La nature se rebelle contre la main de l’homme

Olmeta Di Capi Corsu, petit village et grande commune en superficie, avec ,cependant,une façade littorale restreinte empruntée par la route du Cap Corse:la RD 80.Catastrophe :le jeudi 24 novembre 2016, date qui restera dans les mémoires,:une partie de cette dernière s’ est effondrée au lieu dit e marghjine ,ouvrant un trou béant impressionnant :un précipice jusqu’à la mer.

route-effondree-r80-nov-16

Route du tour du cap coupée pour longtemps sans doute …surprise: pas un mot sur la presse ni aucune indication sur la liste des routes coupées fournie par la préfecture…route non barrée matériellement pendant plus de 36h...ce qui a permis à des inconscients de la franchir en empruntant avec leurs véhicules la mince bande restante le long de la falaise…
Autre catastrophe: la rivière Olmeta s’ est vengée de son manque d’entretien en effectuant de graves dommages :le magnifique et grand pont à deux arches de la marine de Negru a été emporté…ce pont datait du 15 siècle, mais, avait été reconstruit après un déchaussage, causé déjà par une forte crue en 1853…cette fois…ce n’est plus un déchaussage mais une complète destruction.;

Image 1: le pont détruit .2: l’ancien pont .3: les berges de la rivière dévastées  

Un pan de  notre patrimoine  s’effondre…mauvais signe ? Peut être un message de nos anciens sous forme de rappel au  devoir de mémoire :Olmetais occupez vous de votre patrimoine au lieu de l’ignorer et d’oublier de le mettre en valeur.

De cette route effondrée jusqu’au village,de gros éboulements empêchant la circulation.Au village même ,deux murs effondrés isolant le hameau disgraziatu dI u Poghju…Dans ce cas, là on attend le bon vouloir et la disponibilité des services de voirie du conseil départemental pour dégager la route d’accès et littorale, et, d’une entreprise privée pour ce qui concerne le territoire communal…
Ne voyant rien venir, des citoyens se sont mobilises:le sylviculteur Christophe Amadei a dégagé avec son gros tracto pelle la route littorale et d’accès au village et la route du cap à la sortie de Nonza, gratuitement avec l’accord du conseil général..Derrière lui ,quatre Olmetais volontaires, ont complété le travail de déblaiement de la marine de Negru jusqu’au village.Parmi eux, des adhérents de l’associu albore ulmitese comme ch Amadei .le berger du village ,lui ,a offert du carburant  et d’autres habitants du liquide de frein pour le fonctionnement de la pelle mécanique.Cela nous a mobilisé plusieurs heures  heures et toute la journée pour Christophe Amadei..Au village même, un habitant entrepreneur a dégagé la route obstruée par un éboulement, située devant un de ses chantiers; Mais un panneau téléphonique penché,au milieu de la pente éboulée  empêche le passage du camion de poubelle…..et ces dernières ne sont plus ramassées aux hameaux du poghju et de scariacciu  !!! alors que les containers sont à roulettes et peuvent donc être déplacés vers le camion par les employés de la communauté des communes  chargés de collecter les déchets  aidés par l’employé communal par exemple.

Restait  un  gros amas  de terre et de pierres d’un mur éboulé sur la chaussée d’une portion de la route du Poghju :le propriétaire ,habitant sinistré de Negru, a été prié par la mairie de le dégager, sinon elle allait charger une entreprise de le faire et ensuite  lui envoyer  la facture des travaux .Ce propriétaire a préféré confier le chantier à notre sylviculteur et sa société multi services qui, sur sa lancée, a effectué cet énorme  travail en deux jours.

la fermeture de la route du Cap a de graves conséquences économiques pour notre village et les villages de la côte occidentale du cap corse : les habitants d’Olmeta,  travailleurs ou  entrepreneurs  doivent faire plus de 70 km pour atteindre Bastia Ils sont  coupés  des commerces et des services de proximité de St Florent et du Nebbiu.et pour les élèves scolarisés à Patrimoniu ,St Florent, ou Bastia comment  faire?.comment vont s’organiser .les soins quotidiens ou les dispositifs d’assistance dont bénéficient certaines personnes? Comment va nous parvenir le courrier? Bref,il faudra trouver une solution rapide? la route effondrée ne peut être réparée sauf à installer une impossible infrastructure de soutien coûteuse et imposante qui partirait  du rivage jusqu’à atteindre la hauteur de la route c’est à dire une centaine de mètres plus haut  !!! Comme structure de dépannage provisoire.,on parle d’un pont métallique fourni par l’armée .Pourquoi pas ?si le risque d’installation est bien calculé.

En attendant ,c’est le système D :c’est à dire que scolaires ,personnels de santé et travailleurs et autres habitants traversent à pied  sous le regard sidéré des géologues et experts, une zone très dangereuse et barrée …..ce qui est impossible sur le reste de l’hexagone est possible chez nous !!! il est vrai que la vierge Marie sainte patronne trés célébrée de la Corse nous protège…..

Mais, habitués à la lenteur administrative  des services décisionnels locaux ou étatiques ,et, aux rafistolages durables ,la population de cette zone du  Cap  Corse ,s’est très vite  mobilisée sur les réseaux sociaux et en dehors.Peu confiante dans les élus locaux et ceux du département ,elle en a appelé à l’état et à la région.Deux  importantes réunions ont eu lieu in situ entre élus état et région .Nous en attendons des résultats concrets rapides .

Aux dernières nouvelles ,les travaux de restauration pour l’installation d’un pont provisoire venu de l’autre côté de la mer, commenceraient le 13 Décembre pour se terminer vers le 20 Décembre.Si tel est le cas  nous proposons de décorer  ce pont de guirlandes pour la fête de Noel ..Ce serait l’occasion de célébrer un événement:la preuve que l’on peut, dans cette île, quand on le veut vraiment, trouver ,une solution rapide à des problèmes importants.

la plage de Negru dont vous avez une image à la une de cet article, est dévastée :elle n’existe plus vraiment ,elle ressemble à un delta  parcouru par deux cours d’eau ; l’apport de nombreux cailloux et sédiments l’a agrandie  sur sa gauche .Son  rivage est jonché d’arbres qui hérissent les flots marins jusqu’au large  .Sur les fonds marins s’entassent un nombre impressionnants  de galets fluviaux ,sable,  déchets divers . Il faut espérer que ,grâce aux courants et aux vents ,la plage reprenne peu à peu sons aspect antérieur. Mais il faudra  nettoyer le rivage,  ce qui implique que l’on se retrousse les manches ou que les services du conseil départemental le fassent. Mais de toute manière ce paysage  va garder la marque indélébile de cette catastrophe naturelle .

il convient ,cependant ,de se poser des questions:pourquoi ces catastrophes? Le hasard , la fatalité ….pas seulement :la négligence des hommes aussi joue un rôle important :la portion de route effondrée était déjà lézardée et signalée comme telle par des habitants auprès des autorités compétentes , Quant à la crue de la rivière, semblable à celle d’autres rivières corses , elle s’ explique par son absence d’entretien et aussi par l’afflux soudain d’un ruissellement  très abondant d’une eau dévalant les rues pavées hermétiquement sans canal d’écoulement et les routes aux caniveaux bouchés ou inexistants .La nature parfois déborde d’excès que la main de l’homme accentue

Enfin ,les infrastructures d’accueil de l’île ne sont pas prévues pour subir l’invasion touristique d’un nombre si important de véhicules et de personnes .l’état  de notre réseau routier : vétuste  exigu ,mal entretenu ,pas prévu pour supporter le poids de gros engins de travaux  ou d’immenses camions qui ,urbanisation à outrance obligeant ,s’y succèdent ,ne le permet pas .

De plus, pour entretenir les bas côtés pentus des routes, on utilise des pelleteuses  qui arasent et creusent  les pentes , suppriment la végétation qui fixe la terre et la roche et ainsi les fragilisent :dés qu’il pleut un peu les pierres dégringolent .Dés qu’il pleut beaucoup, c’est un pan de pente qui atterrit sur la route .

l’élargissement de la route du cap et de celles des villages ont été faites en dépit du bon sens :les pentes sur lesquelles les routes s’accrochent côté montagne ont été labourées et creusées par de gros engins sans être stabilisées ensuite :une négligence désastreuse et impensable ailleurs qu’en corse .Les caniveaux des routes sont soit inexistants ou de profondeur inadaptée soit ,la plupart du temps, non nettoyés et  donc obstrués. L’eau ruisselle sur la chaussée et la dégrade rapidement .Enfin ,et on peut le remarquer sur les routes de la commune d’Olmeta ,et ,notamment sur notre portion de départementale RD 80, les éboulis terre -roches sont directement déposés en tas  par les services départementaux chargés de le faire  en bordure de route ou jetés sur les pentes donnant  sur la mer:ces dernières sont ainsi fragilisées par le poids des matériaux et la végétation de ces zones protégées, dévastée.

Dans d’autres lieux dans l’île, les dégâts sont considérables :habitations inondées ,voiture emportées .La plupart du temps .parce que ces habitations sont situées en zone inondable ou zone à risque .Certaines ont obtenu des permis de construire avant l’élaboration d’un PPRI (plan de prévention des  risques d’inondation)ou alors on leur a  simplement imposé une  surélévation du bâti  comme garantie de ne pas être inondées suivant une hauteur de flux calculée et  tenant compte du fait que les crues exceptionnelles ne se produisaient que tous les cent ans…..ce qui est évidemment n’est  plus le cas .Beaucoup trop de communes n’ont pas de plan de sauvegarde ou de PPRI;Trop d’apprentis sorciers avides de profit ,comblent en toute illégalité des zones humides pour en faire des ports à sec très lucratifs ou des ports privés; Saint Florent ,par exemple,ville très touristique a,ces dernières années, vu combler une surface très importante de ses zones  humides marécageuses légalement ou illégalement .Du coup elle est souvent inondée .C’est une ville en  grand danger si, à de fortes  pluies, s’ajoute une possible mini vague de submersion.

Les associations environnementales signalent, dénoncent auprès des préfets, procureurs ou en justice toutes ces pratiques dangereuses ou illégales,qui en même temps qu’elles portent atteinte à la biodiversité,  mettent en péril la vie des gens ,et détruisent leurs  biens .Mais les amendes sont ridicules ,les dossiers laissés sans suite ,et les contrevenants continuent leur dangereuse et suicidaire course au profit.Comme d’habitude ,il faudra attendre une catastrophe majeure et très destructrice en vies humaines et habitations pour qu’on recherche des responsables qui diront,alors , qu’ils ne sont pas coupables.

Alors ,il faut cesser d’évoquer la fatalité des catastrophes naturelles sans se poser des questions sur la responsabilité des hommes, notamment en ce qui concerne l’impact des dégâts qu’elles causent. En effet ,si la main de l’homme au service d’une civilisation du profit consumériste a une grande part dans un changement climatique qui augmente le nombre de phénomènes dévastateurs , la simple retour à la raison et au bon sens devrait en atténuer grandement les effets .

L’écologie n’est pas la manifestation d’un amour béat de la nature défendu par de doux rêveurs nostalgiques de l’habitat rural d’avant guerre ,mais une philosophie du respect :respect  de la nature dont on oublie qu’elle est nourricière et qu’on doit lui donner les moyens de continuer de l’être , respect de l’environnement au centre duquel se situe l’humain responsable plutôt que le consommateur avide de profit, respect des valeurs d’une économie durable c’est à dire  solidaire équitable et rentable non pas en termes de bénéfices éhontés  pour quelques uns mais au service d’une qualité de vie pour tous. .

 

 

 

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « La nature se rebelle contre la main de l’homme »

  1. Honte au maire et aux employés municipaux qui manquent de bon sens, et de volonté !!!
    Bravo aux CITOYENS de ce village qui ne restent pas les deux pieds dans le même sabot, qui font preuve d’intelligence et de courage! Bravo aussi à Albore ulmitese!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s