Un village résidentiel

Les statistiques officielles concernant le village d’Olmeta Di Capi Corsu , glanées sur le site national Mairie font apparaître un taux de résidences secondaires de 57,% ,ce qui ,compte tenu de la date de récolte de ces données est sous estimé.Nous en sommes dorénavant presque à 6O%;

Si ces statistiques sont à analyser à l’aune des successions qui transforment des résidences principales en résidences secondaires pour des héritiers habitants hors du village ,en corse ou sur le continent  ,il faut noter bon nombre de ventes de terrains pour y construire des maisons secondaires ou de vente de maisons existantes à des personnes extérieures .

Ce pourcentage est significatif de la fin proche du village comme communauté vivante .Ce d’autant plus que la moyenne d’âge des résidents permanents actuel est élevée.

Ce processus de désertification n’est pas propre au village d’Olmeta :il est général à  toute la corse . Aucune véritable politique pour éviter l’exode rural  n’a été menée par les différents exécutifs  régionaux ,départementaux  qui se sont succèdés  après les années charnières que sont les années  1950 .Une seul et unique politique qui perdure : développer un tourisme saisonnier en littoral ou dans sa périphérie qui permet à une majorité de familles de vivre pendant 6 mois et de pointer éventuellement au chômage ensuite.

Ainsi , se sont multipliées les structures d’accueil, les constructions locatives  en littoral et les locations saisonnières plus ou moins déclarées dans les villages les moins reculés .Des milliers de résidences à rente locative ont jailli sur le littoral constituant de véritables villages déserts hors  saison touristique.Le prix de l’immobilier et des terrains constructibles est devenu tellement  prohibitif que les jeunes corses qui veulent construire pour s’installer dans les villages ,y compris désormais les plus reculés,ne peuvent plus le faire.

Paradoxalement la mise en ordre via le GIRTEC de l’indivision familiale qui est à l’origine de l’habitat en ruine ,va accroître le phénomène de vente de la terre et de l’habitat corse.la plupart des biens libérés seront vendus au prix fort ou vont devenir des résidences locatives au bénéfice des locaux . L’avenir :les jeunes corses l’envisagent  souvent ,hélas ,en termes  de profit rapport : l’héritage familial quand il existe sera , pour partie ,vendu et pour parti ,destiné à la location saisonnière .. Pour ceux qui n’ont aucun héritage ,la situation est difficile :ils sont obligés de payer un loyer important et d’habiter non loin de leur lieu de travail qui se situe en général en zone urbaine ou para urbaine :ainsi la colonisation de la corse continue-t-il sous une autre forme .

Y-a-t-il des moyens pour enrayer cet exode rural ? certes ,il en existe mais cela suppose une véritable volonté collective :celle de la région et des municipalités. en premier lieu    

                                                   ...désenclaver les villages en facilitant l’accès par des routes plus larges et bien entretenues viabilisées et sécurisées  : actuellement la route qui conduit à Olmeta de l’embranchement de la R 80  , route du tour du Cap ,au village est jonchée de pierres à chaque pluie .les pentes la bordant sont ravinées et menacent de s’écrouler à tout moment,:un énorme rocher s’est détaché de la montagne voici deux ans en plein jour   ,traversé cette route et la R 80 en défonçant les parapets  sans pour autant qu’il y est une étude réelle de dangerosité effectuée par les services de l’état. un éboulement a emporté la R 80 et coupé la route pendant plus d’un mois :un pont provisoire est installé .Mais, à plusieurs endroits, il existe d’autres menaces d’effondrement sans que les services départementaux ne s’en soucient.Et pour ….corser le tout… sous le regard bienveillants des maires et du conseil départemental les entrepreneurs continuent  de déverser en bordure de routes tous les gravats .Qui de plus est, les employés du conseil départemental font de même avec les résidus d’éboulements :ce faisant ils fragilisent les toutes encore plus  .le verbe corser n’est pas employé au hasard : il n’existe pas d’exemples similaires de telles pratiques interdites et dévastatrices ,et de négligence d’entretien des routes dans les coins  les plus reculés de l’hexagone.

                                             . assurer  la sécurité énergétique en électricité et eau :Or,par grand vent ,ce qui arrive très souvent, Olmeta est victime de fréquentes micro coupures d’électricité suivies parfois par des coupures plus longues.Nos appareils ménagers et électroniques souffrent de variations fréquentes de tension. Quand donc avec l’aide de l’état et de l’Europe la région ,à défaut des départements qui vont bientôt disparaître ,va -t-elle entreprendre la sécurisation des lignes électriques en les enfouissant pour les préserver des intempéries?Quand donc EDF va-t-il enfin assurer une distribution energétique  de qualité en Corse?

                                                  L’eau  est une richesse du village d’Olmeta ;Elle coule à flot de la montagne. Un réseau d’eau potable désuet ,un réseau d’arrosage inédit bricolé et  délaissé . Cet hiver ,pendant plusieurs mois, l’eau a été coupée toutes les nuits en raison de fuites  et, ensuite, à cause d’ éboulements providentiels causés par les fortes pluies. On a même osé ,sans nous prévenir, remplir le réservoir d’eau potable par de l’eau d’arrosage.Le réseau va être refait .mais pourquoi s’en soucier aussi tard et ne pas en faire une priorité d’action? Quand va-t-on canaliser les torrents d’eau qui dévalent des rues hermétiquement pavées du village ,et se déversent sur les routes sans caniveaux pour raviner les sols et causer l’effondrement des murs de soutènement et l’éboulement des parcelles ? Quand va -t-on cesser de laisser l’eau des gouttières se déverser directement dans les rues ?Enfin, La gestion de l’eau qui pourrait être tenue à moindre frais par une régie communale ,le sera par  la communauté de commune du Cap qui va mandater  une entreprise sous traitante : des taxes supplémentaires en perspective .

                                                  .Améliorer les systèmes de communication: la liaison Internet qui dorénavant est vitale, puisque, télévision et téléphone en dépendent est insuffisante : Olmeta est en bout de réseau : d’où un débit internet faible et l’impossibilité de regarder une vidéo sur son ordinateur sans coupure  ,et  une grande  lenteur de charge des documents. .Impossible donc pour quelqu’un de s’installer au village pour effectuer du télé travail ,une des solutions à la désertification. sur la corse

.Pour ce qui est des liaisons téléphoniques  mobiles ,les incidents de réseau sont fréquents alors que les bornes de captages des différents opérateurs se situent sur une montagne au dessus du village ;La plage de Negro elle est quasiment en zone blanche  .Mais on a le culot via la région et la mairie de nous proposer une liaison satellite hors de prix pour pallier à ces manques .

                                                    . Élaborer  des PLU qui rappelons le,sont plus que des documents d’urbanisme puisqu’ils sont chargés de dessiner l’avenir économique et social de la commune ,qui correspondent à une vraie réflexion démocratique et non à des calculs clientélistes :Olmeta :PLU voté il y a bientôt presque deux ans ,toujours au point mort et sans aucune réunion avec le cabinet chargé de l’élaborer…Du coup,le 27 mars 2017  nous tomberons sous le régime du RNU qui soumet les autorisations d’urbanisme sur proposition du maire à autorisation préfectorale .Néanmoins ,les lois d’urbanisme et notamment la loi littoral s’appliquent toujours.l’albore y veillera de très prés 

Or , les municipalités qui se sont succédées  depuis les années charnières, celles  des années cinquante ,et soixante , après la  fermeture de la principale ressource économique du village et de la micro région ,l’usine de production d’amiante de Canari ,n’ont pas eu la  vision d’ensemble et l’analyse  nécessaires à une projection de leur commune dans un autre avenir que celui de l’habitat résidentiel. Elles se sont préoccupées de gérer le quotidien en mettant l’accent sur l’embellissement du village et la stricte  satisfaction des besoins immédiats et privés des habitants.

Dorénavant, les bases de données ouvertes à tous les citoyens ,sur la toile, permettent d’avoir des indicateurs pertinents .C’est pourquoi les tableaux  que nous citons aujourd’hui  mettent en exergue

                         .un village de résidents

                       .des salaires d’élus  discutables voire injustifiés ,comme  celui des adjoints, qui, en raison d’une gestion autocratique et opaque de madame la maire,  n’ont accès à aucun dossier et n’ont que des  délégations fictives ; A noter pour l’anecdote que le troisiéme adjoint n’est pas rénuméré par décision du préfet nous a dit le maire ,alors que ce type de décision est à voter en conseil municipal  et ne dépends que de ce dernier …or cet adjoint a eu l’audace d’exprimer des désaccords en séance publique du conseil municipal : relation de cause à effet?…

                         .des risques naturels potentiels  feu  et inondation .Depuis la publication de ces documents ,Olmeta vient d’être victime de deux épisodes catastrophes naturelles inondations. Pour le feu ,il n’existe aucune bande coupe feu autour du village et de la marine de Negro …et chaque année, on note un départ de feu ,en montagne au dessus du village, ou l’année dernière en littoral,  gestes d’inconscients qui ne donnent jamais lieu à de véritables enquêtes ;Aucune équipe de prévention  rapide et d’intervention citoyenne n’a été constituée et formée au sein du village.

Par inondations ,il faut entendre: éboulements dus aux ruissellements anarchiques d’ eaux de pluie non drainées et les torrents déferlants des ruelles pavées non équipées  de rigoles d’écoulement et ceux qui coulent sur  la route sans caniveaux.Actuellement, les sur verses d’eau potable et d’eau d’arrosage font déborder le lavoir dans lequel elles se  déversent et une véritable rivière dévale la pente bétonnée qui y conduit:On ne peut rien faire répond la municipalité:il y a trop d’eau!!!!!réponse digne d’une brève de comptoir !!!! Mais ce lavoir  (voir article antérieur)  a été victime(c’est bien le mot) très récemment, de travaux effectués sans véritable réflexion et sans autorisation préalable obligatoire  qui aurait permis d’éviter certaines erreurs  :Outre l’atteinte majeure architecturale patrimoniale ,les différentes modifications des bassins pour parait-il en refaire l’étanchéité ,la pose inutile de vannes intermédiaires ,ont une incidence sur la régulation du débit de l’eau…..le fameux problème des robinets..

 

Quant au radon ,on sait bien qu’Olmeta est à fleur d’amiante….

                         Olmeta au patrimoine très riche n’a qu’un monument historique ou protégé:la tour de Negro .On été oubliés par nos élus en vue d’un classement :

                                                la fameuse grotta scritta préhistorique offerte par son propriétaire  à la commune ,qui ne bénéficie d’aucune protection est en accés libre et soumise ainsi à une destruction inéluctable.Au lieu de l’installer au sein d’un éventuel parcours patrimoine  et de prendre des mesures ,pour le protéger ,voilà qu’on le reproduit au rez de chaussée du fameux bâtiment social inutile de 7OOM euros  crédit de 30 ans à taux variable,dont la construction commence.

                                        le merveilleux  grand pont à deux arches  enjambant l’embouchure de la riviére Olmeta à la marine de Negru datant de la fin du XV siécle,assez unique en corse, que la dernière crue   vient,hélas,  d’emporter…Son classement aurait peut être permis de le reconstruire à l’identique sans rechercher pour se faire des financements hypothétiques .

                                     .Et d’autres perles patrimoniales , comme les 2 chapelles :notre Dame des 7 douleurs et de l’Annunziata qui se détériorent progressivement .. l’église de montagne de Saint Erasme et ses dépendances  ont été restaurés grâce aux dons publics pour un projet initié par l’association St Erasme .Elle n’est ouverte qu’une fois l’an pur y célébrer  la saint Erasme .

                                    .Des  taxes ,y compris celles qui n’apparaissent pas sur cet article ,qui ne sont pas négligeables et mêmes  supérieures à beaucoup de villages comparables de l’hexagone ,hors la corse.Mais elles vont inévitablement augmenter à l’aune d’une gestion déléguée à la communauté de communes . Ce sera le cas pour un service pourtant mal rendu ,celui de la collecte et tri des déchets qui fonctionne de pire en pire  comme en témoigne la dernière péripétie de l’enlèvement devenu temporairement impossible des encombrants pour des raisons surprenantes ,tandis qu’on attend toujours des bornes de tri sélectif au village. 

encombrants

Olmeta Di Capi Corsu est condamné ,comme beaucoup de villages corses de l’intérieur,  à devenir un  centres de vacances ,un habitat résidentiel ,après la disparition de la population résidente permanente à la moyenne d’âge élevée  A moins que la grâce ne tombe soudainement sur nos élus et qu’ils  ne se mettent à utiliser les moyens encore disponibles  pour recréer la vie ,sachant qu’Olmeta Di Capi Corsu , à la différence de beaucoup de villages corses bénéficie d’ une situation géographique mer montagne  et d’une richesse patrimoniale valorisante, qui sont des  atouts incontestables pour un développement durable de la commune qui éviterait la désertification . 

Sur ce blog ,outre les conditions de base à remplir pour enrayer  le processus  d’un exode rural inéluctable énoncées dans cet article ,vous retrouvez ,en lisant les publications précédentes  des solutions fiables  à ce sujet, qui concernent plus particulièrement la commune d’Olmeta Di Capi Corsu, mais qui sont transposables ailleurs.  .En consultant,chaque jour le mur facebook albore ulmitese vous serez informés sur l’environnement ,son évolution ,les combats menés par les associations qui le défendent et tous les projets innovants qui prouvent que l’on peut bien et mieux vivre en respectant la terre et ses habitants.

 

Advertisements

Une réflexion au sujet de « Un village résidentiel »

  1. Merci pour cet article effectivement le desenclavement par la montagne ( un deuxième axe vers Brando? ) ainsi que le mise en place  de reseaux de communication dignes de la 4 G   seraient des outils pour favoriser la redynamisation économique du village ( installation de start ups?) … Quant aux réserves d’eau elles sont sans doute dues aux pozzines qui se trouvent à 1200 m entre Brando et la vallée d’Olmeta et qui sont autant de reservoirs naturels bien réels mais fragiles c’est à dire qu’il ne faudrait pas qu’une compagnie de gestion des eaux se les approprient par le biais d’une concession par contre Sans entrer dans le détail de ce qu’ils font ou pas je ne critiquerais pas par principe les elus car c’est toujours tres dangereux

    Bien à vous

    Christophe

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s