’est pourquoi, nous nous étonnons, que, des feux tricolores de signalisation n’aient pas été installés pour réguler la circulation et la sécuriser .

Nous avons eu plusieurs réponses indirectes de la part des services des routes

                 Par exemple : « on n’installe pas de feux quand la population n’est pas assez  importante » .or en hiver, le village d’Olmeta compte une centaine d’habitants dont un nombre important de personnes âgées dont les soins nécessitent le concours de nombreux personnels de santé qui se déplacent en voiture .Plusieurs personnes utilisent cette route pour se rendre à leur travail. En saison touristique la population triple et cette route devient très fréquentée.

                        Ou « Si on installe des feux ils vont être volés » Or, les feux mobiles sont désormais installés dans des buses cimentées qui rend leur vol impossible

Nous vous avons  lancé un appel sans réponse sur le forum de RMC. Nous le renouvèlerons périodiquement si rien n’est fait .

Nous considérons , qu’en n’évaluant pas à sa juste mesure la dangerosité de la situation  et en  n’agissant  pas en conséquence par l’installation de feux de circulation alternatifs ,la CDC met en péril la population ,et, pourra être rendue responsable, des accidents ,blocages, ou rixes avec coups et blessures qui pourront survenir .

Nous tenons aussi à faire remarquer que notre commune se voit infliger un double handicap par double peine, en ce qui concerne le respect des règles de sécurité en cas de circulation alternée .En effet, sur son territoire ,suite à un effondrement de la route 83, dite route du Cap , a été installé, le temps que de longs  travaux de réfection se terminent , un pont provisoire. Or, comme l’année dernière, lors de l’interruption des travaux pour cause de saison touristique ,les feux de chantier régulant une circulation alternée sont enlevés et pas remplacés .Il est donc à craindre de nouveaux embouteillages ,blocages et incidents entre automobilistes qui engageront votre responsabilité .

Force est de constater , qu’habiter un village du rural devient un véritable sacerdoce et un handicap, qui font hésiter de nombreuses personnes à s’y installer, et ,en font fuir d’autres .Mais que de beaux discours n’entendons-nous pas, sur  le développement de la  ruralité, devenue une priorité des politiques de l’île, et, notamment, de votre exécutif .Si cette volonté peut se traduire par des mesures qui prennent du temps dans leur mise en œuvre , il en est qui peuvent être immédiates ,et ,qui témoignent d’un minimum de respect qui nous est dû .

Nous vous prions ,d’agréer, Monsieur le président ,Monsieur le préfet, l’expression de notre salutation respectueuse et de notre considération distinguée et citoyenne

Pour l’association, son président

Christian Novella

 009213845269]

Pour une aire de stationnement paysagère

20190126_112259

Conseil municipal du 16 Février 2019 9H



img_20190215_164314

Cette affiche avertissant la population a été collée la veille de la réunion, dans l’après midi, sur la seule porte intérieure du bâtiment de la mairie!!!

la gestion de l’eau

Il s’agissait de délibérer pour que la délégation de la gestion de l’eau ,que la loi Notre donne aux communautés de communes soit reportée en 2026.La raison:la CDC (collectivité de Corse)par l’agence de l’eau ,l’office hydraulique et le Comité de Bassin ,a constaté des modalités de gestion très différentes d’une commune ou d’une intercommunalité à l’autre.Il convenait donc,au moment où le SDAGE (Schéma directeur d’aménagement de l’eau )est en voie de finalisation,d’harmoniser les pratiques pour les inscrire dans un mode de gestion autour d’objectifs généraux définis par un plan de territoire,en liaison avec le plan général de l’eau .Pour autant,les communes pourront garder la gestion de leur eau ,si,elles en font la demande .Ce serait dans l’intérêt de leurs habitants ,notamment celui de garantir un prix raisonnable des taxes .Pour cela,il s’agit de créer une régie communale de gestion de l’eau ,avec entretien effectué par un employé municipal formé.Sinon,cette gestion ,scénario plus que vraisemblable ,sera déléguée ,sous l’autorité des communautés de communes,à des sociétés privées .Ainsi,nous,qui sommes ,dans notre île ,en décalage retard permanent et conséquent avec l’hexagone ,nous commettrions les m^mes erreurs que celles faites ,il y a quelques années ,par les communes du continent ,qui,ont confié au privé la gestion de leur eau et de leur assainissement.Depuis,la plupart,échaudéees par le coût,ont rompu le contrat qui les liaient à ces grands groupes .
                                   En ce qui concerne le SDAGE de la Corse ,vous pouvez répondre à une consultation publique ,jusqu’au 2 Mai 2019 sur l’adresse http://www.corse.eaufrance.fr/gestion-

Acqua Viva

Ce serait un projet d’ensemble qu’on pourrait nommer « Acqua viva » (eau vivante ) :rénovation du réseau ,aménagement d’un parcours de l’eau comprenant le nettoyage et la valorisation de la rivière pour éviter les crues et les inondations réaliser un parcours sportif , la création d’une mini centrale électrique (procédé STEP) pour alimenter le village, création de bassins de réserve d’eau anti incendie , un circuit de récupération de l’eau qui alimente des bassins de rétention pour l’arrosage et aboutisse à un bassin décoratif  avec jet d’eau qui se situerait dans un lieu convivial jardin d’agrément à placer au milieu des hameaux pour créer le lien entre eux .créer un réseau de canalisations pour récupérer l’eau, qui faute de caniveaux  dévale les rues ,les routes et les pentes en créant des éboulements,construire des bassins de rétention ou de stockage ou rénover ceux qui existent  .
                                  Il y a  possibilité d’inscrire, une partie de ce projet ,en aménagement paysager justifié par une OAP inscrite sur le PLU communal.Il faut savoir qu’un tel projet ambitieux et novateur bénéficierait de différents crédits . Européens  ,nationaux ou régionaux .Ce type de projet est une solution pour lutter contre la désertification du rural: création d’emplois ,installation d’un tourisme vert qui favoriserait la création d’infrastructures d’accueil.amélioration du cadre de vie et du vivre ensemble

Aire de stationnement du hameau de Poggio (Poghju)le haut

la réalisation de cette aire de stationnement  est un élément d’un projet  plus vaste qui consiste,en plus, à rendre plus carrossable la piste en terre actuelle qui va de la route  au réservoir d’eau potable ,en la goudronnant sans doute ,et à installer un héliport pour l’atterrissage de l’hélicoptère du Samu ..
Le budget prévisionnel s’élève à 168 m euros dont 5O%.à la charge de l’état, 67300 euros.à la charge de la région.et 16835 euros à la charge de la commune .Un devis a été demande a un entrepreneur habitant la commune .Ce qui est prévu pour l’aire de stationnement ,est un revêtement en béton .Un de plus :le bétonnage du village continue avec les conséquences inhérentes à l’artificialisation des sols :transformation des rues et des routes en torrents  qui créent des éboulements ,épuisement des nappes phréatiques ,modification des écosystèmes etc….
Cette aire de stationnement se situant, au sein d’une zone verte constituée de jardins potagers, nous proposons ,et il va logiquement de soi, qu’elle soit un parking  paysagé.il s’intégrerait ainsi parfaitement  au paysage environnant  . Il existe plusieurs formes de parkings paysagés .Le revêtement peu se faire en alternance en bandes de dallages non cimentées et bandes de pelouses .il existe de multiples procédés pour garder au sol son intégrité écologique selon le budget alloué au projet .Évidemment il serait arboré .Ne serait-il pas plus simple et moins couteux  de garder l’authenticité du lieu en donnant simplement la possibilité aux voitures d’y stationner moyennant des aménagements sommaires de sécurité non bétonnés ni cimentés ,ni goudronnés

 

IMG_20190302_185357.jpg

IMG_20190302_115246.jpg

le parking va se situer sur le champ jouxtant les habitations

Une aire de stationnement pour les riverains?

Ce parking n’a de sens que s’il n’est réservé qu’aux  proches riverains, à raison d’une voiture par famille, et sans voitures ventouses Un ou deux emplacements à durée limitée seraient à prévoir pour les visiteurs de passage.En effet,les habitants du haut du hameau de Poggio n’ont pas d’accès routier direct proche de leurs habitations ce qui pose un problème pour transporter leurs achats de tout ordre ou pour bénéficier d’un service de secours à transport ambulatoire. Autant donc préciser les règles d’accès auparavant ,plutôt que d’essayer de réglementer ensuite.

les marchés publics

Après information auprès de  spécialistes,le prix du projet parking ,héliport, accés routier du haut  poggio, nous semble élevé. Se pose donc à Olmeta, comme au sein de toutes les communes corses, le problème des conditions d’appels d’offres pour les marchés publics.Un peu partout, on peut constater que, très souvent, les chantiers sont confiés aux même entreprises .Certains maires délèguent ce choix à des cabinets d’études .Pour autant, le résultat est le même: simple couverture ,diront certains.  Nous souhaitons donc, une réelle transparence quant au choix des entreprises qui vont effectuer des travaux sur la commune  :publication de l’appel d’offres, non seulement, sur un journal, mais ,aussi sur les panneaux municipaux et l’ouverture des enveloppes en conseil municipal public.Publication des critères qui conduisent au choix :le critère du mieux disant n’étant pas forcément le plus significatif ou le plus probant .Cela couperait toute forme d’interprétation possible,et, offrirait une garantie quant a qualité du travail à effectuer . Ainsi ,cela éviterait les malfaçons qui conduisent à refaire un travail mal réalisé comme le chantier du captage de l’eau potable voici une trentaine d’année  .les conditions du déroulement du chantier doivent être établies clairement ,quant à la durée des travaux ou au calendrier de réalisation,et des indemnités de retard ,pour éviter des interruptions ou une  programmation à la guise du bon vouloir de l’entrepreneur

Conditions d’attribution des logements sociaux et communaux

Une question a été posée par un conseiller municipal au sujet du mode d’attribution des logements sociaux et communaux .Ii souhaiterait que les candidatures soient examinées par les conseillers municipaux et que les décisions d’attribution soient validées par le conseil municipal .En effet,il a été constaté que deux logements viennent d’être loués à des familles directement par Madame le maire sans concertation.Peut être a-t-elle délégation pour le faire?Mais,Quand elle nous dit que les candidats sont rares ,on ne peut le vérifier que si un appel d’offres officiel de candidatures a été effectué .Quant aux critères de choix ils doivent être établis clairement ,et respectés .
U tre di Marzu 2019

 

demandez le programme

20190130_165131.jpg
Depuis sa dernière assemblée générale ,le 16 Décembre 2018,le bureau de l’association s’est réuni deux fois .Il s’agissait de dresser le programme d’actions 2019.
La première action s’est déroulée le 19 janvier ,à la salle des fêtes du village, prêtée gracieusement par la municipalité que nous remercions : se retrouver entre adhérents et amis pour déguster  la galette des rois et peaufiner notre programme annuel. une affiche invitant la population à nous rejoindre en toute convivialité a été collée sur les panneaux d’affichages municipaux.
Action PLU .
l‘albore ulmitese va adresser une contribution à l’équipe de réalisation du PLU :DDTM ,agence régionale de l’urbanisme,municipalité  .Nous avons été très présents lors de  la première réunion d’information,puisque nous avons une bonne connaissance de la technicité de ce document.Nous continuerons de l’être tout au long de la procédure d’élaboration .
Un PLU n’est pas qu’un document d’urbanisme, mais avant tout ,un plan de territoire communal à construire  pour les quinze années à venir .Il dessine le village du futur .La plupart des maires corses n’ont qu’un souci : dégager des terrains constructibles pour augmenter la population des villages afin de s’assurer  de ressources financières supplémentaires pour leur commune et satisfaire leurs électeurs .Peu importe ,si la majorité des constructions, sont des résidences secondaires  qui transforme,peu à peu  leur commune en village vacances déserté l’hiver.
.L’approche d’une association citoyenne comme l’albore  ulmitese est différente :En effet,il appartient aux habitants de réfléchir à l’avenir de la commune ou du moins d’ être vraiment associés à son élaboration comme aux décisions prises  par le conseil municipal .C’est la démocratie participative que nous prônons sans cesse et qui fait défaut . . Nous allons donc vous proposer aux concepteurs du PLU comme à vous mêmes ,sous forme de contribution à débattre , des pistes pour que Olmeta Di Capi Corsu s’inscrive réellement dans une dynamique de développement durable qui crée des emplois et des conditions de vie ,qui rompent son isolement actuel. Cela au sein  du PADD( plan d’aménagement et et de développement) qui est la pierre angulaire du PLU :il dessine des perspectives d’avenir pour le développement durable prévu dans chaque PLU et dans le PADDUC. Certaines idées qui figurent dans ce document , sont proches de  celles que nous  vous présentons depuis 4 ans.Nous en avons d’autres à proposer .Si vous avez d’autres à nous soumettre ,elle seront bienvenues .
Actions de terrain
.Remettre en valeur progressivement  les sites qui témoignent de la mémoire immatérielle du village.
.En premier lieu nettoyage  du moulin du Cinghju et les piove(sources canal d’irrigation)
.Dans le cadre de la construction progressive  d’un parcours patrimoine, atout majeur pour que les habitants se réapproprient l’histoire du village et que s’installe une économie de tourisme vert ,créatrice d’emplois et garante de la survie du village,nous commencerons par installer des fiches descriptives au pied  des œuvres caractéristiques à l’intérieur  des principaux édifices patrimoniaux  ,en espérant que la municipalité  demandera à la CDC ,l’installation de panneaux signalétiques  extérieurs .Premier lieu choisi l’église: description facilitée par l’inventaire patrimonial du village que l’on peut consulter dans le  recueil publié par l’association Petre Scritte
.Nettoyage de la plage de Negro .il est rappelé que des adhérents de l’association ont déjà contribué  l’année dernière à plusieurs séances de nettoyage de cette plage après les gros dégâts de la tempête de Nov 2016.
.Réparation du chemin de croix du village, avec possibilité d’organiser sa bénédiction au cours d’une procession qui aurait lieu en juin lors de la fête Dieu .
.Création avec l’autorisation des autorités administratives et de la municipalité   du premier marché des producteurs jamais organisé au village .Cet événement sera couplé à une manifestation comme la fête  Dieu ou la St Cesaire
.Mise en valeur de la fête patronale de la St Césaire :poursuite de l’aide à l’organisation que nous effectuons déjà ,apport du concours des confréries et ,création par un spécialiste confrère ,connu dans l’île pour cela ,d’un hymne à ST Cesaire en langue Corse .
.Organisation d’une journée patrimoine avec conférence et animation musicale
.Vous pouvez nous proposer d’autres projets comme, par exemple,une exposition de photos d’habitants du village ou de lieux ,qui dorment,actuellement, dans vos albums de famille ou dans votre grenier .
Un programme ambitieux que l’on ne pourra sans doute réaliser pleinement cette année.Mais,qui pose les jalons d’une dynamique d’un  développement durable du village qui est  l’objectif  majeur de notre association .Pour se faire, l’albore bénéficiera de l’aide d’associations extérieures expérimentées .Nous souhaitons aussi le concours des autres associations du village qui seront accueillies favorablement ,si elles veulent être nos  partenaires  .
Une précision que nous devons continuer de faire,surtout à la veille d’élections municipales  :L’albore ulmitese est une association citoyenne qui n’a aucune ambition politique .Ce n’est pas ,une force d’opposition à la municipalité actuelle ,mais un groupe de réflexion et d’action pour éviter que ce village ne perde son histoire et son patrimoine et ne devienne un village mort .Ce faisant, dans le cadre de ses statuts, qui sont ceux d’une association citoyenne prônant la démocratie participative et le développement durable c’est à dire équitable ,solidaire,respectueux de l’humain et de l’environnement ,créateur de lien social et du partage ,elle est conduite à s’exprimer sur la gestion du village .C’est ce quelle a fait ,et ,continuera de faire quelle que soit la municipalité en place. Pour autant , chaque parole et chaque action s’inscrivent dans un souci d’intérêt public et sont assorties de propositions concrètes .C’est l’expression citoyenne, une pratique assez nouvelle dans l’île de Corse mais qui se développe heureusement de plus en plus.
Pour conserver sa totale indépendance l’association ne demande aucune subvention .ses seules ressources :la cotisation de ses adhérents .
20190130_183331-1.jpg
A prestu a fianc’a voi .